Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

25.02.2015
  • 1424881101589637_IMG_148477_HR.jpg

    Accès à l’IVG : les gynécologues et obstétriciens veulent plus de moyens

Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) « partage la même préoccupation » que la délégation aux droits des femmes (DDF) de l’Assemblée nationale qui a rendu publiques mi-février ses recommandations sur la santé sexuelle et reproductive, et s’est prononcé pour une meilleure accessibilité à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

En revanche, le CNGOF ne fait pas siennes les armes de ce combat. La DDF propose de supprimer le délai de réflexion entre la première et deuxième consultation pour une IVG, ainsi que la clause de conscience spécifique qui concerne cet acte, par ailleurs soumis comme tout autre acte médical à la clause de conscience générale (que ne remet pas en cause la DDF).

Réduction du délai de réflexion

Le CNGOF se dit favorable à la réduction du délai de réflexion, mais ferme la porte à « une suppression totale ou à sa réduction excessive ». « Le délai de réflexion, qui peut être supprimé lorsque la situation l’exige, peut constituer une dernière aide à une décision difficile. Il peut sans doute être réduit, mais sa suppression totale ou sa réduction excessive serait contre-productive », écrit-il.

Sans faire mention de la clause spécifique qui concerne l’IVG depuis 1975, le CNGOF rappelle que la « clause de conscience des médecins est une disposition générale qui existe dans le Code de déontologie et le Code de santé publique pour l’ensemble des actes médicaux. Il n’est donc pas possible de la supprimer pour un acte particulier, quel qu’il soit ».

Pour améliorer l’accessibilité à l’IVG, le CNGOF demande à l’État de permettre aux centres d’orthogénie d’avoir un secrétariat dédié, une sage-femme coordinatrice pour accueillir les femmes et les accompagner dans leur réflexion et des postes médicaux pour assurer prescriptions et actes.

C. G.
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Avec 14 médicaments en moyenne sur leurs ordonnances, les seniors courent un « risque d'accidents sévères »

automedication

14,4 médicaments différents, prescrits et pris en automédication sur trois mois. C'est ce que consomment, en moyenne sur trois mois, les... Commenter

Maryline Gygax Généro, première femme à la tête du service de santé des armées, dans un contexte de réforme

Maryline

Une dizaine de jours après sa prise officielle de fonction à la tête du service de santé des armées (SSA), le médecin général inspecteur... Commenter

Grandeurs et servitudes d'un métier en périlUn livre plaidoyer pour sauver le médecin généraliste

Abonné
livre

Le Pr Patrice Queneau, académicien, et le Dr Claude de Bourguignon, médecin de famille pendant 40 ans, suggèrent de revoir radicalement la... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter