35 heures à l’AP-HP : les personnels grévistes réclament un médiateur à l’Élysée

35 heures à l’AP-HP : les personnels grévistes réclament un médiateur à l’Élysée

Anne Bayle-Iniguez
| 18.09.2015
  • 35 heures à l’AP-HP : les personnels grévistes réclament un médiateur à l’Élysée-1

Les représentants des personnels de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), en grève pour la 5e fois ce jeudi contre le projet de réorganisation du temps de travail, réclame désormais à François Hollande la nomination d’un médiateur, constatant qu’il n’y a « plus aucun dialogue social » avec Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP.

« Nous avons réclamé au cabinet de François Hollande un médiateur car nous n’en pouvons plus de cette situation, explique Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’USAP-CGT. Nous ne voulons plus rien avoir affaire avec Martin Hirsch ni avec la ministre Marisol Touraine, qui le soutient. La question du temps de travail à l’hôpital est un enjeu national. C’est la raison pour laquelle nous nous adressons à l’Élysée. »

Pour l’instant, l’intersyndicale (CGT, SUD, FO, CFDT, CFE-CGC, CFTC et Unsa) n’a obtenu aucune réponse à sa requête.

8,66 % de grévistes ce jeudi

L’intersyndicale réclame la suspension de la réforme de Martin Hirsch « au moins » jusqu’à la remise des conclusions de la mission de Philippe Laurent (président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale) sur le temps de travail des fonctionnaires, attendues au plus tôt en février 2016.

Jeudi, près de 1 500 personnes (800 selon la police) se sont rassemblées ce jeudi devant le siège de l’AP-HP. La direction de l’établissement a recensé de son côté 8,66 % de grévistes à la mi-journée, soit quatre fois moins (34 %) que lors de la première journée de grève, au printemps dernier.

Martin Hirsch a lancé en mai une négociation sur l’application des 35 heures pour les 75 000 agents (hors médecins) des 39 établissements de l’AP-HP, une refonte qui doit permettre selon lui d’économiser plus de 20 millions d’euros et de préserver 4 000 emplois par an.

Vent debout depuis cinq mois contre ce projet de réforme, les personnels souhaitent le maintien des journées de RTT et de repos (dont la fête des mères) et réclament 10 000 embauches supplémentaires.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
Philippe H Médecin ou Interne 21.09.2015 à 10h23

"avoir affaire" et non "à voir à faire" !

Répondre
 
Pascal T La rédaction du Quotidien du Médecin 21.09.2015 à 11h04

C'est corrigé. Merci de l'intérêt que vous portez à nos articles. La rédaction.

Répondre
 
JEAN MARC W Médecin ou Interne 18.09.2015 à 19h58

« Une vielle blague dit qu'on procédera par étape, d'abord, 30, puis 31, puis... et enfin 35, ça devrait prendre au moins 10 ans

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Environ 25 % de dépenses d'assurance-maladie inutiles, selon Agnès BuzynPertinence des soins : où sont les marges ?

Abonné
PERTINENCE

Actes inutiles, examens redondants, gaspillages, mauvaises pratiques : érigée en priorité, la pertinence des soins est l'un des principaux... 3

À 89 775 euros, hausse timide du revenu moyen des médecins libéraux en 2016

revenus impots

Le cru 2016 des revenus nets des médecins libéraux (BNC, après charges et avant impôt) s'est révélé très moyen, détaille la Caisse autonome... 3

Bientôt un numéro d'appel unique pour aider les médecins qui souffrent

ENTRAIDE

Repérer les médecins en souffrance, prévenir les suicides, les aider à se soigner voire à se reconvertir : tel est l'esprit de la... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter