Sécurité routière : des avancées dans la lutte contre alcool et stupéfiants, moins sur la vitesse

Sécurité routière : des avancées dans la lutte contre alcool et stupéfiants, moins sur la vitesse

Coline Garré
| 02.10.2015

« Les routes de France ne peuvent pas être un cimetière », a martelé Manuel Valls ce 2 octobre, lors de la présentation des 22 nouvelles mesures proposées par le Comité interministériel de la Sécurité routière, qui complètent la première salve de 26 actions de janvier 2015.

L’objectif demeure : passer sous le seuil de 2 000 morts en 2020. L’année 2014 a enregistré 3 384 victimes de la route ; 2015 n’a pas commencé sous de meilleurs auspices avec une augmentation de 4,6 % du nombre de tués, par rapport aux huit premiers mois de 2014.

Mortelle vitesse : 300 vies ne seront pas sauvées, selon le Dr Lauwick

Multiplication des radars, introduction de leurres, expérimentation de drones pour détecter les conduites à risque, égalité devant la loi pour qu’étrangers ou travailleurs ne circulent pas en toute impunité... Nombreuses sont les mesures qui ciblent la vitesse, responsable de 26 % des accidents mortels en 2014. « C’est une bonne chose de replacer la vitesse au cœur des préoccupations », déclare « au Quotidien » le Dr Philippe Lauwick, président de l’Automobile Club médical de France et de la commission Alcool-stupéfiants-vitesse du conseil national de la sécurité routière (CNSR).

Mais il déplore l’abandon de la généralisation de la limitation à 80 km/heure sur le réseau bidirectionnel : « Cela pourrait sauver 300 vies ; c’est la condition sine qua non pour passer sous le seuil des 2 000 morts d’ici à 2020 », explique-t-il.

Des éthylotests antidémarrage dans l’arsenal des médecins

Le Dr Lauwick salue les mesures de lutte contre l’alcool (responsable de 19 % des accidents mortels) et les drogues (de 13 %) au volant. Les juges pouvaient déjà proposer l’éthylotest anti-démarrage (EAD) aux personnes qui s’étaient rendues coupables d’une infraction sous l’emprise de l’alcool. « Mais il y a eu moins de 50 recours à ce type de dispositif », observe le Dr Lauwick.

Désormais, les médecins du permis de conduire réunis en commission médicale à la préfecture pourront proposer (via un avis préfectoral) l’EAD à des contrevenants, en prévention d’une éventuelle récidive – la récidive représentant un quart des 200 000 infractions à l’alcool annuelles. Des groupes de travail au sein du CNSR réfléchissent actuellement aux modalités d’un accompagnement médico-psychologique à proposer avec l’outil. « L’EAD seul n’est pas suffisant : il faut une prise de conscience, une éducation thérapeutique, qui doit prendre la forme de rendez-vous réguliers avec des addictologues et psychologues », explique le Dr Lauwick.

Pour lutter contre la conduite sous stupéfiant, les forces de police pourront utiliser les tests salivaires – autorisés dans la loi de santé. « Coupler le contrôle de l’alcool et des drogues va dans le bon sens », commente le Dr Lauwick.

Rôle des médecins dans la prévention

D’autres pistes sont à l’étude, notamment sur les médicaments, qui pourraient provoquer 100 à 200 accidents chaque année. Mais le Dr Lauwick appelle à la prudence : « Il faut trouver le bon message pour que les patients n’arrêtent pas de façon inconsidérée leurs traitements. »

Enfin, il appelle les médecins traitants à ne « pas se désintéresser » de la sécurité routière, en particulier à l’égard de leur patientèle vieillissante dont ils peuvent sonder les besoins de mobilité.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Journée mondiale AlzheimerPremiers résultats pour les thérapies non médicamenteuses personnalisées contre les troubles du comportement

Abonné
BAUTRAN

Le déremboursement des médicaments anti-Alzheimer annoncé fin mai 2018 (en vigueur depuis le 1er août) met sur le devant de la scène les... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter