Plus de profs, internats ruraux : le plan des généralistes enseignants pour sortir la filière de l’ornière

Plus de profs, internats ruraux : le plan des généralistes enseignants pour sortir la filière de l’ornière

Christophe Gattuso
| 03.07.2015
  • Plus de profs, internats ruraux : le plan des généralistes enseignants pour sortir la filière de l’ornière-1

Le Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG) propose un plan d’envergure pour renforcer la filière universitaire de la spécialité, alors que s’ouvrent ce vendredi les travaux préparatoires de la grande conférence de santé.

La formation initiale et continue des professionnels de santé figure précisément parmi les principaux axes de réflexion des groupes de travail mis en place par le ministère de la Santé.

La filière universitaire de médecine générale étant un sous-effectif chronique, avec un faible taux d’encadrement des internes (un enseignant temps plein pour 103 internes), le SNEMG réclame la titularisation chaque année de 20 professeurs, 30 maîtres de conférence et 50 chefs de cliniques des universités pendant les dix prochaines années. Ces effectifs doivent permettre d’engager le virage ambulatoire que prévoit la loi de santé, souligne le syndicat.

DES en 4 ans

Les généralistes enseignants plaident également pour l’allongement d’un an de l’internat des futurs généralistes (de 3 à 4 ans) avec une quatrième année de formation réalisée en cabinet de ville.

Le SNEMG voudrait que les internes puissent être davantage accueillis, notamment en zone rurale, dans des maisons et pôles de santé universitaires avec internats ruraux. « Les internats ruraux sont une solution à l’hébergement des étudiants dans les lieux de stage reculés », assure le syndicat présidé par le Dr Matthieu Calafiore.

Le SNEMG souhaite enfin que la fonction des 8 500 maîtres de stage qui accueillent étudiants et internes soit revalorisée dans le cadre de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP). Il préconise la création de financements spécifiques et pérennes en matière de développement professionnel continu (DPC) pour la formation des formateurs. « Ces propositions respectent les objectifs gouvernementaux et peuvent apporter des résultats efficaces tout en étant peu coûteuses pour la collectivité », affirme le SNEMG.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
FREDERIC M Médecin ou Interne 06.07.2015 à 08h30

« Pourquoi pas rajouter dix ans d'études, plus les médecins abordent l'exercice de ville tard moins ils veulent y aller. Je me suis installé en 1990. Ayant fini mes études en novembre 1989, thèse pass Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... 1

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter