Hôpital de Port-au-Prince : cinq ans après le séisme, les médecins soignent toujours dans la précarité

Hôpital de Port-au-Prince : cinq ans après le séisme, les médecins soignent toujours dans la précarité

Anne Bayle-Iniguez
| 11.05.2015

Alors que François Hollande et Marisol Touraine sont attendus ce mardi à l’hôpital universitaire de Port-au-Prince dans le cadre d’une visite officielle en Haïti, médecins et personnels continuent d’exercer dans des conditions précaires, dans l’attente de la reconstruction du bâtiment, détruit à moitié par le tremblement de terre de 2010.

Des petites salles de consultation partagées par plusieurs praticiens hospitaliers, des services installés dans des containers ou sous tente : cinq ans après le séisme, l’établissement référence de l’île s’efforce de fonctionner au mieux.

Cofinancée par la France et les États-Unis qui ont chacun mobilisé 25 millions de dollars, la reconstruction de l’établissement devrait s’achever au deuxième semestre de 2017. En attendant, la quasi-totalité des services a été délocalisée sur le site voisin de l’ancien hôpital militaire.

« C’est compliqué d’avoir à gérer la même affluence qu’avant le séisme alors que l’espace est nettement plus restreint, déplore le Dr Carine Cléophat, chef du service radiologie. Les urgences pédiatriques fonctionnent sous une grande tente. Une partie du laboratoire est installée dans des containers. L’espace est très loin d’être adéquat. »

Coupures électriques

À ces difficultés logistiques s’ajoute l’absence ponctuelle d’électricité. Les carences en énergie dans le pays sont immenses. L’hôpital de transition ne possède pas de générateur. « De temps à autre, nous avons des coupures, annonce sans ciller le médecin. Nous devons simplement attendre que l’EDH [EDF locale, NDLR] redonne du courant. Et cela peut durer des heures. »

Les difficultés concernent aussi les ressources humaines et le manque criant de praticiens. « Il y a plus de médecins haïtiens qui exercent dans l’État de New York que dans la République d’Haïti », souligne Maurice Fils Mainville, directeur de l’établissement. De fait, la reconstruction de l’hôpital est pour lui une « réelle avancée ».

La semaine dernière, la ministre de la Santé haïtienne Florence Duperval Guillaume, médecin de formation, a rappelé que 93 % des Haïtiens vivent en insécurité sanitaire.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Journée contre l'abus de drogue : le cannabis reste le produit illicite le plus consommé en France

cannabis

À l’occasion de la journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues de ce lundi 26 juin, l'Observatoire français des drogues et... Commenter

Le nombre d’IVG continue de baisser, légèrement, en France

ivg

Le nombre d’interruptions volontaires de grossesse (IVG) s’élevait à 211 900 en France en 2016, en légère baisse pour la troisième année de... Commenter

Après « la honte de l’ECNi 2017 », le Pr Bergmann prône « une solution simple et efficace »

Pr Bergmann

« Plus jamais ça ». Quelques jours après l’énorme raté des épreuves classantes nationales informatisées (ECNi), obligeant plus de 8 000 étud... 5

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter