Une permanencière du Samu relaxée après le décès d’une jeune femme

Une permanencière du Samu relaxée après le décès d’une jeune femme

17.03.2015

Le tribunal correctionnel d’Angers a relaxé lundi une permanencière du Samu, chargée de gérer les appels adressés au 15, et accusée d’homicide involontaire pour la mort en 2009 d’une jeune femme de 27 ans, prise en charge tardivement. Lors de l’examen de l’affaire, en janvier dernier, le tribunal avait requis un an de prison avec sursis pour la permanencière ainsi que 50 000 euros d’amende à l’encontre du CHU d’Angers, qui comparaissait pour le même chef et est également relaxé.

Le 9 avril 2009, Arnaud Blot avait multiplié les appels au 15 et décrit auprès de la permanencière auxiliaire de régulation médicale (Parm) du Samu, le malaise dont était victime sa compagne âgée de 27 ans, qui avait mis au monde son troisième enfant un mois et demi auparavant. Il était reproché à la permanencière d’avoir mal analysé la gravité du cas exposé.

Six ans de procédure

Selon l’expertise médicale, qui a retenu l’embolie pulmonaire comme hypothèse la plus probable du décès, faute d’autopsie, il est impossible d’affirmer qu’une intervention plus rapide des secours aurait permis de sauver la jeune femme. À la barre, la permanencière, décrite comme une professionnelle consciencieuse, avait expliqué qu’elle pensait avoir affaire « à une crise d’angoisse » et qu’elle « était restée sur cette idée première », ne transmettant pas l’appel en priorité aux médecins du Samu. Il était reproché au CHU d’Angers d’avoir organisé le service de permanence du 15 avec un seul médecin régulateur malgré l’importance de l’activité, d’avoir laissé aux Parm une autonomie de traitement des appels excédant leur compétence et de ne pas leur avoir proposé une formation adaptée.

Après l’annonce de la relaxe, le compagnon de la victime a annoncé d’« aller au bout de ce qui est possible sur le plan judiciaire ». L’avocat de la permanencière, Maître Jean-Pierre Bougnoux, a exprimé sa grande satisfaction après six ans de procédure : « C’est un poids qui s’enlève sur ses épaules (...) Le lien de causalité n’a pas été établi. » De son côté, le CHU d’Angers a souligné son « soulagement de voir ce procès s’achever ».

Avec AFP
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter