Étude pilote : un test salivaire pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer

Étude pilote : un test salivaire pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer

20.07.2015
  • Étude pilote : un test salivaire pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer - 1

    Étude pilote : un test salivaire pour diagnostiquer la maladie d’Alzheimer

Une petite étude pilote présentée ce dimanche à la conférence internationale de l’Association Alzheimer (AAIC) à Washington, suggère qu’il est possible d’identifier, à partir d’un échantillon de salive, les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Sachant que la maladie s’accompagne de certains troubles métaboliques, une équipe de chercheurs de l’université d’Alberta, au Canada, a cherché à identifier si certains métabolites étaient présents en plus grandes quantités dans la salive des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Ils ont comparé, par chromatographie liquide avec spectrométrie de masse, les composants salivaires de 82 personnes âgées (70 ans minimum) — 35 considérées comme « normales » cognitivement, 25 avec un trouble cognitif léger et 22 avec un diagnostic de maladie d’Alzheimer. Ils ont ensuite validé leurs résultats dans une autre cohorte de 27 participants (10 normales, 10 avec un trouble léger, 7 avec une maladie d’Alzheimer). Leurs résultats révèlent un lien significatif entre certains composés et les capacités cognitives des sujets.

Une méthode simple et peu coûteuse

Alors que les techniques utilisées aujourd’hui pour un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer peuvent se révéler invasives et onéreuses, l’intérêt d’un test salivaire repose dans sa simplicité d’utilisation et son faible coût, note l’association. « La salive est facile à recueillir, c’est une méthode sûre et peu onéreuse, qui a un potentiel prometteur pour prédire et détecter le déclin cognitif des patients, explique Shraddha Sapkota, premier auteur de l’étude, Mais ces travaux en sont à leurs tous débuts et d’autres études sont nécessaires. Il est également important d’évaluer s’il est possible d’utiliser la salive pour identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. »

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
ABATTAGE

6 patients à l'heure ? 100 généralistes pétitionnent contre « l'abattage »

La polémique sur les contreparties au financement des assistants médicaux (en nombre de patients ou de consultations supplémentaires) rebondit. Après que les syndicats de médecins libéraux ont dénoncé le modèle « productiviste »... 14

Chez le nourrisson, l'anesthésie générale ne provoque pas de surrisque de trouble neurologique

anesthesie nourrisson

L'exposition à une anesthésie générale de courte durée chez des tout-petits ne semble pas associée à un risque accru de troubles... Commenter

Effic'Asthme, l'appli pour apprendre aux parents à gérer les crises d'asthme de l'enfant

Efficasthme02

Respiration sifflante, soulèvement alterné du thorax et de l'abdomen… pas de doute : ce jeune enfant virtuel de 2 ans est en train de faire... Commenter

La CARMF torpillée par le système universel ?Retraites des médecins libéraux : les risques de la réforme Macron

Abonné
carmf

Extinction de la CARMF, menace sur la solidarité professionnelle, étatisation de la gouvernance, incertitude sur les réserves… Un rapport... 4

Incitation à l'installation : au congrès de l'ISNAR-IMG, les internes de médecine générale dépités par le CESP

cesp

Retard de paiement, manque d'accompagnement des tutelles sanitaires, problème de zonage… Le contrat d'engagement de service public (CESP)... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter