80 000 autotests de diagnostic du VIH disponibles ce mardi en pharmacie

80 000 autotests de diagnostic du VIH disponibles ce mardi en pharmacie

Damien Coulomb
| 14.09.2015
  • 80 000 autotests de diagnostic du VIH disponibles ce mardi en pharmacie-1

Trois ans après leurs homologues américaines, et quelques mois après les anglaises, les pharmacies françaises pourront distribuer les autotests de diagnostic du VIH à partir de mardi matin. « 80 000 autotests ont été distribués aux pharmacies par le fabricant », a expliqué la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, lors d’un déplacement dans une pharmacie du 13e arrondissement.

Produit par le fabricant français AAZ, le kit se compose d’une compresse alcoolisée pour préparer l’extrémité de l’index, d’une aiguille, d’une seconde compresse pour éponger la première goutte de sang avant de déposer la seconde sur la bande de test. Au bout d’un quart d’heure, l’utilisateur sait si le test est négatif (une seule bande apparaît) ou positif (deux bandes). Un mode d’emploi expliquant la démarche à suivre en cas de test positif, avec notamment le numéro de Sida-info-service, complète le dispositif.

L’autotest n’est pas remboursé par la Sécurité sociale, et le prix conseillé par le fabriquant est entre 25 et 28 euros. La ministre a rappelé qu’une des dispositions de la loi de santé actuellement en discussion au Sénat permettra aux associations de distribuer également l’autotest.

Un test d’orientation diagnostic

« Certaines personnes ne se satisfont pas des possibilités de dépistages actuellement offertes, et préfèrent être seules face au résultat », a expliqué la ministre, pour qui l’autotest « ne se substitut pas aux tests en laboratoire, qui restent l’élément central de la stratégie de dépistage. »

Pour le directeur de l’Institut de veille sanitaire (InVS), le Dr François Bourdillon, « l’autotest doit rester un test d’orientation diagnostique », à l’image des TROD (test rapide d’orientation diagnostique) réalisés en milieu associatif. « Un diagnostic positif ou négatif doit être confirmé par un test en laboratoire, surtout si l’autotest a été acheté suite à une prise de risque », poursuit le Dr Bourdillon. 

La fenêtre de séroconversion (délai entre l’infection et le moment auquel le test devient positif) des autotests peut aller jusqu’à 3 mois. Un résultat négatif ne peut être considérée comme fiable que s'il n'y a pas eu prise de risque au cours des 3 derniers mois. Le diagnostic définitif ne peut être apporté que par un test ELISA de 4e génération ou en laboratoire.

En cas de prise de risque datant de moins de 48 heures, il est recommandé de se rendre aux urgences pour une consultation et un éventuel traitement prophylactique post-exposition. Des recommandations ont été émises par la Haute Autorité de santé en avril dernier (*).

Les autotests ont pris leur temps

Marisol Touraine a autorisé la commercialisation des autotests il y a deux ans, mais il a fallu du temps avant qu’un fabriquant ne se décide à obtenir un marquage CE.

La décision concernant l’autorisation de cet autotest en France découle de plusieurs enquêtes, notamment l’étude ANRS Webtest, au cours de laquelle 9 000 hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), recrutés sur Internet, ont été questionnés. Environ 30 % d’entre eux connaissaient son existence, mais seulement 82 se l’étaient procuré par Internet à l’étranger et 69 l’avaient effectivement utilisé. Parmi les 5 900 répondants qui déclaraient ne pas être séropositifs, 86,5 % exprimaient leur intérêt pour le test.

On estime actuellement à 30 000 le nombre de personnes ignorant leur séropositivité, dont un tiers de HSH, un tiers de personnes originaires d’Afrique subsaharienne et un tiers d’hétérosexuels nés en France.

 

(*) Mise à jour de l'article le 15/09/2015.

 

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ABATTAGE

6 patients à l'heure ? 100 généralistes pétitionnent contre « l'abattage »

La polémique sur les contreparties au financement des assistants médicaux (en nombre de patients ou de consultations supplémentaires) rebondit. Après que les syndicats de médecins libéraux ont dénoncé le modèle « productiviste »... 4

Chez le nourrisson, l'anesthésie générale ne provoque pas de surrisque de trouble neurologique

anesthesie nourrisson

L'exposition à une anesthésie générale de courte durée chez des tout-petits ne semble pas associée à un risque accru de troubles... Commenter

Effic'Asthme, l'appli pour apprendre aux parents à gérer les crises d'asthme de l'enfant

Efficasthme02

Respiration sifflante, soulèvement alterné du thorax et de l'abdomen… pas de doute : ce jeune enfant virtuel de 2 ans est en train de faire... Commenter

La CARMF torpillée par le système universel ?Retraites des médecins libéraux : les risques de la réforme Macron

Abonné
carmf

Extinction de la CARMF, menace sur la solidarité professionnelle, étatisation de la gouvernance, incertitude sur les réserves… Un rapport... 2

Incitation à l'installation : au congrès de l'ISNAR-IMG, les internes de médecine générale dépités par le CESP

cesp

Retard de paiement, manque d'accompagnement des tutelles sanitaires, problème de zonage… Le contrat d'engagement de service public (CESP)... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter