Une erreur d’identification entraîne l’inversion de traitement de deux patientes au CHRU de Lille

Une erreur d’identification entraîne l’inversion de traitement de deux patientes au CHRU de Lille

08.04.2015
  • Une erreur d’identification entraîne l’inversion de traitement de deux patientes au CHRU de Lille-1

    Une erreur d’identification entraîne l’inversion de traitement de deux patientes au CHRU de Lille

Une inversion d’identité a conduit deux patientes, traitées en radiochirurgie, à recevoir « une dose faible » de rayons gamma « sur des zones cérébrales non prévues », a annoncé, mardi 7 avril, le CHRU de Lille.

L’incident remonte à décembre 2014. Les deux patientes sont prises en charge à l’hôpital par le « Gamma Knife », un appareil sophistiqué, utilisé pour traiter les lésions intra-crâniennes par irradiation aux rayons gamma, une technique de grande précision indolore. Mais, « le processus de vérification d’identification a été incomplètement effectué, entraînant une inversion de l’identité », déplore le CHRU de Lille.

Six à huit mois de surveillance

Après en avoir informé l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) et l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord - Pas-de-Calais, l’incident est classé au niveau 2 (plus) sur 7, selon l’échelle de l’ASN et de la SFRO (Société française de radiothérapie oncologique) pour « événement occasionnant ou susceptible d’occasionner une altération modérée d’un organe ou fonction ».

Les conséquences potentiellement associées à cette exposition sont « un effet aigu ou tardif modéré, inattendu ou imprévisible, de grade 2, altération minime ou nulle de la qualité de la vie », a assuré Carole Rousse, adjointe au directeur des rayonnements ionisants et de la santé de l’ASN. « Il n’y a pas pour le moment de signes de dégradation de leur état de santé », a déclaré la direction de l’hôpital. Les deux patientes seront suivies entre six et huit mois.

Ce genre d’événement n’est pas isolé. « On nous signale entre 240 et 250 événements par an en radiothérapie, 14 % sont liés à l’identification du patient, 57 % aux erreurs de côté, 13 % aux erreurs de géométrie et 14 % sont des erreurs de doses », souligne Carole Rousse. Cependant, en dix ans et plus de 6 800 patients pris en charge à Lille « aucun incident de cette nature n’avait été enregistré », a commenté le CHRU.

Sophie Martos, avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Après l'échec de Lille pour l'Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand, furieux, taclent Macron

agence européenne du médicament

C'est une défaite qui laisse un goût amer. La maire de Lille Martine Aubry (PS) et le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand (LR)... 6

Le tabac, premier facteur de risque de cancer aux États-Unis

tabac

Plus d'un quart des cancers aux États-Unis sont associés à la consommation de tabac, selon les résultats d'une étude américaine qui dresse... 1

Reste à charge zéro : Agnès Buzyn ne veut pas « offrir des montures Chanel à tout le monde »

reste a charge optique

Agnès Buzyn a apporté ce mardi des précisions sur deux mesures phares du candidat Macron, réformes désormais dans les tuyaux : le « reste à... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter