Satisfaits de la nouvelle rémunération des structures, les centres de santé veulent rouvrir leurs « négos »

Satisfaits de la nouvelle rémunération des structures, les centres de santé veulent rouvrir leurs « négos »

25.02.2015
  • 1424862079589257_IMG_148397_HR.jpg

La Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la généralisation de la rémunération des structures pluridisciplinaires de santé officialisée vendredi dernier par Marisol Touraine.

Cette « importante étape » est une double satisfaction pour les centres de santé.

D’une part, la quarantaine de centres médicaux ou polyvalents (sur 400) qui bénéficiaient en 2014 des nouveaux modes de rémunération voient ainsi leur financement reconduit en 2015.

D’autre part, Marisol Touraine a accepté le règlement arbitral de l’expert Bertrand Fragonard, chargé d’établir un cadre législatif alternatif pour le financement des structures pluridisciplinaires à la suite de l’échec des négociations « interpro » conventionnelles, fin 2014, qui permet de généraliser la rémunération des maisons, pôles et centres de santé.

Les centres de santé étaient paralysés dans la négociation de leur propre accord national (l’équivalent de la convention médicale des libéraux), dont la modernisation dépendait en partie des résultats de l’« interpro ».

En acceptant le règlement arbitral (qui doit encore paraître au « Journal officiel »), la ministre de la Santé permet donc aux centres de reprendre les discussions avec l’assurance-maladie début mars et d’espérer une signature début avril 2015.

Conditionner le financement à la précarité des patients

Sur le contenu dudit règlement arbitral et des modalités d’application de la rémunération des structures pluridisciplinaires, la FNCS apprécie l’élargissement de la patientèle (dont le volume conditionne le montant de l’enveloppe) aux patients de moins de 16 ans, selon la volonté du ministère.

Par contre, la Fédération espère que la situation de précarité des patients figurera parmi les critères définitifs retenus pour bénéficier de ce financement. Pour les centres, cet indice de précarité, non plafonné, devrait prendre en compte les patients bénéficiaires de la CMU-C, de l’aide médicale d’État et de l’aide à la complémentaire santé.

Anne Bayle-Iniguez
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
25.02.2015 à 23h00

« Profession:médecin
Le problème n'est pas celui de la satisfaction, mais du manque de sécurité, très probable.Après avoir fermé de CH intercommunaux et des petites cliniques pour manque de sécurité, Lire la suite

Répondre
 
25.02.2015 à 23h31

« Je ne connais pas l'Australie, mais je n'ai pas l'impression que ce soit si simple que ça au Canada. »

Répondre
 
25.02.2015 à 21h35

« Ces centres de santé sous perfusion de l’état sont voués à l'échec . L'état se désengagera et laissera voguer le navire à terme . C'est la nationalisation de la médecine : chacun son camp ! »

Répondre
 
25.02.2015 à 23h30

« Ils seront rachetés par les mutuelles et les assurances avec rentabilisation forcée aux dépens des médecins (émoluments minables) et des malades (restrictions de prescription, diminution du temps de Lire la suite

Répondre
 
25.02.2015 à 14h20

« On en reparle dans 5-6 ans.... ça va leur retomber sur le nez, bien fait pour eux ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter