PV pour stationnement : ce que les médecins doivent savoir

PV pour stationnement : ce que les médecins doivent savoir

Stéphane Long
| 18.07.2015
  • PV pour stationnement : ce que les médecins doivent savoir-1

    PV pour stationnement : ce que les médecins doivent savoir

Trouver une place de stationnement à proximité du domicile de leur patient, en échappant aux contraventions. C’est le casse-tête des médecins de ville.

Aucune réglementation ne leur garantit l’impunité en la matière, pas plus que le caducée, même bien visible sur le pare-brise. Au contraire, il semble parfois que les autorités s’acharnent sur les médecins en visite… Peut-on éviter les mauvaises surprises ? Que faire en cas de PV ? « Le Quotidien » fait le point.

Les médecins ont-ils un passe-droit en matière de stationnement ?

Non. Aucune loi ne garantit aux médecins une impunité en matière de stationnement illicite, même en cas d’urgence médicale. En revanche, une circulaire datant du 26 janvier 1995 (et publiée dans le Bulletin officiel du ministère de l’intérieur n° 95/1 pages 728-729) précise les « facilités de stationnement accordées aux véhicules des médecins » dans le cadre de leur activité. Ces dispositions concernent également les sages-femmes.

Il ne s’agit pas d’un droit, mais d’une tolérance accordée aux professionnels. Le texte précise :

citation
Les véhicules des médecins arborant le caducée, ou ceux des sages-femmes arborant leur insigne professionnel, pourront bénéficier de mesures de tolérance en matière de stationnement irrégulier dès lors que leurs propriétaires sont appelés à exercer leurs activités professionnelles au domicile de leurs patients, ou à proximité de leur domicile en cas d’astreinte et essentiellement pour satisfaire à leurs obligations, en cas d’urgence.citation

Les limites de la tolérance ?

Cette tolérance accordée aux médecins ne vaut pas pour tous les cas de figure. La circulaire de 1995 indique :

citation
Ces stationnements irréguliers ne doivent pour autant pas être de nature à gêner exagéremment la circulation générale ou constituer un danger pour les autres usagers, notamment des piétons.citation

Peut-on occuper une place de livraison le temps d’une visite ? Est-il possible d’empiéter légèrement sur un passage piéton ? Un médecin peut-il s’affranchir de payer son stationnement dans les zones réglementées ?

Le texte ne le précise pas. C’est donc aux agents verbalisateurs d’apprécier les différents cas de figure et le caractère urgent d’une intervention médicale. Ce flou juridique est source de confusion pour les professionnels de santé, d’autant plus que la politique varie considérablement d’une ville à l’autre. Certaines communes appliquent la tolérance zéro à l’égard des médecins et considèrent que les règles de stationnement valent pour tout un chacun. Mieux vaut le savoir avant…

Les précautions à prendre ?

Pour mettre un maximum de chances de son côté, il faut bien entendu apposer le caducée sur le pare-brise de son véhicule et être en mesure de présenter sa carte professionnelle à la demande des agents verbalisateurs. Rappelons également que le caducée est strictement réservé à un usage professionnel. Il doit être retiré du véhicule dès que ce dernier est utilisé dans un cadre privé.

Est-ce que ça marche ?

Les témoignages publiés sur Internet par les médecins sont très variables. L’intérêt du caducée contre les PV est loin de faire l’unanimité. « Dans ma ville, la consigne à la police est de ne pas mettre de PV aux caducées médicaux » raconte un généraliste. Au contraire, « le caducée est moins efficace qu’une patte de lapin contre les prunes » s’amuse cet autre internaute.

« Nous avons parfois la désagréable sensation que la présence du caducée ne fait qu’énerver les policiers municipaux. Certains confrères préfèrent d’ailleurs ne plus s’en servir ! », s’alarmait le Dr Michel Bachelet (CSMF), interrogé en 2011 par Ouest France.

Que faire en cas de PV ?

Les médecins peuvent contester l’infraction par la voie légale classique en rappelant les termes de la circulaire de 1995 et en exposant les motifs de leur intervention. En 2010, le ministère de l’Intérieur rappelait lui-même cette possibilité de recours aux médecins, suite à une question d’un député au gouvernement :

citation
Malgré l’apposition d’un caducée sur le pare-brise du véhicule, l’agent verbalisateur, en l’absence du praticien, ne peut pas toujours, au moment de la constatation de l’infraction, obtenir la preuve que le véhicule est utilisé à des fins exclusivement professionnelles. Il appartient alors au requérant, conformément aux instructions figurant au verso de la carte de paiement de la contravention remise, d’adresser à l’unité verbalisatrice une lettre dûment motivée, accompagnée de la carte de paiement complétée et de l’avis de contravention.citation

Les médecins peuvent également en appeler à leur conseil de l’Ordre départemental, dont les services sont bien souvent rodés à cet exercice. Mais, là encore, tous les conseils n’appliquent pas la même consigne et dans certains cas, le médecin sera livré à lui-même.

À quand une loi pour clarifier la situation ?

Le sujet du stationnement des professionnels de santé revient régulièrement au Parlement sous forme de questions posées au gouvernement. À ce jour, le législateur s’est toujours refusé à accorder un passe-droit aux médecins, en invoquant des questions de droit constitutionnel, et malgré la volonté de ne pas freiner la pratique des soins à domicile (voir cette question posée au Sénat en 1997).

Y a-t-il des dispositions propres à certaines villes ?

Pour mettre fin au flou juridique, certaines municipalités ont pris des dispositions, en proposant notamment des cartes de stationnement prépayées. À Paris, la préfecture et le conseil départemental de l’Ordre ont signé un partenariat visant à clarifier la situation. Les médecins peuvent stationner dans les zones payantes à condition de s’acquitter de la première tranche horaire de stationnement de la journée en cours (avec le caducée bien visible). Sous conditions (voir le CDOM), ils peuvent également bénéficier d’une « vignette urgence » (délivrée en début d’année) qui leur permet de garer leur véhicule sur les zones de livraison, le temps d’une visite, et à condition d’afficher le ticket horodateur de la première tranche horaire. La liste des professionnels concernés est transmise à la préfecture de police. D’autres villes ont mis en place des dispositifs similaires. Il est donc conseillé de se renseigner en mairie.

Que risque un médecin en cas d’abus ?

Une utilisation anormale du caducée peut entraîner des sanctions ordinales (retrait du caducée), en plus de l’établissement du procès-verbal de contravention pour stationnement irrégulier.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 40 Commentaires
 
PATRICK C Médecin ou Interne 27.01.2016 à 11h18

Enlèvement de ma voiture sur un emplacement réservé aux livraisons, alors que j'avais le caducée, que la police municipale connaît ma voiture et à 150 m de mon cabinet. Personne n'a eu l'idée de Lire la suite

Répondre
 
PATRICK C Médecin ou Interne 27.01.2016 à 11h14

Enlèvement de ma voiture sur un emplacement réservé aux livraisons, alors que j'avais le caducée, que la police municipale connaît ma voiture et à 150 m de mon cabinet. Personne n'a eu l'idée de Lire la suite

Répondre
 
MARIE NOELLE C Médecin ou Interne 25.07.2015 à 09h45

« Je vous conseille de venir vous installer à la campagne , on y a une belle qualité de vie et pas de PV pour stationnement ! »

Répondre
 
PHILIPPE L Médecin ou Interne 20.07.2015 à 22h40

« J'ai eu un PV alors que le personnel de l'epadh signalait aux policiers que je faisais une visite dans l'établissement !
Il paraît que je faisais les soldes!
Au royaume de la bêtise vive Nantes et Lire la suite

Répondre
 
horace Médecin ou Interne 20.07.2015 à 15h47

La médecine générale meurt et on lui donne encore un coup derrière la tête : j'ai des contraventions qd je me gare devant mon cabinet : et bien je prendrais ma retraite plus tôt puisque la Lire la suite

Répondre
 
ZOSTRA Médecin ou Interne 05.01.2017 à 02h25

Et tu sais pas confrère on est des vieux!place aux jeunes comme ils disent.....mais ce qu'ils ne savent pas, c'est que les vieux deviennent vieux et que les jeunes deviendront -ils vieux?

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Arrêt de commercialisation du Cytotec, et objectif zéro médicament pendant la grossesse : les chantiers de l’ANSM

ansm

Le laboratoire Pfizer, qui commercialise le Cytotec, a annoncé que ce médicament ne serait plus distribué en France à partir du 1er mars... Commenter

Les médecins, des brutes en blanc ? C’est tout l’inverse, conclut une étude de la DREES

drees

88 % des Français sont plutôt satisfaits, voire très satisfaits de leur médecin. C’est le constat du dernier baromètre d’opinion de la... Commenter

« Les ECN seront supprimées », annonce le patron des doyens au congrès de l'Ordre

ECN

Le président de la conférence des doyens de médecine a créé la surprise, ce jeudi après-midi, en annonçant la fin programmée des épreuves... 33

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter