À La Baule, le patron de la CNAM ironise sur la surenchère tarifaire

À La Baule, le patron de la CNAM ironise sur la surenchère tarifaire

04.09.2015
  • Nicolas Revel, directeur général de la CNAM.

    À La Baule, le patron de la CNAM ironise sur la surenchère tarifaire

Le directeur général de la CNAM, Nicolas Revel, a planté le décor des prochaines négociations conventionnelles, ce vendredi 4 septembre, lors des rencontres de La Baule (Loire-Atlantique) organisées par la Conférence nationale des URPS-médecins libéraux.

Devant un auditoire de près de 200 élus, Nicolas Revel a d’abord abordé le sujet de la rémunération. Pour 2014, le montant total des rémunérations accordées aux médecins libéraux s’est élevé à 24,7 milliards d’euros, « soit environ la moitié du budget des soins de ville », a-t-il rappelé. La valeur du C n’a pas bougé depuis 2011, mais Nicolas Revel rappelle que l’acte entre à hauteur de 90 % dans la rémunération des libéraux en général, et à 81% dans celle des omnipraticiens libéraux.

« La rémunération mixte s’impose de plus en plus, note le patron de la CNAM, et c’est une tendance que l’on observe aussi dans d’autres pays. »

Peu de marges de manœuvre

Nicolas Revel ne s’est pas caché derrière son petit doigt, évoquant les contraintes budgétaires et un ONDAM fixé pour 2016 et 2017 à 1,75 %. « La prochaine convention ne permettra pas d’ouvrir des marges de manœuvre aussi considérables que vous le souhaiteriez », a-t-il lancé aux médecins présents. L’ONDAM de ville devrait tout de même progresser plus vite que l’ONDAM hospitalier au cours des deux prochaines années, a-t-il avancé.

Le patron de l’Assurance-maladie a ironisé sur les revendications tarifaires formulées ces dernières semaines par les syndicats dans le cadre des prochaines élections professionnelles. « Je suis un peu perdu sur l’objectif cible des revalorisations. J’ai entendu 25 euros, mais il me semble qu’au cours des derniers jours, on a parlé de 30 euros, et même de 45 euros pour certains. » La salle rit de bon cœur. Sans se risquer au moindre pronostic, Nicolas Revel rappelle le coût que représenterait une revalorisation de deux euros : « Un C à 25 euros, c’est 600 millions d’euros, soit 0,3 point d’ONDAM. »

La CNAM mise sur la ROSP pour la prochaine convention

Mais il n’y a pas que le C dans la vie... « Les autres modes de rémunération ont vocation à être des éléments de réponse à vos conditions d’exercice, a ajouté le directeur général. Il faudra cependant réfléchir avec les syndicats à une plus grande lisibilité de ces autres modes qui sont nombreux, sédimentés, et n’atteignent pas tous leur objectif. »

Une chose est sûre, la ROSP devra « rester un élément important » de la prochaine convention affirme Nicolas Revel. Le patron de l’Assurance-maladie juge que cette rémunération a trouvé sa place. « On peut la critiquer, concède-t-il, il y a sûrement eu des effets d’aubaine, mais elle s’est traduite par une meilleure rémunération et par de meilleurs indicateurs de santé publique. »

Nicolas Revel a estimé que l’avenant 8 visant à limiter les dépassements d’honoraires présentait un bilan « positif » trois ans après sa signature. Le contrat d’accès aux soins de modération tarifaire « continue de progresser (plus de 11 500 signataires, ndlr), il y a une baisse du taux moyen de dépassement pour l’ensemble du secteur II, alors que ça montait depuis dix ans ».

Le patron de la CNAM a réaffirmé qu’il n’y avait « pas de maîtrise possible sans tarifs opposables ». « Le secteur I doit rester l’élément structurant du paysage », a-t-il conclu.

Henri de Saint Roman
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Soignants en souffrance : avec la création d'un réseau national, l'association SPS met le turbo

En seulement trois années d'existence, l'association Soins aux professionnels en santé (SPS) a renversé la table en matière de prise en... 1

Le Caravage, victime d’un staphylocoque doré il y a 400 ans

Caravage

Quatre siècles après le décès d’un des plus grands peintres italiens du XVIIe siècle, une équipe franco-italienne élucide les causes du... 6

Carabins et internes auscultent le plan Macron : de bonnes idées... et des risques !

paces

Ni carton rouge, ni chèque en blanc : les étudiants en médecine (ANEMF), internes (ISNI et ISNAR-IMG) et jeunes praticiens (chefs de... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter