90 praticiens cosignent une tribune pour « sortir l’hôpital public de la crise »

90 praticiens cosignent une tribune pour « sortir l’hôpital public de la crise »

Anne Bayle-Iniguez
| 10.06.2015
  • 90 praticiens cosignent une tribune pour « sortir l’hôpital public de la crise » - 1

Inquiets des contraintes budgétaires qui pèsent sur les hôpitaux et de l’effort de trois milliards d’euros d’économies réclamé au secteur public hospitalier d’ici à 2019, près de 90 praticiens hospitaliers appellent « à redonner du temps et de la liberté aux équipes soignantes en desserrant l’étau actuel qui empêche ou retarde l’adaptation du fonctionnement hospitalier ».

Redistribuer les lits hospitaliers

Gel des investissements, suppression des activités non rentables, recours aux contrats temporaires, politique du « travailler plus sans gagner plus »… Sous la houlette du Pr Bernard Granger, psychiatre à l’Assistance publique – hôpitaux de Paris (AP-HP), les signataires (dont certains sont membres du mouvement de défense de l’hôpital public) proposent une série de mesures pour « sortir l’hôpital public de la crise ».

Les lits hospitaliers ne doivent pas être supprimés mais « redistribués avec plus de lits pour l’aval des urgences et pour les soins de suite », expliquent les médecins.

Soucieux de conditions de travail permettant « un travail d’équipe stable », les PH insistent sur la nécessité de voir médecins et cadres de santé coordonner le travail d’équipe en concertation avec l’administration.

Les hôpitaux doivent également être libres de constituer ou non des pôles de gestion ou des départements médicaux, sans que cela soit une obligation pour tous. « L’unité de base de l’hôpital rest[e] les structures où travaillent les équipes de soins : services ou unités fonctionnelles », précisent les médecins.

En finir avec la « dictature » du tout T2A

Concernant les gisements d’économies, les signataires suggèrent aux pouvoirs publics de changer de braquet. En finir « au plus vite avec la dictature du "tout T2A" » reste prioritaire à leurs yeux. Utiliser conjointement T2A, dotation et prix de journée en fonction des activités apporterait une souplesse bienvenue aux établissements.

Autre piste, une plus grande prescription des génériques pourrait générer un gain de deux milliards d’euros par an pour la Sécurité sociale, insistent les PH.

« Il appartient aux pouvoirs publics de défendre l’intérêt général au lieu de choisir la solution de facilité : réduire le déficit de la sécurité sociale en augmentant celui de l’hôpital public, qui n’a plus les moyens d’assurer ses missions », concluent-ils.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
PIERRE F Médecin ou Interne 13.06.2015 à 16h01

Avant de supprimer les trente cinq heures, ce qui finira par s'imposer, il faut distribuer l'offre d'hospitalisation de manière logique en commençant par supprimer les plateaux techniques peu actifs Lire la suite

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 11.06.2015 à 11h04

« Ce qui est proposé dans l'article a l'air pas con , à commencer de suite pour voir si ça marche mieux . L'idéal serait un hôpital dont les financements seraient fournis régulièrement pour le fonctio Lire la suite

Répondre
 
foucault Médecin ou Interne 11.06.2015 à 10h07

« Pauvre France, toujours à la traîne : nous avons par rapport à nos voisins européens, un tiers de plus de lit d'aigus, avec un taux d'occupation inférieur au leur.
L'hôpital c'est en mortalité par Lire la suite

Répondre
 
A2590 A Médecin ou Interne 11.06.2015 à 09h01

« Ce n'est certainement pas les génériques qui vont sauver l'hôpital... N'importe quoi ! Le coût du medicament est dérisoire au regard des autres postes. D'autant plus que par exemple la santé mental Lire la suite

Répondre
 
ALAIN J Médecin ou Interne 11.06.2015 à 08h18

« LE tres "loué" effort de productivité comme dans le secteur privé, veut dire:
1-mise en place de la T2A
2-gel des salaires des PH depuis 2010( inflation de 8% dans le même temps
3-Mise en place d Lire la suite

Répondre
 
jean-luc G Médecin ou Interne 11.06.2015 à 12h34

« Eh oui, tout commence par la loi Jospin sur la création du "service de soins infirmiers" qui a construit la nouvelle classe dirigeante des CADRES de santé, excusez du peu... Et qui surtout a créé un Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... 1

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... 1

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter