2 personnes sur 3 n’ont pas accès aux soins chirurgicaux

2 personnes sur 3 n’ont pas accès aux soins chirurgicaux

27.04.2015
  • 2 personnes sur 3 n’ont pas accès aux soins chirurgicaux-1

Deux personnes sur trois – soit presque 5 milliards d’individus dans le monde – n’ont pas accès aux actes chirurgicaux de routine pour traiter des complications courantes, comme l’appendicite, un accouchement difficile, ou une fracture... C’est l’estimation mis en avant dans une étude publiée aujourd’hui dans « The Lancet », menée par 25 experts internationaux dans 110 pays. Cette estimation correspond au double de celles avancées précédemment, qui ne prenaient en compte que la disponibilité de la chirurgie dans différentes régions. Cette fois, les auteurs ont également voulu refléter les problèmes liés aux barrières économiques et géographiques des populations.

Les pays en développement sont les plus concernés

Sans surprise, le phénomène concerne essentiellement les pays à faible et à moyen revenu, où neuf personnes sur dix n’ont pas accès à la chirurgie ou à l’anesthésie : l’étude rapporte par exemple que 93 % de la population d’Afrique subsaharienne n’a pas accès aux soins chirurgicaux de routine. « En l’absence de soins chirurgicaux, des maladies banales et facilement traitables deviennent fatales », déplore Andy Leather, du King’s College de Londres, un des auteurs principaux de l’étude.

Ce manque d’accès à la chirurgie serait responsable d’un tiers des décès dans le monde en 2010, surpassant de loin le nombre de morts attribuables au trio VIH/SIDA - tuberculose - malaria.

Un ratio chirurgien/nombre d’habitants hétérogènes

Le manque de praticiens spécialisés en chirurgie, obstétrique et en anesthésie est l’un des principaux obstacles. Dans les pays développés, comme aux États-Unis, on compte 36 chirurgiens pour 100 000 habitants, contre par exemple 1,7 pour 100 000 habitants aux Bangladesh ou même 0,1 pour 100 000 au Sierra Leone.

Concernant l’obstacle économique : une personne sur quatre qui subit une intervention ne peut l’assumer financièrement. Celles qui peuvent y accéder risquent, pour leur part, de tomber dans la pauvreté suite aux coûts disproportionnés de certains soins.

Les auteurs appellent à un investissement global d’au moins 420 milliards d’euros pour ramener à un niveau « acceptable » l’offre chirurgicale dans les pays les plus en manque, d’ici à 2030 – un investissement qui serait plus coût efficace que de laisser perdurer la situation actuelle, soulignent-ils. Les experts feront leurs recommandations lors d’une réunion à la Royal Society of Medicine de Londres qui se tiendra ce lundi et ce mardi.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
ecirtapl Autre Professionnel Santé 13.05.2015 à 21h47

« La corruption endémique en afrique fait que malgré des ressources parfois importantes ( minerais , matières premières, terres agricoles louées par de pays riches ), les credits alloués à la santé s Lire la suite

Répondre
 
franck m Médecin ou Interne 28.04.2015 à 04h43

« Les pays en voie de développements, où reigne la corruption, préfèrent dépenser leur budget national à acheter des armes plutôt qu'à investir dans le système de santé utile à leur population. C'est Lire la suite

Répondre
 
frederic m Médecin ou Interne 27.04.2015 à 21h16

« Un coût disproportionné que cela veut il dire ?? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... Commenter

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

59 753 étudiants inscrits en PACES, nouveau record !

paces

Les études de santé restent plus que jamais plébiscitées par les jeunes. Selon les statistiques de l'administration universitaire... 16

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter