Les académies de médecine et de science défendent l’expérimentation animale

Les académies de médecine et de science défendent l’expérimentation animale

26.05.2015
  • Les académies de médecine et de science défendent l’expérimentation animale - 1

    Les académies de médecine et de science défendent l’expérimentation animale

L’Académie nationale de médecine, de l’Académie des sciences, l’Académie nationale de Pharmacie et l’Académie vétérinaire de France ont réagi ce mardi à une Initiative citoyenne européenne (I.C.E.) demandant l’arrêt de toute expérimentation animale en Europe. L’initiative « stop vivisection » vise à interdire en Europe toute expérimentation animale et à abroger la directive européenne 2010/63 qui réglemente l’usage des animaux à des fins scientifiques. La pétition a déjà recueilli plus d’un million de signatures venant de 26 pays de l’Union européenne (UE).

Le statut d’initiative européenne permet à un million de citoyens de l’UE de participer directement à l’élaboration des politiques européennes, en invitant la Commission européenne à présenter une proposition législative. La Commission a un délai de trois mois pour y répondre.

Initiative citoyenne

« En fait, en 2011, les citoyens européens ont acquis la capacité de proposer des lois dans les domaines dans lesquels l’UE a compétence législative. Saisissant cette occasion, un groupe de scientifiques et de citoyens de différentes parties de l’Europe ont soumis à la Commission européenne une invitation à mettre à jour le domaine extrêmement important de la recherche biomédicale, dans le but de protéger la santé humaine, l’environnement et le bien-être animal », explique la pétition. Les auteurs de la pétition déclarent vouloir parvenir à un nouveau paradigme dans la recherche biomédicale et toxicologique.

Au grand dam des scientifiques qui s’inquiètent et appellent la commission à maintenir la réglementation actuelle qui allie la possibilité d’une utilisation des animaux à des fins scientifiques au maintien du respect de l’éthique visant la protection animale.

La directive 2010/63, rappellent-ils, « exige des chercheurs le respect de règles strictes en matière de protection et de bien-être animal ». Selon eux, des méthodes alternatives « sont utilisées dans tous les cas où il est scientifiquement possible d’y avoir recours ». Toutefois, indiquent-ils, ces méthodes ne permettent pas de remplacer tous les essais et recherches sur l’animal.

« Aucune méthode alternative connue ne permet de comprendre les interactions existant entre les organes ou de reproduire les différentes fonctions d’un même organe, précisent-ils. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire d’avoir recours à l’animal dans son intégrité et sa complexité. » Et d’insister : « Renoncer actuellement à l’expérimentation animale serait consentir à renoncer au progrès en matière de santé de l’homme et de l’animal. »

Au service du progrès

Les académiciens tiennent aussi à indiquer que « les grands progrès en matière de médecine humaine ont été réalisés grâce à l’expérimentation animale et les progrès futurs sont conditionnés par ce type de recherche ». Croire à l’inutilité de l’expérimentation animale sous prétexte que les hommes et les animaux diffèrent physiologiquement « n’est pas exact », poursuivent-ils. Car si l’homme est différent de l’animal, « il existe une similitude presque parfaite entre les gènes d’une souris et ceux d’un humain », affirment-ils.

Selon eux une interdiction de l’expérimentation animale signerait l’arrêt des recherches en cours sur des maladies « aussi graves que le cancer, la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, et beaucoup d’autres pathologies sources de souffrances humaines ».

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter