Coût et prise en charge des médicaments innovants : les vérités du Pr Harousseau (HAS)

Coût et prise en charge des médicaments innovants : les vérités du Pr Harousseau (HAS)

Henri de Saint Roman
| 07.10.2015
  • Coût et prise en charge des médicaments innovants : les vérités du Pr Harousseau (HAS)-1

    Coût et prise en charge des médicaments innovants : les vérités du Pr Harousseau (HAS)

Invité ce mercredi des rencontres du Café Nile (Paris), le Pr Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de santé (HAS), qui a décidé de démissionner pour des raisons personnelles, a livré son point de vue sur divers sujets d’actualité, la langue déliée par la fin de son mandat.

Le Pr Harousseau s’adresse un satisfecit pour son action à la tête de la HAS, soulignant qu’en France, « aucun médicament vraiment innovant n’était absent du marché ». D’autres pays font des choix plus radicaux en matière de remboursement des traitements onéreux. En septembre, au Royaume-Uni, le NHS a refusé 17 molécules (pour des traitements anticancéreux) tandis qu’aux États-Unis, « le reste à charge est si important que 10 à 20 % des malades atteints d’un cancer ne sont pas en mesure de prendre leur traitement », relève-t-il.

La question de la soutenabilité financière est donc clairement posée. Le Pr Harousseau prévient qu’« il faudra se saisir tous ensemble du problème du coût de l’innovation et de son accès au marché. Partout, on observe un retour de l’innovation et parfois pour des molécules pouvant concerner une population importante ».

Obscurité des coûts

Le Pr Harousseau adresse au passage une pique à l’industrie pharmaceutique sur le coût exact de la R&D, jugeant que les estimations des laboratoires relèvent de « l’obscurité totale ». « Les industriels avancent souvent le montant d’un milliard d’euros en moyenne pour développer un nouveau médicament mais, en réalité, on n’arrive pas à cette somme, sauf à inclure le coût des échecs de développement antérieurs. » Le patron de la HAS l’assure : « Dans l’agroalimentaire, ça ne marcherait pas. »

Quant au rapport de Dominique Polton, qui suggère la mise en place d’un taux unique de remboursement pour les médicaments (proche de 60 %), c’est une idée « intéressante mais prématurée ». Le président de la HAS parie que cette réforme « n’est pas pour tout de suite ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
lionel v Pharmacien 08.10.2015 à 09h30

Si la HAS a conscience de l'exagération du coût R Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 6

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter