L’EMA ne fera plus appel à des experts ayant travaillé pour l’industrie pharmaceutique

L’EMA ne fera plus appel à des experts ayant travaillé pour l’industrie pharmaceutique

07.05.2015

Mots clés

L’Agence européenne du médicament (EMA) vient de mettre à jour son règlement concernant les déclarations de conflits d’intérêt des experts recrutés dans le cadre de l’évaluation des médicaments en vue de recommandations d’autorisation de mise sur le marché. Cette décision fait partie des réformes préconisées par le groupe de travail sur la révision de la prise en compte des conflits d’intérêts, mis en place par l’agence en mars 2014.

Les conflits d’intérêts directs mis au ban

L’EMA considère « que le fait d’avoir été employé par une entreprise pharmaceutique par le passé est incompatible avec une implication dans les activités de l’agence ». Selon les documents actualisés de l’agence, l’EMA opère une distinction entre les conflits d’intérêts indirects – comme les honoraires investigateurs ou les fonds accordés par les entreprises pharmaceutiques pour financer des recherches ou des bourses de thèse – et les conflits d’intérêts directs, comme être employé directement par un laboratoire, y compris comme consultant, ou y détenir des intérêts financiers. Seule la présence de conflits d’intérêts directs dans le curriculum vitae d’un candidat mettra fin à la procédure de recrutement par l’EMA.

Les comités d’experts de l’EMA concernés par ces nouvelles règles sont le comité des médicaments à usage humain (CHMP), le comité de pharmacovigilance (PRAC), le comité des médicaments à usage vétérinaire (CVMP), le comité des médicaments orphelins (COMP), le comité des médicaments à base de plantes (HMPC), le comité pédiatrique (PDCO) et le comité des médicaments de thérapie innovante (CAT).

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 4 Commentaires
 
Emeline C Médecin ou Interne 10.05.2015 à 16h45

« Il était temps ! »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 09.05.2015 à 15h25

« Nous attendons depuis le 23 janvier 2015 des nouvelles des 700 génériques qui étaient référencés comme suspects. L'EMA à elle buggé définitivement ? »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 09.05.2015 à 15h22

« Je suis bien d'accord : recrutons des patients experts ça c'est garanti au delà de tout soupçon par définition. »

Répondre
 
JEAN-MARIE H Pharmacien 07.05.2015 à 23h47

« Bravo ! Sage décision !
On pourrait même pousser la précaution plus loin en ne recrutant que des experts qui n'ont jamais eu aucun enseignement ou expérience ou exercice professionnel s'approchant Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 11

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

Réguler l'installation des spécialistes de secteur II en zone surdotée : la mesure choc du CESE

cese

Depuis plusieurs semaines, la question de la liberté d'installation ne quitte pas le débat public. Le Conseil économique, social et... 20

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter