Le Sénat rejette une proposition écologiste sur l’usage et la vente contrôlés de cannabis

Le Sénat rejette une proposition écologiste sur l’usage et la vente contrôlés de cannabis

03.04.2015
  • Le Sénat rejette une proposition écologiste sur l’usage et la vente contrôlés de cannabis - 1

    Le Sénat rejette une proposition écologiste sur l’usage et la vente contrôlés de cannabis

Le Sénat a rejeté jeudi une proposition de loi écologiste destinée à autoriser l’usage et la vente « contrôlés » de cannabis, la première de ce type présentée en France.

Les sénateurs ont voté contre les trois articles composant la proposition de loi, qui n’avait dès lors plus lieu d’être. « Il semble que notre Haute Assemblée ne soit pas encore prête à accepter la légalisation du cannabis mais le débat est lancé, a déclaré l’auteure de la proposition, Esther Benbassa. Je suis certaine que dans quelques années, nous suivrons l’exemple des pays qui l’ont légalisé. »

Son texte proposait que la vente de cannabis, à des fins non thérapeutiques, soit contrôlée par l’État, en passant par l’intermédiaire de débitants comme c’est le cas pour le tabac, et en interdisant la publicité et la vente aux mineurs. Il portait sur la vente au détail et l’usage de plantes de cannabis ou de produits du cannabis dont les caractéristiques auraient été définies par décret en Conseil d’État et dont la teneur en tétrahydrocannabinol n’aurait pas excédé un taux fixé par arrêté du ministre de la santé.

Des solutions potentiellement contre-productives

La sénatrice écologiste avait justifié sa proposition de loi d’une légalisation contrôlée par l’État. « C’est précisément, entre autres motifs, la conviction que le cannabis n’est assurément pas un produit anodin, la conscience claire du fait qu’il contient des substances psychotropes potentiellement dangereuses pour la santé, notamment celle des plus jeunes, dont le cerveau est encore en formation, qui m’ont décidée à m’atteler à la rédaction de ce texte », avait-elle affirmé.

« Les solutions proposées sont possiblement contre-productives, leur avait répondu la secrétaire d’État chargée des Droits des femmes Pascale Boistard. Ne prenons pas le risque qu’une libéralisation entraîne une hausse de la consommation. »

Dr L. A. (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter