Dérives sectaires : la Miviludes signe un partenariat avec les Ordres des médecins et infirmiers

Dérives sectaires : la Miviludes signe un partenariat avec les Ordres des médecins et infirmiers

Coline Garré
| 24.09.2015

La mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) signe ce 24 septembre avec l’ordre national des infirmiers et le 25 septembre avec l’Ordre national des médecins deux conventions de partenariat pour mieux sensibiliser et informer les professionnels de santé et améliorer la prise en charge des patients.

La santé concentre près de 40 % des 2 400 signalements reçus par la Miviludes en 2013, ce qui en fait le domaine le plus poreux aux dérives sectaires. Le nombre de ces dossiers pointe même en hausse de près de 50% en trois ans, selon la mission.

« L’engouement du public pour des pratiques thérapeutiques alternatives non validées scientifiquement, et l’essor des formations délivrant des diplômes non reconnus par l’État à des personnes abusant de la fragilité des patients peuvent exposer ces derniers aux risques de dérives sectaires. Parallèlement à la santé, la recherche de bien-être et de développement personnel peuvent présenter les mêmes dangers », alertent la Miviludes et l’Ordre des médecins.

Échange d’informations et réflexion commune

Le CNOM et la Miviludes, dont le président est le Dr Serge Blisko, développeront l’échange d’informations sur les signalements de situation de risques. Les sanctions ordinales seront transmises à la Miviludes dès lors qu’elles seront liées à des dérives thérapeutiques à caractère sectaire.

En outre, les deux institutions réfléchiront de concert à l’élaboration de messages d’information et de fiches pratiques pour alerter les médecins sur des méthodes peu rigoureuses, à risque sectaire.

L’objectif global est d’améliorer « la qualité de la prise en charge médicale des patients, notamment lorsque ceux-ci s’interrogent sur un parcours de soins, à savoir le choix d’un thérapeute ou d’un traitement "complémentaire" » lit-on dans leur communiqué commun.

Ces conventions sont les premières signées entre les professionnels de santé et la Miviludes, déjà partenaire de la Mutualité Française, de l’école des hautes études en santé publique, et des agences régionales de santé.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
Michel Bignant

Gilets jaunes, violences : « C'est épuisant, physiquement et psychologiquement », lance le médecin chef des pompiers de Paris

À la veille d'un cinquième samedi de mobilisation de certains Gilets jaunes, le Dr Michel Bignand, 51 ans, médecin chef de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) détaille au « Quotidien » l'organisation de ses équipes dan... 20

Une alimentation à base de maïs OGM ne montre « aucun d'effet délétère » chez le rat

OGM MAIS

Il n'est pas possible de distinguer par leur métabolisme ou leur état de santé des rats nourris de maïs OGM de rats nourris au maïs... 3

La prostatectomie radicale améliore la survie des patients atteints de cancer de la prostate localisé

prostatectomie

Face à un patient atteint d'un cancer de la prostate localisé, la prostatectomie améliore la survie de près de 3 ans, comparés à une... 5

Gradation des soins, financement, synergie avec l'université : à Poitiers, Buzyn et Vidal écoutent les CHU mais ne tranchent pas

chu

Poitiers n'est certainement pas le plus grand des centres hospitalo-universitaires (CHU) français mais c'est ici que se discutait l'avenir... Commenter

Un Français sur trois a le sentiment qu’un examen ou un acte médical superflu lui a été prodigué

urgences

Sept Français sur dix n'ont jamais entendu parler des 130 services d'urgences des cliniques de médecine, chirurgie et obstétrique. C'est... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter