La médecine générale gagne son autonomie officielle à l’université !

La médecine générale gagne son autonomie officielle à l’université !

09.04.2015

La médecine générale a franchi une nouvelle étape (attendue) dans la reconnaissance universitaire. La spécialité dispose dorénavant d’une sous-section spécifique au conseil national des universités (CNU) à la faveur d’un arrêté paru au « Journal officiel » du 8 avril. Elle était jusqu’à présent rattachée à la sous-section de médecine interne, gériatrie et chirurgie générale.

Les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur avaient annoncé la création de cette sous-section 53-03 en novembre à Lille lors du congrès du collège national des généralistes enseignants (CNGE).

« Les nominations des professeurs et maîtres de conférence de médecine générale se feront désormais par des pairs généralistes, et non plus par des professeurs d’autres spécialités comme c’était le cas jusqu’à présent », saluent les syndicats d’internes (ISNAR-IMG), de jeunes généralistes (REAGJIR) et d’enseignants de la spécialité (SNEMG) dans un communiqué commun.

À quand les nominations de nouveaux profs ?

En novembre, les ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur avaient justifié la création de cette sous-section par « le rôle central des médecins généralistes » joué dans « la prise en charge des maladies chroniques, le vieillissement de la population et le développement de la prévention ».

La création de cette sous-section de médecine générale est une nouvelle brique dans la construction de la filière universitaire après la création en 2004 du DES reconnaissant la spécialité, la nomination des 16 premiers chefs de clinique en 2007 et la titularisation des 10 premiers professeurs de la discipline en 2009.

Très attendue par les acteurs de la spécialité, cette décision n’aura de sens que si les pouvoirs publics renforcent les « moyens humains » de la filière, préviennent l’ISNAR-IMG, REAGJIR et le SNEMG. « Les internes de médecine générale en ont besoin pour se former et soutenir leur thèse », affirment-ils. Actuellement, le ratio est d’un enseignant temps plein pour 103 internes de la spécialité.

En novembre, le Collège de médecine générale avait également réclamé les nominations d’enseignants titulaires et associés « essentielles au bon fonctionnement des départements de médecine générale ».

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
Anne-Claire M Médecin ou Interne 10.04.2015 à 22h32

« Un susucre pour faire passer le reste... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Le vin, un alcool comme les autres ? L'Élysée désavoue Buzyn, les acteurs de la santé publique s'indignent

Vin

Le vin est-il un alcool comme un autre ? La polémique ne cesse d'enfler entre défenseurs de la santé publique et partisans du monde... 19

Recertification : rapport en septembre, les médecins libéraux furieux d'avoir été exclus du comité de pilotage

Un rapport sur la recertification des compétences des médecins sera rendu en septembre 2018 par une mission installée jeudi, annoncent les... 22

Plan de prévention de la radicalisation : les professionnels de la santé concernés

radicalisation

Le Premier ministre Édouard Philippe, accompagné notamment de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé un plan national de prévention... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter