Le paracétamol reste l’antalgique avec le meilleur rapport bénéfice/risque, rappelle le collège des généralistes enseignants

Le paracétamol reste l’antalgique avec le meilleur rapport bénéfice/risque, rappelle le collège des généralistes enseignants

09.04.2015

Le Collège national des généralistes enseignants (CNGE) s’émeut des « interrogations chez les professionnels de santé et surtout de l’émoi chez de nombreux patients » à la suite des résultats publiés dans « Annals of Rheumatic Diseases » évoquant une augmentation de la mortalité totale et des risques cardiovasculaires, rénaux et digestifs chez les patients consommant de « hautes doses » de paracétamol de manière régulière.

« L’analyse méthodique de cette publication montre qu’elle souffre de nombreux biais et insuffisances », note le CNGE. Parmi ces biais, le collège liste : la qualité méthodologique faible ou très faible des 8 études retenues, le caractère déclaratif du recueil de données, le fait que 5 des 8 études aient inclus uniquement des infirmières ou des médecins aux États-Unis, la méconnaissance du risque absolu sur les critères choisis, un ajustement incertain du risque relatif sur les facteurs de confusion dans toutes les études.

Enchaînement de biais

Surtout, le CNGE souligne les conclusions des auteurs eux-mêmes. « Compte tenu de la nature observationnelle des données, l’enchaînement des biais a pu avoir un impact important sur les résultats », écrivent-ils, résultats qui montrent des risques mesurés faibles (seulement 3 des 64 risques relatifs exposés étaient› 2).

Le CNGE conclut que cette revue de la littérature « n’est pas de nature à modifier les pratiques quand celles-ci sont conformes au résumé des caractéristiques du paracétamol ». Les membres du collège réaffirment que

« le paracétamol reste l’antalgique disposant du meilleur rapport bénéfice/risque » et qu’une prescription « à posologie minimale efficace pendant la durée minimale nécessaire expose très exceptionnellement les patients à des effets indésirables graves ». Enfin il rappelle que qu’un surdosage de paracétamol à court terme expose à un risque d’intoxication hépatique grave, « dont les patients doivent être informés », et que « la consommation d’un médicament au long cours expose toujours à un risque qui doit être pris en compte au regard des bénéfices attendus ».

Dr L. A.

Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 6

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter