L’adhésion à la vaccination repart à la hausse en 2014, des résistances persistent

L’adhésion à la vaccination repart à la hausse en 2014, des résistances persistent

17.04.2015
  • L’adhésion à la vaccination repart à la hausse en 2014, des résistances persistent - 1

    L’adhésion à la vaccination repart à la hausse en 2014, des résistances persistent

À la veille de la semaine européenne, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES) a révélé les données du Baromètre 2014 sur la vaccination. Près de 80 % des 18-75 ans sont favorables à la vaccination alors qu’ils étaient 61 % en 2010. Par ailleurs, toujours selon l’enquête menée entre décembre 2013 et mai de 2014 auprès de 15 635 personnes, les oppositions « restent ciblées sur certaines vaccinations : seules 2 % des personnes interrogées se déclarent défavorables à toutes les vaccinations », souligne l’INPES.

Vaccin contre l’hépatite B : 90 %

Ces résultats sont d’autant plus encourageants qu’ils sont confirmés par les données récentes de l’Institut de veille sanitaire (InVS) avec des niveaux de couvertures vaccinales maintenues voire en augmentation particulièrement chez le jeune enfant.

« En 2014, pour la première fois, plus de 90 % des nourrissons de 6 mois ont reçu au moins une dose de vaccin contre l’hépatite B », se réjouit l’INPES. Plus de 95 % des nourrissons qui ont eu 6 mois en 2014 ont reçu au moins une dose de vaccin contre le pneumocoque. Concernant la rougeole, les taux de couverture à 2 ans des enfants nés en 2012 progressent eux aussi, « atteignant 92 % pour la première dose et 66 % pour la seconde dose ».

Méningocoque C et grippe : couverture insuffisante

Particulièrement encourageantes chez l’enfant, les couvertures vaccinales sont néanmoins « encore insuffisantes pour le reste de la population », tempère l’INPES. C’est le cas de la vaccination contre le méningocoque C recommandée chez tous les sujets âgés de 1 à 24 ans. Malgré une augmentation régulière, le taux de couverture reste faible. À la fin de 2014, il était de 64 % à l’âge de 2 ans avec des taux diminuant avec l’âge pour atteindre moins d’un quart des jeunes de 15-19 ans.

D’autres vaccins font toujours l’objet de réticences avec des couvertures en diminution. « Moins de 20 % des jeunes filles qui ont eu 15 ans en 2014 se sont fait vacciner contre les papillomavirus, et moins de 50 % des sujets à risque (personnes âgées et sujets souffrant de certaines maladies chroniques) se sont fait vacciner contre la grippe durant la saison hivernale 2014-2015 », précise l’INPES.

Politique vaccinale

La ministre de la Santé, Marisol Touraine a salué la progression de l’adhésion des Français à la vaccination qui selon elle, est le fruit de « l’engagement résolu » de son ministère qui a « mis en place un programme national d’amélioration de la politique vaccinale et fait le choix de la simplification et de la clarification du calendrier vaccination », a-t-elle rappelé dans un communiqué. La ministre rappelle aussi que le projet de loi de modernisation du système de santé comporte plusieurs mesures qui visent à renforcer la couverture vaccinale, en particulier l’élargissement de la possibilité de réaliser des vaccins dans les centres de planification et les centres d’examen de santé.

Par ailleurs, le rapport de la députée Sandrine Hurel à qui a été confiée la mission de formuler des recommandations pour améliorer le taux d’adhésion de la population et des professionnels de santé à la vaccination, doit être remis à la fin de l’été.

Toutefois Marisol Touraine a fait part de sa préoccupation face au faible taux de vaccination des personnes à risque et âgées et réaffirmé « l’importance de la vaccination » pour se protéger et protéger les autres contre les maladies contagieuses. « Depuis plusieurs années, on observe une baisse de la vaccination en France, comme dans l’ensemble des pays européens », a-t-elle indiqué.

La semaine de la vaccination du 20 au 25 avril, sera l’occasion pour chacun de faire le point. Des outils d’information et de communication destinés au grand public et aux professionnels de santé sont mis à disposition par l’INPES sur sonsite Internet.

Dr Lydia Archimède
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
pédiatredebanlieue Médecin ou Interne 17.04.2015 à 22h44

« Le temps passé en consultation pédiatrique pour expliquer et justifier les vaccinations est très important.
Il n'y a pas que le ministère qui doit se glorifier des "bons résultats"... la désinform Lire la suite

Répondre
 
HERVÉ C Pharmacien 18.04.2015 à 14h59

« Madame la ministre est assez prompte à se glorifier et s'autocongratuler .... ce n'est pas en quelques mois que les mentalités changent du négatif vers le positif.
Le temps passé dans nos pharmacie Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 12

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter