Les médecins libéraux veulent restreindre la place de l’hôpital, les Français... pas forcément

Les médecins libéraux veulent restreindre la place de l’hôpital, les Français... pas forcément

Anne Bayle-Iniguez
| 18.05.2015

Interrogés sur le rôle de l’hôpital en dehors de la prise en charge des urgences et des hospitalisations lourdes, 59 % des Français se déclarent favorables à ce que l’établissement puisse « proposer une prise en charge complète des patients souffrant de pathologies chroniques », indique ce lundi un sondage sur les nouveaux parcours de soins à l’hôpital*, réalisé par l’Institut Odoxa pour la division santé d’Orange et la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH).

A contrario, 78 % des médecins libéraux interrogés préféreraient que l’hôpital assure des consultations ponctuelles « [uniquement] lorsque les compétences ou des ressources en médecine de ville sont indisponibles ».

Pour Hirsch (AP-HP), il faut de l’hôpital un peu partout

En réaction à cette étude, le directeur général de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) a émis ce lundi le souhait de voir l’hôpital s’implanter « un peu partout dans le système » de santé pour pallier si nécessaire le manque de médecins libéraux dans les territoires. Une petite pierre supplémentaire à celle de la Fédération hospitalière de France (FHF) dans le jardin des libéraux. « La place de l’hôpital [dans le système de santé] peut être importante sans tomber dans l’hospitalocentrisme caricatural, a nuancé le patron de l’AP-HP, prudent. Pallier les carences démographiques, oui ; « remplacer la médecine de ville, non ».

La perception sur les parcours de santé diffère entre patients et professionnels de santé. Alors que 69 % du grand public et 72 % des patients hospitalisés jugent satisfaisant le parcours de soins entre libéraux de premier et second recours et établissements, la proportion tombe à 49 % chez les professionnels.

Martin Hirsch n’est « pas étonné du regard mitigé des médecins ». Selon lui, les hôpitaux doivent « considérablement s’améliorer » sur la communication avec la ville et le retour d’informations en temps réel.

L’hospitalisation organisée par le médecin traitant une fois sur cinq

L’enquête portait aussi sur l’intérêt des nouvelles technologies dans le parcours de soins. Les trois quarts des patients disent prendre contact avec l’hôpital par téléphone (49 %) ou en se rendant directement sur place (26 %). Seuls 5 % prennent rendez-vous par e-mail ou Internet et 4 % ont complété leur dossier en ligne. Dans 21 % des cas, c’est le médecin traitant qui organise l’hospitalisation ou la consultation.

Concernant le partage d’informations, la grande majorité des patients acceptent que leur médecin partage leur dossier médical avec « une équipe de santé » (87 %) ou « un autre professionnel de santé ». Peu entérinent une démarche similaire auprès d’un laboratoire pharmaceutique (32 %) ou d’un assureur (11 %).

* Baromètre réalisé auprès de 3 001 personnes (méthodes des quotas), de 708 patients hospitalisés dans les trois dernières années interrogés par Internet du 9 au 20 avril et de 399 médecins généralistes et spécialistes libéraux interrogés par téléphone et Internet du 25 mars au 18 avril.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 10 Commentaires
 
YVES R Médecin ou Interne 19.05.2015 à 19h19

« Dans une région comportant un bassin de population de 100 000 habitants du sud de Lyon , l'ARS et les hôpitaux publics n'ont de cesse que de refuser la modernisation d'une clinique médico chirurgica Lire la suite

Répondre
 
DOCMARS BIS Paramédicaux 19.05.2015 à 15h47

« INOUI !...M HIRSH qui pilote un MONSTRE de l'hospitalo-centrisme l'AP-HP , monstre ingérable, ingouvernable, inadapté , obsolète, gouffre de l'argent public, sanctuaire de fonctionnaires privilégiés Lire la suite

Répondre
 
JACQUES L Médecin ou Interne 19.05.2015 à 09h28

« Nous connaissons tous la valeur des sondages qui sont une arme pour justifier, ce que l'on veut, quand on le veut. Il suffit de bien choisir celui dont les résultats vont dans votre sens. Regardons Lire la suite

Répondre
 
JEAN MARIE G Médecin ou Interne 19.05.2015 à 08h12

« Il est grand temps que les médecins deviennent des décideurs en politique de santé, localement et au jour le jour.
Cela commencera avec une formation initiale plus tournée vers la pratique en équi Lire la suite

Répondre
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 18.05.2015 à 23h43

« Si les Français ont envie de continuer à financer une pléthore d'administratifs prétentieux... j'ai vu une laborantine d'hôpital public, eh bien, elle est aussi désespérée que moi, et pour des raiso Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 4

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter