L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins

L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins

Anne Bayle-Iniguez
| 25.08.2015
  • L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins-1

La parution au « Journal officiel » d’une décision de l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie (UNCAM) ouvrant la classification commune des actes médicaux (CCAM) aux actes effectués par les sages-femmes à compter du 1er janvier 2016 relance le conflit de territoire entre ces professionnelles et les médecins, gynécologues obstétriciens en tête.

« Totalement opposée » à cette extension de la CCAM, la CSMF a dénoncé ce mardi un « nouvel exemple édifiant de la mise en œuvre du démantèlement du métier et de l’expertise du médecin » par les pouvoirs publics. Pour le syndicat, l’Assurance-maladie « continue son entreprise de démolissage et passe outre l’avis des experts de la commission [de hiérarchisation des actes professionnels, NDLR], qui établit et valide les règles de hiérarchisation des actes ».

La CSMF réclame la création d’un modificateur spécifique différenciant les actes pratiqués par les médecins et les sages-femmes « qui tienne compte des particularités de chaque métier ».

Une « dérive » pour le SYNGOF

L’ouverture officielle de la CCAM aux sages-femmes intervient alors que le conseil national de l’Ordre des sages-femmes s’insurge des propos récemment tenus sur le même sujet par le Dr Bertrand de Rochambeau, nouveau président du Syndicat des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF), dans un entretien au « Quotidien ». En digne successeur du Dr Jean Marty, avec lequel les sages-femmes entretenaient des relations pour le moins ombrageuses, le médecin avait estimé que l’ouverture de la CCAM aux sages-femmes n’était rien de moins qu’une « dérive ».

Argumentaire stérile

« Choquée » par ces propos et le « combat d’arrière-garde » du SYNGOF, Marie-Josée Keller, présidente du conseil de l’Ordre national des sages-femmes, a tenu à réagir auprès du « Quotidien » en invoquant le droit et la pratique professionnelle.

Alors que le président du SYNGOF estime que l’accouchement par le siège relève de la responsabilité unique du médecin, l’Ordre des sages-femmes souligne que cet acte, couramment pratiqué sur le terrain, est inclus dans le référentiel « métier et compétences » élaboré avec le collège national des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF).

L’ablation de stérilet par matériel de préhension intra-utérin ? Les sages-femmes sont habilitées à pratiquer cet acte qui n’a rien de pathologique depuis la loi Bachelot de 2009, ajoute Marie-Josée Keller.

Quant au monitorage échographique, les sages-femmes sont autorisées à assurer des activités d’assistance médicale depuis la loi de bioéthique de 2011.

« Au regard de la loi, le procès d’intention du SYNGOF est particulièrement malvenu », insiste Marie-Josée Keller, peu disposée à « rentrer dans un argumentaire stérile » mais décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

À acte égal, rémunération égale

Marie-Josée Keller récuse enfin les propos du Dr de Rochambeau relatif aux conséquences financières que pourrait avoir l’ouverture de la CCAM à la profession. « Il y a en France 22 000 sages-femmes, dont 5 000 libérales, argumente-t-elle. C’est peu, et les dépassements d’honoraires sont rares. S’il y avait un effet de concurrence, ça se saurait ! Ce n’est pas en intégrant la CCAM qu’on va rafler la clientèle des médecins ! » Et de rappeler que le revenu annuel moyen net des professionnelles libérales avoisine les 25 000 euros.

Tandis que, sur le terrain, médecins et sages-femmes travaillent souvent en bonne intelligence, les bisbilles récurrentes dans les hautes sphères syndicales finiront-elles par un happy end ? Rien n’est moins sûr. Lasse des « phrases assassines » du SYNGOF à l’encontre de sa profession, Marie-Josée Keller lâche : « La balle est dans leur camp. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 16 Commentaires
 
laurent Médecin ou Interne 03.09.2015 à 09h44

Les sages-femmes ont obtenu la possibilité de pratiquer la gynécologie médicale par voie législative le financement arrive 5 ans après, pour des raisons économiques et d'accès aux soins sans Lire la suite

Répondre
 
cat. sage-femme Sage femme 31.08.2015 à 18h50

Ouah !! On vous fait si peur que ça ?!! Méfiez-vous, même les dinosaures ont fini par disparaitre.

Répondre
 
Annie SF Sage femme 28.08.2015 à 11h11

Les sages-femmes ont une formation qui leur permet d'effectuer des actes de leur compétence. Le suivi de grossesse, l'accouchement eutocique, les échographies et le suivi gynéco simple sont leur Lire la suite

Répondre
 
A.D Médecin ou Interne 30.08.2015 à 15h58

« Le problème ce n'est pas un manque de médecins généralistes mais plutôt un trop grand nombre de sages-femmes formées installées très souvent dans des zones de forte densité médicale, comme elles man Lire la suite

Répondre
 
Dominique S Médecin ou Interne 01.09.2015 à 22h38

«  C'est quoi un suivi gynéco simple ?
la France manque aussi de gynécologues médicales ...pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? »

Répondre
 
A.D Médecin ou Interne 28.08.2015 à 09h05

On constate que les sages-femmes, à la différence des médecins, savent défendre leur profession.
Dépeçage programmé de la médecine... donc paupérisation de la profession de médecin...Tous les Lire la suite

Répondre
 
Françoise L Sage femme 27.08.2015 à 21h07

« Je suis attristée des énièmes réactions dédaigneuses de nos confrères, en particulier des adhérents du SYNGOF...L'activé médicale a besoin encore d'évaluation et jusqu'à présent à l'hôpital vous pou Lire la suite

Répondre
 
A.D Médecin ou Interne 28.08.2015 à 09h46

Si déjà le gynéco-obstétricien est votre "confrère"... c'est normal que vous réclamiez d'être payé comme lui...

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 21

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter