Les médecins contestent aux sages-femmes l’accès à la CCAM

Les médecins contestent aux sages-femmes l’accès à la CCAM

Coline Garré
| 21.04.2015
  • Les médecins contestent aux sages-femmes l’accès à la CCAM -1

Plusieurs syndicats de médecins libéraux protestent contre l’entrée des sages-femmes dans la classification commune des actes médicaux (CCAM), qui devrait être actée avec la signature d’un avenant à leur convention. La parution au Journal officiel de ce texte est attendue à l’automne 2015, pour une entrée en application début 2016.

Après les chirurgiens-dentistes en juin 2014, les sages-femmes sont la dernière profession médicale à ne pouvoir facturer qu’au moyen de la nomenclature générale des actes professionnels (NGAP). Le 2 avril, lors d’une réunion de la commission de hiérarchisation des actes et des prestations (CHAP) des sages-femmes, les parties prenantes ont validé les libellés proposés par la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM).

Tollé des médecins

Le 16 avril, l’assurance-maladie a informé les médecins de cette ouverture de la CCAM aux sages-femmes. Tollé. La section professionnelle de la CHAP médecins demande que le projet soit réécrit, avec une hiérarchisation de la CCAM qui serait spécifique aux sages-femmes, et réévaluation de la CCAM médecin. Dans les rangs des opposants figurent le SML, l’UMESPE/CSMF, la FMF, les pédiatres (SNPF), les gynécologues et obstétriciens libéraux (SGOL), ou encore le Conseil national professionnel en gynécologie et obstétrique (CNPGO).

Les syndicats mettent d’abord en avant la méthodologie de la CCAM, conçue en 2005 pour les médecins, en prenant en compte le travail médical et le coût de la pratique.

Nivellement par le bas, selon la FMF

« La CCAM a été calculée pour les médecins en prenant en compte la pénibilité, la technicité, le temps de travail, la formation. Utiliser cette CCAM pour les sages-femmes ne va pas : elles n’ont pas la même compétence technique ni la même responsabilité », résume le Dr Patrick Gasser, président de l’UMESPE.

« Un accouchement fait par une sage-femme ne vaut pas le même prix qu’un accouchement réalisé par un chirurgien-obstétricien. S’il y a un problème en cours de parcours, le chirurgien est tout de suite apte à intervenir pour faire sortir le bébé, tandis que la sage-femme doit appeler le médecin », explique le Dr Éric Henry, président du SML. « C’est une dénaturation de la CCAM médecin et un nivellement par le bas », dit encore le Dr Benoît Feger, président de la branche spécialiste de la FMF.

Le SGOL insiste, lui, sur la dimension assurantielle. « Cette reconnaissance par l’UNCAM de la capacité des sages-femmes à facturer ces actes de gynécologie-obstétrique ne préjuge pas de leurs compétences, ni de leur qualification et encore moins de la couverture assurantielle de leurs actes », fait valoir le syndicat.

Le CNPGO s’inquiète lui du « droit d’auto-prescription d’actes pour situation pathologique » tandis que les pédiatres contestent un nouveau libellé : la surveillance en unité d’obstétrique d’un enfant dont l’état nécessite un placement en incubateur ou des soins de courte durée, en raison de l’aspect pathologique de la situation, qui sort du champ de compétence de la sage-femme, selon le SNPF.

De nouveaux libellés, pas de nouvelles compétences

Les syndicats de sages-femmes assurent que leur entrée dans la CCAM anticipées de très longue date – des négociations sont en cours depuis décembre 2013 – ne leur ouvre pas de nouvelles compétences, malgré l’apparition de nouveaux libellés. La très grande majorité des actes à compétence partagée avec les médecins était déjà présente dans la NGAP, assurent les maïeuticiennes.

« On pourra coter comme les médecins des actes que nous pratiquons déjà, qui sont dans nos compétences, et auxquels nous sommes formées », assure Caroline Raquin, présidente de l’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF). « Par exemple, une échographie de dépistage, notamment la deuxième, était moins cotée dans la NGAP que la même, faite par un médecin. Il y aura un alignement, qui va régulariser la situation des libérales, et ne changera rien à l’hôpital », illustre-t-elle.

Pas de pathologie hors prescription

Aucune situation pathologique ne sera suivie hors prescription des médecins, affirme Catherine Lewicki, membre de la CHAP pour l’Union nationale et syndicale des sages-femmes (UNSFF). « Si on détecte une situation pathologique dans nos actes de prévention, nous passons la main aux médecins », confirme la présidente Marie-Anne Poumaer.

Au niveau assurantiel, « tous les actes pratiqués par les sages-femmes sont sous leur responsabilité », poursuit Catherine Lewicki.

Quant à la surveillance en unité d’obstétrique d’un enfant en incubateur, « nous n’exerçons pas la néonatologie : on surveille des tensions, des pouls. Et cela ne changera rien, ce ne sont pas les libérales qui font cela », relativise Catherine Lewicki.

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 8 Commentaires
 
MARIE ODILE K Médecin ou Interne 23.04.2015 à 13h39

« Il est malhonnete d'entretenir l'idée dans le grand public que 5 ans années d'études équivalent à 12 ou 14 avec le clinicat, et profondément méprisant pour les étuduants en médecine dont le parcour Lire la suite

Répondre
 
elodie Sage femme 03.05.2015 à 22h29

« Comparez un minimum le vécu des 5 années de Sage-femme et le vécu des 12 années, répartissez un peu mieux les années d'études et peut-être que sa ferait environ 7 années... oui biensûr sa ne fait pa Lire la suite

Répondre
 
CAROLINE C Sage femme 18.05.2015 à 13h32

« NON les sages-femmes ne prennent pas le travail des médecins, ce sont certains médecins qui font du travail de sage-femme. Pensez-vous que 12 années d'études pointues en chirurgie et traitement des Lire la suite

Répondre
 
MCP : sage femme Sage femme 22.04.2015 à 13h06

« Merci à ceux que la phobie anti-sage-femme n atteint pas. Ça fait chaud au cœur de savoir que l'on peut être aussi considérées comme de vraies professionnelles de sante sans arrière-pensée de concu Lire la suite

Répondre
 
MJ médecin Médecin ou Interne 22.04.2015 à 09h34

« L'attitude de mes confrères me sidère. »

Répondre
 
Dr H Médecin ou Interne 21.04.2015 à 23h36

« L'attitude de mes confrères me répugne ! Je ne me reconnais pas dans cette haine anti sages-femmes ! »

Répondre
 
ALAIN M Médecin ou Interne 21.04.2015 à 22h30

« Pourquoi les experts dans ce domaine sont ils tous des médecins ? Il n y a que les politiques
Idéologiquement restreints qui ne le savent pas. Pourquoi ne vont ils pas se faire soigner
Chez les Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn : « Si j'ai besoin d'un secrétaire d'État, j'en ferai part au Président »

buzyn

« Non ». C'est ce qu'a répondu sans fard la ministre de la Santé à la journaliste de LCI, qui lui demandait ce vendredi matin si elle avait... Commenter

Dr Patrick Gasser (UMESPE) : « La revalorisation d'un ou deux euros, c'est obsolète »

Abonné
Gasser

La branche spécialiste de la CSMF (UMESPE) organise samedi les premiers États généraux de la médecine spécialisée à Paris. Centres... 1

Des avatars virtuels aident les schizophrènes à lutter contre leurs voix

schizophrènes

Comment aider les 25 % de patients schizophrènes qui continuent d'entendre des voix menaçantes malgré leur traitement pharmacologique ?... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter