Décision de fin de vie : les parents d’une enfant plongée dans le coma acceptent finalement l’arrêt de la réanimation

Décision de fin de vie : les parents d’une enfant plongée dans le coma acceptent finalement l’arrêt de la réanimation

22.06.2015
  • Les parents de Ayana, 7 mois, plongée dans le coma depuis bientôt 45 jours.

    Décision de fin de vie : les parents d’une enfant plongée dans le coma acceptent finalement l’arrêt de la r...

À l’issue d’une expertise ordonnée par la justice, les parents de la petite Ayana, 7 mois, plongée dans le coma depuis bientôt 45 jours au CHU d’Angers, ont finalement accepté son décès « programmé ». L’avocat des parents Emmanuel Ludot avait introduit auprès du tribunal administratif de Caen une action visant à obtenir un « constat d’urgence » sur l’état de santé du nourrisson après la décision d’arrêt de la ventilation assistée, initialement prévue lundi par l’équipe médicale qui se refusait à mettre en œuvre de traitements pouvant relever d’une « obstination déraisonnable ».

Plainte contre le SAMU d’Alençon

Dans la nuit du 5 au 6 mai, la petite fille avait été victime d’une forte fièvre et de convulsions dans les suites d’une vaccination (deux injections) réalisée quelques heures plus tôt dans un PMI. La mère avait indiqué avoir alors appelé le SAMU qui a « refusé de se déplacer ». Finalement, l’enfant sera conduite dans la nuit à l’hôpital d’Alençon puis transférée au CHU du Mans avant d’être hospitalisé dans le service de réanimation pédiatrique du CHU d’Angers. Dès le lendemain, les parents, âgés tous deux de 22 ans, déposaient une plainte pour non-assistance à personne en danger à la gendarmerie de Sées (Orne), où ils résident.

Lundi, les médecins du CHU décidé « en concertation avec les parents », rappelle le CHU, l’arrêt de la « réanimation lourde ». Le Dr Gérald Boussicault, responsable du service, expliquait à l’AFP : « La fillette a des séquelles neurologiques gravissimes, irréversibles, avec un tableau de souffrances, de douleurs, extrêmes ». Au vu de l’évolution des symptômes, – symptômes douloureux intolérables et rebelles au traitement – « nous avons décidé de manière collégiale de ne pas mettre en œuvre de traitements qui pourraient relever d’une obstination déraisonnable », a expliqué le pédiatre.

Incompréhension de l’équipe médicale

Les parents informés « ont répondu qu’ils n’étaient pas prêts à ce que leur enfant décède mais qu’ils ne le seraient jamais », a précisé le Dr Boussicault. La date de l’arrêt a été décidée avec les parents avant que ces derniers ne changent d’avis, l’équipe soignante n’en étant informée par voie de presse. Face à leur intervention dans les médias, le CHU a d’ailleurs tenu à préciser au nom des soignants entourant l’enfant : « L’équipe a reformulé aux parents ce mercredi 17 juin – de la manière la plus juste, la plus loyale et la plus compréhensible – les alternatives thérapeutiques », rappelant « qu’à aucun moment, les parents n’ont manifesté de désaccord ou d’opposition ». Si tel avait été le cas, la décision aurait été suspendue « afin d’examiner de nouveau avec les parents les conséquences du maintien de la réanimation sur la souffrance d’Ayana », ajoutait le CHU. La mise au point faite, l’équipe indiquait comprendre « la détresse des parents » qu’elle continuera à accompagner.

Une expertise utile

À l’issue de l’expertise de ce week-end, la mère a annoncé, la voix brisée par l’émotion, que « la mort du bébé va être programmée d’ici à six à huit jours » et qu’elle allait avec son mari le veiller avant son départ. « L’expertise a été très utile et a permis aux parents de comprendre la situation dans laquelle ils étaient », a indiqué leur avocat Me Ludot qui était allé jusqu’à mettre en cause la vaccination. « Ils ont l’explication médicale », a-t-il ajouté, soulignant qu’il allait désormais s’attacher à prouver « la responsabilité lourde du SAMU d’Alençon ». « Cette enfant a eu le cerveau détruit par une hyperthermie maligne. C’est la fièvre de 42,5 qui est à l’origine de cette destruction. Si cette fièvre avait été traitée en temps et en heure, nous ne serions pas au chevet d’un bébé qui est sur le point de mourir », a-t-il conclu. L’équipe médiale, elle, se dit, « soulagée de pouvoir reprendre une relation de confiance », avec les parents

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

CongrèsLa convention CHAM plonge dans le futur de la médecine  

Abonné

Le Pr Guy Vallancien organise la neuvième édition de CHAM* vendredi et samedi à Chamonix (Haute-Savoie). Plus de 500 personnes sont... Commenter

Aluminium dans les vaccins : rien pour l'instant ne remet en cause la balance bénéfice risque

vaccins

« Vaccins. Le rapport qui dérange » titre en « une » « le Parisien » de ce 22 septembre. « Exclusif. D'après un rapport sérieux et inédit, b... 10

Quatre ans après la « crise » des pilulesLa diversification de la contraception se poursuit chez les 20-30 ans

Abonné
pilule

Santé publique France a voulu suivre l'évolution des pratiques en matière de contraception depuis la polémique autour des pilules en 2012.... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter