La HAS exhorte les généralistes à mieux reconnaître les signes du trouble déficitaire de l’attention (TDAH)

La HAS exhorte les généralistes à mieux reconnaître les signes du trouble déficitaire de l’attention (TDAH)

12.02.2015

Porter un diagnostic de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est une entreprise périlleuse en France, où les professionnels de santé s’écharpent encore au sujet du bien fondé de son existence. La Haute Autorité de santé (HAS) estime pourtant que 3 à 6 % des enfants scolarisés souffrent de ce syndrome « bien réel », mais difficile à identifier… La Haute Autorité a présenté ce jeudi les premières recommandations sur le sujet, à destination des médecins de premier recours.

« Ce sont les médecins généralistes, les pédiatres et les médecins scolaires qui connaissent le quotidien des enfants et de leurs familles, il est donc indispensable de leur donner des repères concrets pour les sensibiliser aux signes révélateurs du TDAH », explique le Dr Cédric Grouchka, membre du collège de la HAS, à l’ouverture de la conférence de presse organisée par l’instance nationale. L’apport de ces médecins de première intention est crucial pour que les spécialistes du trouble – pédopsychiatres, neuropsychiatres ou autres – puissent établir correctement un diagnostic. »

Un syndrome récent, encore peu connu

Apparu aux États-Unis il y a une vingtaine d’années environ, ce syndrome, que nombreux appréhendent avec méfiance, est encore peu connu des médecins de premier recours. « Dans ma génération à la faculté, on ne parlait pas des troubles de l’apprentissage, du trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité, rappelle le Dr Dominique Girardon, médecin généraliste qui a coprésidé le groupe de travail à l’origine des préconisations de la HAS. Donc pour pouvoir se mettre à jour, forcément le généraliste va devoir avoir une démarche personnelle et se former. »

Il est urgent de battre en brèche certains préjugés, par exemple sur la place accordée à l’hyperactivité. Parmi les 3 symptômes du TDAH – le déficit d’attention, l’hyperactivité et l’impulsivité – le déficit d’attention est l’affection prépondérante, rappelle le pédopsychiatre le Dr Jean Chambry, l’autre coprésident du groupe de travail. « On parle tout le temps d’enfants hyperactifs, parce que "TADH" ce n’est pas facile à utiliser comme terme, mais il faut vraiment essayer d’abandonner cette dénomination. »

La présence des trois symptômes ne suffit d’ailleurs pas. Ceux-ci doivent persister dans le temps et avoir un retentissement dans tous les domaines de la vie de l’enfant. « Il est hors de question de dire que tout enfant agité a probablement un TDAH, que tout enfant dans la lune a un TDAH. De même, l’enfant qui n’aurait des difficultés d’attention que dans le milieu scolaire n’a pas un TDAH, martèle le Dr Chambry. Ce trouble entraîne aussi des difficultés sévères dans la socialisation. L’enfant et sa famille sont souvent stigmatisés. »

Un diagnostic précoce crucial

L’apport des médecins de premier recours est donc précieux pour que les spécialistes évitent le surdiagnostic mais aussi le diagnostic tardif – car il est indispensable de commencer la prise en charge le plus précocement possible. Le Dr Chambry mentionne un développement accru de complications secondaires, telles qu’un taux plus élevé d’addictions, chez les patients qui ne sont pas pris en charge avant l’adolescence.

Enfin, les médecins sont aussi importants dans la prise en charge du trouble, qui reste non-médicamenteuse pour la grande majorité des patients. Pour les 10 % de patients sous methylphénidate, si les généralistes ne peuvent être les prescripteurs initiaux, ils permettent d’assurer le renouvellement mais aussi de vérifier la bonne tolérance et l’efficacité du traitement.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 20 Commentaires
 
15.02.2015 à 19h50

« Le choix de traitements comme ceux préconisés relèvent du même niveau de réflexion psychopathologique et physiopathologique que celui qui consisterait à prescrire des amphétamines à des adultes viei Lire la suite

Répondre
 
13.02.2015 à 11h38

« Médecin psychiatre-pédopsychiatre aujourd'hui retraité, j'ai commencé à m'occuper des enfants avec TDAH en 1993, suite à ma découverte de la pratique de mes confrères américains qui s'en occupaient Lire la suite

Répondre
 
13.02.2015 à 09h30

« Diagnostic précoce et crucial ? ....et pour quel résultat de la la prise en charge ? »

Répondre
 
14.02.2015 à 14h42

« Si le diagnostic est bien posé (il a ses limites et ses risques d'erreur comme dans toute pratique médicale) la prise en charge comporte avant un traitement médicamenteux spécifique (méthylphénidate Lire la suite

Répondre
 
14.02.2015 à 19h31

« Merci du fond du coeur pour votre explication.
De la part d'un generaliste geriatre. »

Répondre
 
13.02.2015 à 09h02

« Oh, HAS, que ferait-on sans toi ? Tes directives impérieuses, sûres d'elles et dépourvues de doutes, nourries de ta science infuse, qui te clouent au pilori, et te donnent des consignes diamétraleme Lire la suite

Répondre
 
13.02.2015 à 08h46

« "Apparu aux Etats Unis, il y a une vingtaine d'années …" ? Curieusement, ce TDAH bénéficie d'un traitement médicamenteux depuis 70 ans (méthylphénidate) pour un syndrome décrit dans la première moit Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, médecin humanitaire, a été promu au rang d'officier de la légion d'honneur le 14 juillet dernier. Aujourd'hui, il... 22

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

Comment des villes moyennes font reculer les déserts

Abonné
Villes moyennes

Frappées de plein fouet par le manque de médecins, notamment généralistes, de nombreuses municipalités  sortent des sentiers battus pour... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter