Questions autour d’éventuels effets délétères du paracétamol en prise régulière

Questions autour d’éventuels effets délétères du paracétamol en prise régulière

04.03.2015
  • 1425486213591631_IMG_149058_HR.jpg

L’information a défrayé la chronique cette semaine, soulevant de nombreuses réactions : le risque associé à la prise régulière de paracétamol serait sous-estimé par la communauté médicale…

Alors que les risques hépatiques associés au surdosage en paracétamol sont bien documentés, rares sont les études ayant démontré un risque à long terme associé à sa consommation régulière.

Une méta-analyse, publiée dans « Annals of Rheumatic Diseases », met en avant – et à partir de 8 études observationnelles seulement – une augmentation des risques cardiovasculaires et rénaux au long terme chez les patients consommant de « hautes doses » de paracétamol de manière régulière. Même si les risques restent « faibles dans l’absolu », la tendance dose-réponse observée par les auteurs les laisse perplexes, et l’information a été relayée avec entrain par les médias.

La tendance dose-réponse dans l’étude

Une étude sur huit dans la méta-analyse suggère un accroissement du risque de mortalité dose-dépendant. Les auteurs rapportent un risque de décès augmenté jusqu’à 63 % « à très fortes doses ». Quatre études portent sur le risque cardiovasculaire. Elles montrent également une relation dose-réponse, selon les auteurs. L’une d’elles, menée chez des sujets prenant plus de 15 comprimés par semaine (dosage non précisé), montrerait une augmentation de 68 % du risque d’infarctus, d’accident vasculaire cérébral ou de décès cardiovasculaire. Une seule étude a porté sur le risque de complications digestives, suggérant à nouveau une relation dose-réponse avec une élévation du risque pouvant atteindre 49 %. Enfin, sur quatre études évaluant les risques de complications rénales, 3 suggèrent une relation dose-réponse, avec un doublement du risque de complications quand la dose cumulée sur toute la vie dépassait 500 g.

Et le biais d’indication ?

Le Pr Jean-Louis Montastruc, médecin-pharmacologue au CHU de Toulouse et membre de l’Académie nationale de médecine, met en garde contre le biais d’indication dans certaines études observationnelles. « Il n’est pas exclu que les patients inclus soient des sujets qui étaient déjà à risque cardiovasculaires, placés sous paracétamol justement parce que les anti-inflammatoires non stéroïdiens – et là c’est notoire – sont contre-indiqués chez ces patients, insiste-t-il. Le biais d’indication est un biais majeur. »

Des résultats qui ne peuvent être généralisés

Le praticien met en avant que ces résultats ne peuvent être généralisés. « Pour évaluer le risque, on se base sur un faisceau d’arguments — issu d’études de pharmaco-épidémiologie, mais aussi d’essais cliniques, de la notification spontanée en pharmacologie, des études expérimentales chez l’animal, des mécanismes d’action, rappelle le praticien. Une seule preuve de pharmaco-épidémiologie ne suffit pas à emporter la conviction. Donc ça fait peu de chose quand même pour lancer une alerte comme ça. »

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 56 Commentaires
 
07.03.2015 à 11h25

« Profession. Médecin
OK. et on remplace par quoi ? »

Répondre
 
06.03.2015 à 09h49

« Que les patients cessent d'être malades, c'est tout.
Ou, s'ils le sont, qu'ils cessent de se traiter.
Voilà. J'ai encore fait avancer la médecine. »

Répondre
 
05.03.2015 à 17h46

« Tout médicament efficace à des effets importants. La prescription d'aspirine et d'ibuprofene(en vente libre) sont tout aussi délétères sinon plus que le paracétamol ne rapporterait t'il plus rien à Lire la suite

Répondre
 
05.03.2015 à 17h19

« Je suis un jeune retraité et je n'ai jamais eu de problème avec cette thérapeutique qui complétait l'aspirine »

Répondre
 
05.03.2015 à 15h27

« Compte tenu de l'ensemble des avis et données sur cette étude, la question que l'on peut se poser est de savoir si cette étude a été faite dans le seul intérêt de la protection de la santé publique, Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn écarte à nouveau la coercition à l'installation

Buzyn

Agnès Buzyn a écarté ce mercredi la proposition d'un conventionnement sélectif des médecins de secteur II dans les zones surdotées, piste... 1

Une étudiante en PACES de Marseille se suicide, la communauté médicale en émoi

suicide Fac marseille

Une étudiante inscrite en première année commune aux études de santé (PACES) à la faculté de médecine d'Aix-Marseille vient de se donner la... 6

Lévothyrox: le Conseil d'État donne raison au gouvernement dans sa gestion des effets indésirables

Levothyrox

Le Conseil d'État a donné raison ce 13 décembre au gouvernement, face à un patient traité avec le médicament Levothyrox, qui avait saisi en... 3

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter