RTU d’Avastin dans la DMLA : bras de fer ente Roche et l’ANSM

RTU d’Avastin dans la DMLA : bras de fer ente Roche et l’ANSM

23.06.2015
  • RTU d’Avastin dans la DMLA : bras de fer ente Roche et l’ANSM - 1

Hier, le laboratoire Roche a indiqué qu’il « réaffirmait » son opposition à une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) pour son médicament Avastin (bévacizumab), dans l’indication du traitement de la forme néovasculaire de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

Fin mars, la commission d’évaluation initiale du rapport bénéfice/risque des produits de santé de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait rendu un avis favorable, à l’unanimité, à l’octroi de cette RTU.

À efficacité égale, l’Avastin présente en effet l’avantage d’être beaucoup moins cher que le Lucentis (ranibizumab, Norvartis) – l’anti-VGE possédant actuellement une autorisation de mise sur le marché dans cette indication. Rappelons que Roche a développé les deux médicaments, mais que le laboratoire suisse a laissé la commercialisation de Lucentis à Novartis, qui lui verse des royalties sur les ventes réalisées.

Mise en place du suivi des patients

Dans le cadre de son projet de RTU, l’ANSM a transmis, fin avril 2015, un projet de protocole de suivi au laboratoire Roche. Cette semaine, ce dernier a répondu qu’il ne pouvait « assumer la responsabilité de la mise en place et du suivi » d’un usage d’Avastin dans le traitement de la DMLA. Pour étayer son propos, le laboratoire met en avant, entre autres, que « la forme pharmaceutique actuelle d’Avastin n’est pas adaptée à une administration intravitréenne. Cette solution ne contient pas de conservateur et un reconditionnement comporte, entre autres, un risque de contamination bactérienne, notamment en l’absence de conservateur ». Le laboratoire rappelle également que l’ANSM elle-même admettait, dans son compte rendu du mois de mars, qu’il est « difficile de déterminer de façon certaine la sécurité d’Avastin administré en intravitréen. » Roche conlut qu’il « ne s’opposerait pas à une éventuelle RTU édictée et mise en œuvre sous la seule responsabilité de l’ANSM, sans intervention de Roche ni aucune nouvelle obligation mise à sa charge. »

La réponse de l’ANSM ne s’est pas fait attendre : l’agence a répliqué aujourd’hui que, « selon les dispositions du Code de la santé publique, la mise en œuvre d’une RTU et le suivi des patients inclus dans ce dispositif incombent au titulaire de l’autorisation de mise sur le marché ».

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
lionel v Pharmacien 24.06.2015 à 10h14

« Avant de passer l'avastin en RTU l'ANSM devrait obliger Roche à reconditionner son produit en seringue préremplie à usage unique (comme le Lucentis) ainsi les conditions d'asepsie pour une injection Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 4

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter