Entorse du poignet, fractures : la HAS rend son avis sur les durées indicatives d’arrêt de travail

Entorse du poignet, fractures : la HAS rend son avis sur les durées indicatives d’arrêt de travail

Christophe Gattuso
| 04.09.2015
  • Entorse du poignet, fractures : la HAS rend son avis sur les durées indicatives d’arrêt de travail - 1

    Entorse du poignet, fractures : la HAS rend son avis sur les durées indicatives d’arrêt de travail

Saisie par l’Assurance-maladie, la Haute Autorité de santé a publié ce vendredi un avis détaillé sur les référentiels concernant la durée d’arrêt de travail pour l’entorse du poignet, la fracture des os du pied (phalange et métatarse) et la fracture de côte isolée.

Après une revue des recommandations de pratique clinique française et internationale et la consultation des sociétés savantes de médecine générale, chirurgie orthopédique, rhumatologie et médecine du travail, la HAS n’a pas formulé d’objection aux durées indicatives d’arrêt de travail proposées par la CNAM. La HAS admet cependant « ne pas disposer d’éléments suffisamment pertinents pour se prononcer sur les durées indicatives d’arrêt des trois pathologies », « en l’absence de littérature de haut niveau et de recommandations de pratique clinique ».

Prudence

Pour une entorse du poignet, la CNAM recommande un arrêt de travail de 3 à 84 jours selon la gravité et le type d’emploi (sédentaire ou travail physique lourd). « La durée de l’arrêt initial est à adapter selon le côté atteint (dominant ou non), l’âge du patient, la présence de lésions associées, les complications éventuelles... », précise l’Assurance-maladie.

La durée de référence d’arrêt pour une fracture de phalange devrait, selon la CNAM, osciller de 4 à 56 jours tandis que pour une fracture du métatarse, elle devrait être comprise entre 4 et 84 jours (selon le traitement orthopédique ou chirurgical). Enfin, la caisse préconise un congé maladie de 7 jours (pour une à trois côtes fracturées) à 42 jours pour plus de trois côtes fracturées (avec de fortes différences selon le type d’emploi).

Les sociétés savantes, à l’instar du collège de médecine générale, ont exprimé leurs réserves sur l’utilisation de telles fiches, arguant qu’elles pourraient devenir « opposables et utilisées à l’encontre du patient et parfois du médecin ».

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
hauts salaires

Hauts salaires de la fonction publique : 7 850 euros en moyenne pour les 1 % les mieux payés... dont 54 % dans les hôpitaux

Ils forment l'élite financière de la fonction publique (tous corps confondus) : quelque 48 500 agents, soit 1 % des employés les mieux payés, gagnent en moyenne 7 850 euros nets mensuels, loin du privé mais avec des revenus qui... 11

Grand Débat : médecins, vous avez la parole !

grand debat

À l’occasion du Grand Débat national, Nehs et le Groupe profession santé auquel appartient « le Quotidien du Médecin », « le Généraliste »,... 1

Agnès Buzyn candidate aux élections européennes ?

buzyn europe

Selon le journal « Les Échos », Agnès Buzyn pourrait quitter son maroquin pour se présenter aux élections européennes qui auront lieu du 23... 11

Le Nutri-score devient obligatoire sur tous les supports publicitaires

NUTRI SCORE

L'Assemblée a rendu obligatoire jeudi l'affichage du « Nutri-score » sur tous les supports publicitaires (Internet, télévisés,... 1

Live ChatDépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)

Live Chat - Dépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)-0

Alors que sa parole se fait plutôt rare dans les médias, le Pr Norbert Ifrah, président de l’Institut national du Cancer (INCa) depuis...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter