Cinq mois ferme pour avoir agressé un médecin du CHU de Nîmes

Cinq mois ferme pour avoir agressé un médecin du CHU de Nîmes

23.09.2015
  • Cinq mois ferme pour avoir agressé un médecin du CHU de Nîmes -1

Alcoolisé et blessé par balles, un jeune homme de 21 ans était suspecté d’avoir frappé au visage une urgentiste du CHU de Nîmes avant d’être appréhendé par la sécurité puis la police. Jugé par le tribunal correctionnel, il vient d’être condamné à cinq mois de prison ferme avec mandat de dépôt à l’issue de l’audience.

La sévérité du jugement est exceptionnelle mais cette sanction traduit la volonté ferme du juge de ne pas banaliser l’agression d’un médecin – en l’occurrence une urgentiste du CHU Carémeau de Nîmes.

Il fait nuit, samedi 13 septembre, quand M. K., fortement alcoolisé « à la vodka/Red Bull », selon ses dires, se rend aux urgences du CHU accompagné de quelques amis. Quelques minutes plus tôt, le jeune homme, déjà condamné pour des faits de violence, a reçu plusieurs plombs de chasse, à la suite d’une rixe survenue lors d’un mariage dans un village proche de Nîmes.

À l’hôpital, il assène un coup-de-poing sur la pommette du médecin qui lui demandait de décliner son identité. Absente lors du procès, l’urgentiste victime de cette agression avait livré son témoignage aux policiers : « Je me suis dirigée vers trois individus qui hurlaient dans l’hôpital. Quand j’ai demandé son nom au patient, il m’a répondu "Zobi, ta mère" ». La jeune femme n’a pas vu le coup partir.

Urgentistes pris pour cible

Lors de l’audience, le prévenu a nié avoir frappé le médecin, version qui n’a pas convaincu le procureur. Rappelant la nécessité absolue de protéger le corps médical, il a réclamé une condamnation de 18 mois de prison assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pour la moitié de la peine. Le juge l’a partiellement suivi, condamnant l’agresseur à dix mois de prison dont cinq mois avec sursis avec mise à l’épreuve durant deux ans.

Si durant cette période l’auteur des faits ne respecte pas son obligation de soins pour traiter son alcoolisme, ou qu’il se rend au CHU malgré l’interdiction, le sursis sera levé et il retournera en prison.

L’avocat de la victime, Me Philippe Rey, qui est également conseil de la Sham (assureur des hôpitaux) dans la région, témoigne : « Nous intervenons environ une fois par mois devant le tribunal correctionnel de Nîmes au titre de la protection juridique des médecins. À 99 %, le contexte est le même : l’alcool est présent et les médecins urgentistes sont pris pour cible. »

Pour la sécurité des médecins de ville, le conseil départemental de l’Ordre a mis en place en 2013 (avec le concours de la municipalité nîmoise) un système de surveillance des généralistes en visite, grâce aux caméras disposées en ville.

 

De notre correspondant à Montpellier
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 6 Commentaires
 
Andrée-Clarisse L Médecin ou Interne 23.09.2015 à 22h39

« Dans la Charte du patient hospitalisé, qui précise exclusivement ses "droits", ne faudrait-il pas ajouter un paragraphe sur les "devoirs" du patient ? Les législateurs ont tellement voulu protéger l Lire la suite

Répondre
 
KLAUSS Médecin ou Interne 23.09.2015 à 19h43

« Je suis d'accord, tout le monde doit le respect à une autre personne, mais"les représailles futures "y a t-on pensé ?
On peut taper, être jugé, attendre, sortir et retaper (vengeance, rumination) Lire la suite

Répondre
 
anthélix Médecin ou Interne 24.09.2015 à 00h44

S'il faut s'aplatir devant les petits voyous de peur des représailles, où allons nous ? Protégeons cette consœur des retours de bâton, mais laissons faire la Justice qui, enfin, a agi

Répondre
 
papymous Médecin ou Interne 24.09.2015 à 07h03

Tout a fait d'accord avec mes deux confrères et je durcirait la sanction par une grosse sanction financière car il n'appartient pas à la société de financer tous les excès liés à l'alcoolisme!

Répondre
 
Philippe H Médecin ou Interne 23.09.2015 à 15h37

Eh bien ce n'est pas trop tôt ! Bien fait et j'espère que cela fera jurisprudence pour tous les Confrères victimes de vols, de coups, ou même seulement d'injures. Ainsi, le respect reviendra-t-il Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter