Guerre de l’ostéopathie : deux écoles recalées jugent la procédure d’agrément « inéquitable »

Guerre de l’ostéopathie : deux écoles recalées jugent la procédure d’agrément « inéquitable »

Christophe Gattuso
| 17.09.2015
  • Guerre de l’ostéopathie : deux écoles recalées jugent la procédure d’agrément « inéquitable » - 1

Deux des 14 écoles d’ostéopathie recalées en juillet s’élèvent contre la procédure nationale d’agrément pilotée par le ministère de la Santé. Ostéobio (Cachan) et l’IOB de Bordeaux, soutenues par l’association française d’ostéopathie (AFO), dénoncent une « rupture d’égalité » dans le traitement des dossiers.

Les deux instituts ont engagé un référé en suspension et recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d’État.

Sésame et « fait du prince »

« Notre objectif est de dénoncer la procédure d’agrément des écoles à la limite de la légalité », attaque David Dessauge, directeur adjoint d’Ostéobio. Pour recevoir le précieux sésame pour cinq ans, les établissements de formation devaient répondre à 24 critères.

Cette école a été recalée dans un premier temps au motif qu’elle n’était pas accessible aux personnes à mobilité réduite et ne comprenait pas assez de coordinateurs pédagogiques à temps plein, deux arguments balayés par le dirigeant de l’Ostéobio. Puis après un jugement du tribunal administratif de Melun demandant un réexamen du dossier, l’école s’est vue reprocher d’avoir des consultations en milieu hospitalier. « Une autre école a eu un agrément alors qu’elle fait la même chose que nous », assure David Dessauge. Des étudiants, parents d’élèves et professeurs de l’établissement de Cachan ont participé mercredi à un sit-in devant le ministère de la Santé.

Le directeur de l’institut bordelais IOB est tout aussi remonté. « Je suis dans une colère noire, nous sommes confrontés au fait du prince, la procédure d’agrément organisée par la DGOS est consternante, sans aucune procédure contradictoire, sans aucune visite sur site. Quel amateurisme », s’offusque Vincent Staf.

Bras de fer

Le président de l’AFO s’est associé aux deux écoles pour fustiger le « traitement inéquitable » des dossiers. « La commission consultative nationale d’agrément est composée en partie de personnes sujettes à conflits d’intérêts, unies par des relations politiques et financières avec un groupe qui détient plusieurs écoles d’ostéopathie, accuse Michel Sala. Le résultat, c’est un arrangement du marché de la formation ostéopathique. »

Ostéobio et l’IOB, qui accueillaient respectivement l’an passé 317 et 81 étudiants, s’inquiètent pour leur avenir, ayant perdu un grand nombre de leurs inscrits. « Depuis deux mois, nous vivons un enfer, nous avons perdu 100 000 euros car nos étudiants sont partis, explique le directeur de l’IOB. Nous avons 25 ans d’expérience et on nous traite comme des voyous, je ne m’arrêterai pas tant qu’on ne nous rendra pas un agrément auquel nous avons droit. »

La bataille d’influence se poursuit donc entre les partisans et les opposants de la réforme de la formation.

Les soutiens de la réforme actuelle exercent un puissant lobbying pour que le gouvernement ne cède pas aux « pressions ». Une quinzaine d’écoles agréées ont publié un communiqué commun dans lequel elles dénoncent les « discours mensongers » et les « campagnes de désinformation » des instituts recalés. « La commission consultative est composée de gens compétents qui ont fait preuve d’impartialité dans leurs décisions finales », affirme Patrick Féval, président du SNESO et porte-parole des signataires de ce communiqué.

Plus de détails dans notre édition du lundi 21 septembre.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
negos assistants

Assistants médicaux : la CNAM écarte toute notion de productivité horaire

Après la crise, les explications. Les syndicats de médecins libéraux, accompagnés des structures d'étudiants, d'internes et chefs de clinique, ont présenté ce mercredi après-midi leurs propositions au directeur général de... 5

Cancer : l'immunothérapie entraîne une réponse durable chez de nombreux patients

immunotherapie

L'immunothérapie permet d'obtenir une réponse durable chez 2,3 fois plus de patients que les autres thérapies comme la chimiothérapie.... Commenter

Éliminer le cancer du col de l'utérus, un objectif atteignable d'ici 25 à 50 ans dans les pays développés

HPV

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a appelé à agir en 2018 pour éliminer le... 2

Report de la réforme des études médicales : pour l'instant il n'en est pas question, assure l'ANEMF

ecn

Les propos sur un possible report d'un an de la réforme des ECN, tenus mardi par Frédérique Vidal aux Contrepoints de la santé, ne sont pas... Commenter

« On peut être libéral et payé au forfait » : face aux sénateurs, Jean-Marc Aubert défend la réforme de la rémunération

aubert

Entendu ce mercredi matin devant la commission des affaires sociales du Sénat, le directeur de la DREES (ministère), Jean-Marc Aubert,... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter