« Le Mariage de Maria Braun » - L’art de Thomas Ostermeier

« Le Mariage de Maria Braun »L’art de Thomas Ostermeier

25.06.2015

Le metteur en scène allemand Thomas Ostermeier a adapté le film de 1978 de Rainer Werner Fassbinder. Ursina Lardi incarne l’héroïne, entourée de quatre comédiens qui jouent tous les rôles, y compris ceux des femmes. Âpre et jubilatoire.

  • Die Ehe der Maria BraunNach einer Vorlage von Rainer Werner FassbinderDrehbuch: Peter MÃ...
  • Berlin, années 1950

Théâtre

La brève vie de Rainer Werner Fassbinder (1945-1982) ne l’a pas empêché de laisser une œuvre très importante, au théâtre comme au cinéma. Souvent, ses films s’appuient sur une pièce. Ce n’est pas le cas du « Mariage de Maria Braun », tourné en 1978 avec Hanna Schygulla. Thomas Ostermeier, d’une autre génération (il est né en 1968), en a adapté le scénario.

Nous sommes à Berlin-Ouest, dans les années 1950. La ville détruite par la guerre est occupée par les Alliés ; le mur n’a pas encore été élevé. Maria (Ursina Lardi), dont le mari est porté disparu dans les combats, est entraîneuse dans un bar pour Américains. Un jour, elle tue accidentellement un de ses clients. L’époux revient et, sans qu’elle ne lui ait rien demandé, endosse le crime…

Sur un plateau encombré de sièges recouverts de tweed et fermé par des voilages clairs (à Avignon, le spectacle se donnait en extérieur), Thomas Ostermeier dirige d’une main très ferme des comédiens engagés de toutes leurs fibres dans ce parcours étrange. C’est vif, elliptique, féroce, souvent drôle malgré le fond très sombre du tableau. Tout se déroule sur ce plateau. Les comédiens se changent parfois à vue, passent d’un rôle à l’autre et même, on l’a dit, d’un sexe à l’autre. La vidéo tient un rôle essentiel. Les interprètes la manient eux-mêmes en plans rapprochés d’une terrible vérité.

Théâtralement, c’est fascinant et jubilatoire. La blonde et très belle Ursina Lardi est aussi lumineuse que mystérieuse. Elle a une très belle voix, envoûtante, et est tout à fait bouleversante. Ses camarades, Thomas Bading, Robert Beyer, Moritz Gottwald, Sebastian Schwarz, sont déliés et impressionnants.

On nous parle ici de notre monde : la fable de Maria Braun, complètement ancrée dans l’histoire de l’Allemagne, n’est pas sans écho aujourd’hui, comme le montre Ostermeier. Du grand art.

Théâtre de la Ville, jusqu’au 3 juillet. À 20 h 30 du mardi au samedi, à 15 heures le dimanche 28 juin. En langue allemande avec surtitrage. Durée : 1 h 45. Tél. 01.42.74.22.77, www.theatredelaville-paris.com.
Armelle Héliot
Source : Le Quotidien du Médecin n°9423

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 3

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter