Deux médecins proches des parents de Vincent Lambert estiment que sa prise en charge au CHU de Reims n’est pas conforme à son état

Deux médecins proches des parents de Vincent Lambert estiment que sa prise en charge au CHU de Reims n’est pas conforme à son état

25.06.2015
  • La mère de Vincent Lambert, décidée à se battre.

Le Pr Xavier Ducroq et le Dr Bernard Jeanblanc, les médecins-conseils des parents de Vincent Lambert et de deux de ses frères et sœurs ont réuni la presse ce jeudi à Paris pour présenter leur désaccord profond avec certaines réactions suscitées par la diffusion de la vidéo du 10 juin dernier. « Nous avons été choqués par les propos de certains de nos confrères (…) qui ont dit un certain nombre de choses que, d’un point de vue médical, on ne peut pas tolérer », a expliqué Xavier Ducroq, professeur de neurologie et d’éthique au CHRU de Nancy-Université de Lorraine.

Ils sont également revenus sur la prise en charge, « lacunaire », selon eux, de Vincent Lambert au CHU de Reims et diffusé une nouvelle vidéo tournée, selon toute vraisemblance, à l’insu du personnel soignant de l’établissement. Une vidéo dont ils ont expressément refusé la captation et dans laquelle on voit, durant quelques secondes, la mère de Vincent Lambert tenter de l’alimenter par la voie naturelle.

« Pas au bon endroit »

Pour le Dr Jeanblanc, chef de service d’une unité pour polyhandicapés et d’une unité de vie spécialisée pour les personnes en état pauci-relationnel à Strasbourg, Vincent Lambert « n’est pas au bon endroit depuis le début ». Le fait qu’il ait été placé dans une unité dédiée au sein d’un service de soins palliatifs gériatriques est, selon lui, « une erreur ». Assez clairement, il estime que « cette prise en charge n’est pas respectueuse de Vincent Lambert ».

Au sujet de la vidéo, le Dr Jeanblanc explique qu’« elle montre que Vincent est en capacité de prendre en petite quantité des aliments qui peuvent être des "aliments plaisir" et l’on s’étonne donc, qu’en l’absence de troubles de la déglutition, une rééducation n’ait pas été instaurée dans le service où il se trouve (…) Une telle rééducation aurait peut être permis une alimentation en quantité plus importante ».

La CHU mis en cause

En conformité avec la ligne argumentaire utilisée depuis un certain temps, le Dr Jeanblanc estime que « le CHU de Reims ne respecte en aucun cas plusieurs points de la circulaire de mai 2002 qui définit avec grande précision la prise en charge de ces patients dans cette situation. L’absence de mise en fauteuil, l’absence de rééducation de la déglutition font effectivement penser qu’il est mal pris en charge ».

Les deux médecins qui affirment n’avoir pas été présents lors du tournage de la vidéo, avouent par ailleurs que leur présence dans le service « n’est pas la bienvenue ». Un service qui ne leur semble donc pas ou plus capable de prendre en charge correctement Vincent Lambert. Le Dr Jeanblanc estime d’ailleurs que « dans la mesure où il est dans une situation d’attente d’une limitation de traitement, il est clair que Vincent n’a plus sa place dans cette institution, d’autant que son état de santé lui permettrait de retourner dans un domicile quelconque ».

Benoît Thelliez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
MICHEL P Autre Professionnel Santé 29.06.2015 à 21h37

« Cette médiatisation, où les copains et les copines se moussent pétitionnent, passent dans le Quotidien en devient écœurant;
A quant la copine de la concierge qui dit que ..... qu'on lui a dit q Lire la suite

Répondre
 
IDEST Infirmier 29.06.2015 à 12h01

« Un changement de lieu de prise en charge du patient, quelle que soit l'issue de cette douloureuse affaire, serait une décision raisonnable et profitable à chaque camps. Avant celle éventuelle du cro Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 9

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter