Migrants : les médecins allemands s’inquiètent de l’insuffisance des structures sanitaires

Migrants : les médecins allemands s’inquiètent de l’insuffisance des structures sanitaires

07.09.2015
  • Migrants : les médecins allemands s’inquiètent de l’insuffisance des structures sanitaires - 1

Si beaucoup de médecins s’engagent bénévolement pour venir en aide aux migrants syriens, arrivés massivement en Allemagne ces deux dernières semaines, leurs représentants officiels s’inquiètent de l’insuffisance des structures sanitaires mises à leur disposition. L’afflux de migrants, s’il est mal pris en charge médicalement, menace non seulement leur propre santé, mais aussi celle de la population allemande en général, souligne l’Ordre des médecins.

Le Dr Frank Ulrich Montgomery, président de l’Ordre fédéral des médecins, appelle tous ses confrères, actifs ou retraités, à se mobiliser pour les migrants, mais attend aussi du gouvernement une mobilisation beaucoup plus forte en matière de santé, tant en matière de structures que de personnel. Les médecins employés par l’État, notamment les praticiens de santé publique, devraient coordonner rapidement l’ensemble des prises en charge médicales. L’Ordre, mais aussi l’association des pédiatres, s’inquiète des contrôles sanitaires insuffisants des migrants et redoute la réapparition de maladies infectieuses en Allemagne, en particulier des tuberculoses multirésistantes.

Polémiques sur le financement des soins

Aux insuffisances sanitaires s’ajoutent des polémiques sur le financement et la prise en charge des soins médicaux. Si beaucoup de médecins travaillent bénévolement, l’organisation générale des structures incombe aux régions et aux communes, une situation provisoire qui ne pourra pas durer. Certaines villes et régions à majorité socialiste souhaitent que les migrants bénéficient rapidement de cartes d’assurés sociaux qui leur donneraient les mêmes droits que les Allemands et leur permettraient de se faire soigner dans les structures de soins officielles, hospitalières comme libérales. Les régions et villes chrétiennes démocrates, elles, s’opposent à la généralisation des cartes santé pour les migrants, car celle-ci aurait, selon elles, un effet incitateur qui augmenterait encore le nombre de migrants se rendant en Allemagne. Quelques villes ont trouvé une solution intermédiaire : les demandeurs d’asile en attente de décision disposent de cartes de santé « light », qui leur garantissent des soins médicaux de base, limités à un certain nombre de prestations essentielles.

Crainte d’une recrudescence des maladies infectieuses

Sur place, les migrants sont rassemblés dans des centres de transit ou, souvent, dans des anciennes casernes ou des établissements publics désaffectés. Selon les médecins qui y travaillent, les conditions médicales sont très variables, avec trop peu de matériel d’examens et une hygiène très insuffisante. À Dresde, par exemple, les médecines bénévoles œuvrant dans un centre d’accueil accueillant un millier de migrants relèvent que 10 % d’entre eux ont besoin de soins médicaux, mais que les conditions de travail évoquent plus « un hôpital militaire de campagne » que des structures réellement adaptées, alors même que les migrants n’ont pas accès aux structures de soins officielles de la ville. Ici aussi, les médecins s’inquiètent avant tout de la recrudescence des maladies infectieuses, d’autant plus que de nombreux migrants sont arrivés en Europe malades et extrêmement affaiblis. Au-delà du « devoir humanitaire » fréquemment cité par les personnalités politiques allemandes, l’arrivée, parmi les réfugiés, de nombreux jeunes forts d’un bon niveau d’études pourrait aussi contribuer à réduire les problèmes démographiques dont souffre l’Allemagne, y compris en matière de santé : visitant il y a quelques jours un grand centre d’accueil installé à Lebach, en Sarre, le ministre de la Santé, Hermann Gröhe, a rappelé que beaucoup de migrants pourront trouver des emplois dans la santé, ou faire des études de santé en Allemagne.

Denis Durand de Bousingen
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
internes

48 heures par semaine maximum ? 50 % des internes de médecine générale dépassent le temps de travail réglementaire

Surcharge de travail, pression des médecins seniors : un interne en médecine générale sur deux (en première, deuxième ou troisième année), dépasse le temps de travail hebdomadaire réglementaire, révèle une enquête* d'envergure de... 12

Le nombre de cas de rougeole a bondi de 50 % en 2018, selon l'OMS

rougeole

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) alerte sur un bond d'environ 50 % des cas signalés de rougeole en 2018 par rapport à 2017. À la... 8

Dépistage organisé du cancer du sein : de bonnes performances malgré une légère baisse de la participation

depistage cancer sein

Malgré un taux de participation en légère baisse, les indicateurs de performance du dépistage organisé du cancer du sein « attestent de la... 4

Téléconsultation : des syndicats et l'Ordre s'inquiètent de « dérives commerciales »

teleconsult

Cinq mois jour pour jour après la généralisation de la téléconsultation, MG France s'alarme ce vendredi de « dérives commerciales » non... 4

Après un ressenti négatif en consultation, 60 % des patients ont déjà cherché un nouveau médecin

experience negative

Près d'un patient sur deux estime que leur médecin n'est pas assez attentif en consultation, selon une étude en ligne* réalisée auprès d'un... 10

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter