Loi de santé, tarifs : les généralistes de l’UNOF prêts à en découdre

Loi de santé, tarifs : les généralistes de l’UNOF prêts à en découdre

16.02.2015
  • 1424101323587220_IMG_147889_HR.jpg

Pas de mots doux au gouvernement pour la Saint-Valentin, mais plutôt un discours de divorce consommé... Réunie en assemblée générale « tonique » à Paris le 14 février, l’UNOF, branche généraliste de la CSMF, a décidé d’amplifier et durcir les actions de mobilisation pour « imposer la réécriture de la loi de santé et des revalorisations tarifaires pour les médecins généralistes », deux revendications jugées désormais « indissociables ».

La rue étant « la seule voie pour obtenir des avancées », le syndicat présidé par le Dr Luc Duquesnel (réélu pour quatre ans) appelle l’ensemble des généralistes libéraux à manifester le 15 mars à Paris, dans le cadre de la journée nationale unitaire (à l’initiative des internes au départ mais à laquelle les organisations de praticiens installés se sont ralliées).

Mais l’UNOF va aujourd’hui plus loin en recommandant désormais un week-end entier « sans généralistes ». Le syndicat appelle ainsi à la fermeture des cabinets médicaux et à la grève de la permanence de soins « du vendredi 13 mars à 20 heures au lundi 16 mars à 8 heures », la manifestation étant le point d’orgue de cette séquence protestataire. Autres outils de pression (re)mis en avant : le boycott « systématique » des délégués de l’assurance-maladie par la profession et la poursuite de la grève administrative.

Médecine générale « dépecée »

Face à la « grave crise que subit la médecine générale », « dépecée de toute part », le syndicat a adopté trois motions qui réaffirment ses revendications alors que la concertation est censée se poursuivre cette semaine autour des points conflictuels de la loi de santé.

Pour l’UNOF, la « réécriture » (sous forme d’amendements) de ce projet de loi « anti-médecine libérale » passe par l’abandon prioritaire du « démantèlement de la fonction médicale de médecin généraliste » (pratiques avancées, vaccination aux pharmaciens...),l’abrogation évidemment du tiers payant généralisé mais aussi de toutes les mesures jugées « bureaucratiques » comme le service territorial de santé au public (STSP auquel l’UNOF propose de substituer des contrats territoriaux d’initiative libérale).

La deuxième exigence concerne l’ouverture d’une négociation « urgente » sur la valeur des actes, sous la forme d’un avenant tarifaire que le ministère de la Santé renvoie après les élections professionnelles (donc pas avant 2016). « Rémunérer 23 euros une consultation de médecine générale est devenu indigne », lit-on dans la motion sur les tarifs.

L’UNOF réclame la MPC pour les généralistes !

Petite révolution sur le terrain tarifaire : en attendant le « C = CS = 25 euros », l’UNOF réclame désormais (comme MG France et la FMF) le droit pour les généralistes d’appliquer « immédiatement » la cotation MPC de deux euros, à l’instar de toutes les autres spécialités (ce qui porterait la consultation à 25 euros).

Cette offensive sur la MPC de la branche généraliste risque de faire des vagues au sein de la CSMF, la « maison mère » n’ayant jamais porté cette délicate revendication (c’est l’avenant 19 à la convention de 2005, signé notamment par la Confédération, qui avait organisé les modalités de cotation de la MPC excluant justement la médecine générale). « Il n’y a pas d’autre porte de sortie, la situation actuelle est insupportable, humiliante pour les généralistes, justifie ce lundi au « Quotidien » le Dr Luc Duquesnel (UNOF). À l’époque [fin 2006], l’avenant 19 avait sa raison d’être, huit ans après c’est différent. »

Les autres demandes tarifaires de l’UNOF concernent l’élargissement des conditions d’application de la MCG à « l’ensemble des actes de coordination », le bénéfice de majorations pour valoriser des consultations complexes ou encore l’extension de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) permettant « le financement d’un secrétariat physique ». En cas d’absence de revalorisation tarifaire, l’UNOF précise qu’elle comprendrait « tout mouvement tarifaire spontané ». La branche généraliste de la CSMF annonce qu’elle n’hésitera pas à s’engager dans « des actions beaucoup plus dures si le gouvernement n’apportait pas les réponses attendues ».

Cyrille Dupuis
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 27 Commentaires
 
17.02.2015 à 19h32

« Généralement le lambda dit
"ah mais quand c'est cher c'est que l'on est bien servi"
ou du genre "plus c'est cher ,plus c'est de la qualité" !
ou moi je ne vais que chez des personnes qui ont "un sta Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 16h06

« Pour moi, le minimum serait de 40€ car tarif moyen de la consultation en Europe... Pour le financement, prendre dans les 25% des frais de gestions des "mutuelles (sur 38 MILLIARDS en 2013, donc 9,5m Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 14h21

« La bataille MG-SOS est révolue ou d'arrière-garde. Chez les patients se plaignant du non déplacement de leur MT, je leur dis qu'il est trop occupé. Chez ceux qui se plaignent des prescriptions de le Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 18h31

« Entièrement d'accord ! Un MG qui est très heureux d'avoir SOS dans sa ville . Aucun problème de confraternité ! »

Répondre
 
17.02.2015 à 12h21

« Après avoir signé l'avenant interdisant la MPC aux seuls généralistes, la CSMF (oui, la CSMF, l'UNOF n'ayant aucune autonomie dans la confédération) veut rétablir une "justice" qu'elle a elle-même t Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 14h31

« Cà c'est un discours unitaire !! Bien que non syndiqué CSMF, je leur accorde le droit d'avoir fait des erreurs et de sentir que la base pousse. S'adapter , évoluer, oui parfois çà arrive. Si je vo Lire la suite

Répondre
 
18.02.2015 à 08h43

« Idem »

Répondre
 
17.02.2015 à 10h38

« Le C à 25 €, c'était une revendication de 2013, aussi 28 € serait le minimum à demander, afin de l'obtenir dans 3 ans. »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Même pas besoin de tousser ou d’éternuer, la grippe pourrait se transmettre juste par la respiration

grippe

La transmission de la grippe serait encore plus facile qu’on le croit, selon une étude parue dans les « PNAS », puisque simplement respirer... 7

Le conflit se durcit entre les médecins régulateurs et l’ARS en Haute-Garonne

samu

Début d’année compliqué pour les acteurs de la permanence des soins en Haute-Garonne. En grève illimitée depuis le 1er janvier, les... 4

Combiner l’ADN circulant et les marqueurs sériques pour détecter précocement huit cancers

cancer biopsie

Des chercheurs de l’école de médecine de l’université Johns Hopkins à Baltimore (Maryland) ont mis au point une nouvelle forme de biopsie... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter