L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins

L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins

Anne Bayle-Iniguez
| 25.08.2015
  • L’ouverture de la CCAM aux sages-femmes relance le conflit de territoire avec les médecins-1

La parution au « Journal officiel » d’une décision de l’Union nationale des caisses d’assurance-maladie (UNCAM) ouvrant la classification commune des actes médicaux (CCAM) aux actes effectués par les sages-femmes à compter du 1er janvier 2016 relance le conflit de territoire entre ces professionnelles et les médecins, gynécologues obstétriciens en tête.

« Totalement opposée » à cette extension de la CCAM, la CSMF a dénoncé ce mardi un « nouvel exemple édifiant de la mise en œuvre du démantèlement du métier et de l’expertise du médecin » par les pouvoirs publics. Pour le syndicat, l’Assurance-maladie « continue son entreprise de démolissage et passe outre l’avis des experts de la commission [de hiérarchisation des actes professionnels, NDLR], qui établit et valide les règles de hiérarchisation des actes ».

La CSMF réclame la création d’un modificateur spécifique différenciant les actes pratiqués par les médecins et les sages-femmes « qui tienne compte des particularités de chaque métier ».

Une « dérive » pour le SYNGOF

L’ouverture officielle de la CCAM aux sages-femmes intervient alors que le conseil national de l’Ordre des sages-femmes s’insurge des propos récemment tenus sur le même sujet par le Dr Bertrand de Rochambeau, nouveau président du Syndicat des gynécologues obstétriciens de France (SYNGOF), dans un entretien au « Quotidien ». En digne successeur du Dr Jean Marty, avec lequel les sages-femmes entretenaient des relations pour le moins ombrageuses, le médecin avait estimé que l’ouverture de la CCAM aux sages-femmes n’était rien de moins qu’une « dérive ».

Argumentaire stérile

« Choquée » par ces propos et le « combat d’arrière-garde » du SYNGOF, Marie-Josée Keller, présidente du conseil de l’Ordre national des sages-femmes, a tenu à réagir auprès du « Quotidien » en invoquant le droit et la pratique professionnelle.

Alors que le président du SYNGOF estime que l’accouchement par le siège relève de la responsabilité unique du médecin, l’Ordre des sages-femmes souligne que cet acte, couramment pratiqué sur le terrain, est inclus dans le référentiel « métier et compétences » élaboré avec le collège national des gynécologues et obstétriciens de France (CNGOF).

L’ablation de stérilet par matériel de préhension intra-utérin ? Les sages-femmes sont habilitées à pratiquer cet acte qui n’a rien de pathologique depuis la loi Bachelot de 2009, ajoute Marie-Josée Keller.

Quant au monitorage échographique, les sages-femmes sont autorisées à assurer des activités d’assistance médicale depuis la loi de bioéthique de 2011.

« Au regard de la loi, le procès d’intention du SYNGOF est particulièrement malvenu », insiste Marie-Josée Keller, peu disposée à « rentrer dans un argumentaire stérile » mais décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

À acte égal, rémunération égale

Marie-Josée Keller récuse enfin les propos du Dr de Rochambeau relatif aux conséquences financières que pourrait avoir l’ouverture de la CCAM à la profession. « Il y a en France 22 000 sages-femmes, dont 5 000 libérales, argumente-t-elle. C’est peu, et les dépassements d’honoraires sont rares. S’il y avait un effet de concurrence, ça se saurait ! Ce n’est pas en intégrant la CCAM qu’on va rafler la clientèle des médecins ! » Et de rappeler que le revenu annuel moyen net des professionnelles libérales avoisine les 25 000 euros.

Tandis que, sur le terrain, médecins et sages-femmes travaillent souvent en bonne intelligence, les bisbilles récurrentes dans les hautes sphères syndicales finiront-elles par un happy end ? Rien n’est moins sûr. Lasse des « phrases assassines » du SYNGOF à l’encontre de sa profession, Marie-Josée Keller lâche : « La balle est dans leur camp. »

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
hauts salaires

Hauts salaires de la fonction publique : 7 850 euros en moyenne pour les 1 % les mieux payés... dont 54 % dans les hôpitaux

Ils forment l'élite financière de la fonction publique (tous corps confondus) : quelque 48 500 agents, soit 1 % des employés les mieux payés, gagnent en moyenne 7 850 euros nets mensuels, loin du privé mais avec des revenus qui... 11

Grand Débat : médecins, vous avez la parole !

grand debat

À l’occasion du Grand Débat national, Nehs et le Groupe profession santé auquel appartient « le Quotidien du Médecin », « le Généraliste »,... 1

Agnès Buzyn candidate aux élections européennes ?

buzyn europe

Selon le journal « Les Échos », Agnès Buzyn pourrait quitter son maroquin pour se présenter aux élections européennes qui auront lieu du 23... 10

Le Nutri-score devient obligatoire sur tous les supports publicitaires

NUTRI SCORE

L'Assemblée a rendu obligatoire jeudi l'affichage du « Nutri-score » sur tous les supports publicitaires (Internet, télévisés,... Commenter

Live ChatDépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)

Live Chat - Dépister les cancers… ou pas ? Posez vos questions au Pr Norbert Ifrah (INCa)-0

Alors que sa parole se fait plutôt rare dans les médias, le Pr Norbert Ifrah, président de l’Institut national du Cancer (INCa) depuis...

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter