Le chien, le chat et l’enfant

Le chien, le chat et l’enfant

09.06.2015
Le contact avec des chiens et des chats pendant la petite enfance influence-t-elle le risque de développer une allergie à ces animaux ? Une nouvelle étude finlandaise apporte sa pierre à l’édifice.
  • Le chien, le chat et l’enfant-1

Selon les études, on a tout dit sur le contact avec des chiens et des chats pendant l’enfance. Qu’il accroît le risque de sensibilisation ou d’allergie. Qu’au contraire, il est protecteur. Ou bien qu’il n’a aucune incidence.  
Certes, les enfants qui ont des contacts avec des animaux à poil ont un moindre risque d’être sensibilisés aux aéro-allergènes. Cela dit, on manque d’éléments probants en ce qui concerne le rôle des contacts avec des allergènes spécifiques comme l’exposition aux animaux domestiques dans le  développement d’allergies.
L’exposition aux allergènes a été considérée comme un prérequis à la fois pour le développement d’une sensibilisation et le développement d’une  tolérance.
En Suède, la sensibilisation aux allergènes d’animaux domestiques a augmenté depuis 1990 avec l’urbanisation et la diminution de l’exposition aux animaux à fourrure.
 

IgE et prick tests

C’est dans ce contexte que des Finlandais ont mis en  place une étude chez des enfants de 1 à 4 ans. Ils ont recueilli des données, d’une part, sur une exposition à des animaux domestiques dans la petite enfance, d’autre part sur un diagnostic d’allergie à un animal domestique. Ces données ont été confrontées à des données sur des IgE et des pricks tests signant une sensibilisation allergénique.
Par rapport aux enfants n’ayant pas eu de contacts avec des animaux domestiques, l’incidence relative des tests positifs était de 2,69 pour les enfants exposés au chien et de 5,03 pour les enfants exposés au chat. Les odds ratio correspondants étaient respectivement de 1,75 et 5,13. À noter que l’association entre exposition à un animal domestique et positivité des tests était indépendante de la présence d’une allergie chez les parents.
« Une exposition précoce à un chien ou un chat à la maison est associée à une incidence accrue d’allergie à l’animal pendant les quatre premières années de la vie », concluent les auteurs. Qui ajoutent toutefois que des études complémentaires avec un long suivi prolongé sont nécessaires pour justifier de toute recommandation concernant le contact précoce avec les animaux domestiques en vue de prévenir une allergie ultérieure à ces animaux.
 
Dr Emmanuel de Viel
Pyrhönen K et coll. Pediatr Allergy Immunol 2015 ; 26 : 247-55.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... Commenter

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... Commenter

l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter