Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

25.02.2015
  • 1424881101589637_IMG_148477_HR.jpg

    Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) « partage la même préoccupation » que la délégation aux droits des femmes (DDF) de l’Assemblée nationale qui a rendu publiques mi-février ses recommandations sur la santé sexuelle et reproductive, et s’est prononcé pour une meilleure accessibilité à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

En revanche, le CNGOF ne fait pas siennes les armes de ce combat. La DDF propose de supprimer le délai de réflexion entre la première et deuxième consultation pour une IVG, ainsi que la clause de conscience spécifique qui concerne cet acte, par ailleurs soumis comme tout autre acte médical à la clause de conscience générale (que ne remet pas en cause la DDF).

Réduction du délai de réflexion

Le CNGOF se dit favorable à la réduction du délai de réflexion, mais ferme la porte à « une suppression totale ou à sa réduction excessive ». « Le délai de réflexion, qui peut être supprimé lorsque la situation l’exige, peut constituer une dernière aide à une décision difficile. Il peut sans doute être réduit, mais sa suppression totale ou sa réduction excessive serait contre-productive », écrit-il.

Sans faire mention de la clause spécifique qui concerne l’IVG depuis 1975, le CNGOF rappelle que la « clause de conscience des médecins est une disposition générale qui existe dans le Code de déontologie et le Code de santé publique pour l’ensemble des actes médicaux. Il n’est donc pas possible de la supprimer pour un acte particulier, quel qu’il soit ».

Pour améliorer l’accessibilité à l’IVG, le CNGOF demande à l’État de permettre aux centres d’orthogénie d’avoir un secrétariat dédié, une sage-femme coordinatrice pour accueillir les femmes et les accompagner dans leur réflexion et des postes médicaux pour assurer prescriptions et actes.

C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Les Généralistes CSMF planchent sur la démographie et contestent le « zonage » des ARS

Réunis en comité directeur, les Généralistes CSMF (ex-UNOF) ont décidé d'entamer un travail de fond sur leur projet politique, ciblé sur la... 1

Prendre en charge le burn-out : la HAS donne ses recommandations

burn out

En réponse à une saisine du ministère de la Santé au printemps 2016, la Haute Autorité de santé (HAS) rend publiques ses recommandations... 7

Le nouveau syndicat pour les infirmiers de bloc va consulter sur les conditions de travail

ibode

Depuis le 9 mai, les quelque 7 000 infirmiers diplômés d'État de bloc opératoire (IBODE) sont officiellement représentés par le Syndicat... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter