Clara de Bort : « Le consentement du patient ne doit pas rester à la porte du bloc opératoire »

Clara de Bort : « Le consentement du patient ne doit pas rester à la porte du bloc opératoire »

12.02.2015
  • clara de bort

    Clara de Bort : « Le consentement du patient ne doit pas rester à la porte du bloc opératoire »

Directrice d’hôpital, et chef du pôle de réserve sanitaire à l’EPRUS, Clara de Bort est à l’origine d’une pétition [1] lancée vendredi dernier pour réclamer que le consentement des patients soit strictement respecté pendant la formation des médecins.

Signée par près de 2 000 personnes, dont plusieurs médecins (Martin Winkler), cette pétition fait suite à des articles de presse ayant évoqué un document publié sur le site de la faculté de médecine de Lyon-Sud suggérant que les étudiants en médecine pourraient s’être formés à la pratique des touchers vaginaux sur des patientes endormies, ce qu’a démenti le chef du service de gynécologie obstétrique du CHU.

LE QUOTIDIEN : Vous sous-entendez dans votre pétition que la pratique des touchers vaginaux ou rectaux sur des patients endormis n’est pas isolée. Pourquoi ?

CLARA DE BORT : Notre pétition n’est pas une diatribe anti-médecins. Nous ne remettons en cause ni l’expertise des médecins, ni la difficulté de leur enseignement. Mais nous ne pouvons pas accepter que les notions de consentement du patient restent à la porte du CHU ou du bloc opératoire. Après la publication sur les réseaux sociaux de la feuille de stage de Lyon-Sud, depuis retirée du site de la faculté, certaines réactions de médecins ont créé la polémique. On ne peut pas dire que la question du consentement avant un toucher vaginal est une "pudibonderie". Nous avons demandé l’ouverture d’une enquête auprès des ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur pour connaître la réalité de ces pratiques.

Qu’est-ce qui pose aujourd’hui problème selon vous ?

Quand un patient arrive à l’hôpital avec un utérus, une jambe, un bras ou un œil intéressant, est-ce qu’il est justifié de demander aux étudiants ou aux internes dans le couloir, qui ne participent pas à cette prise en charge, de venir toucher pour apprendre ? C’est une vraie question éthique.

Cela ne vient-il pas en contradiction avec ce que dit la loi Kouchner d’une relation individuelle et d’un colloque singulier entre le médecin (et étudiant) et le malade [2] ? L’enseignement doit aussi faire l’objet du consentement.

Vous évoquez « l’entre-soi » de la formation en médecine et des rapports aux patients qui « dysfonctionnent ». Selon vous, le consentement n’est pas suffisamment respecté pendant la formation ?

La notion de consentement n’est pas suffisamment comprise et discutée car elle n’est pas une évidence. Ce n’est pas un sujet tabou. La réflexion sur le consentement doit être remise sur le métier régulièrement. Ce n’est pas parce que le médecin n’a pas de mauvaise intention qu’il n’y a pas de sujet. On ne peut pas nous dire qu’un toucher vaginal n’a pas de connotation sexuelle, circulez, il n’y a rien à voir ! La logique de l’enseignement est noble mais n’a pas à prendre systématiquement le pas sur la logique du consentement.

Comment faire évoluer les études de médecine ?

C’est à l’IGAS et à l’IGAENR de le dire, je m’en remets aux institutions. Nous, les patients, nous pensons que ce sujet éthique doit être mis sur la place publique et ne doit pas être traité uniquement par des médecins mais discuté collectivement. Nous avons notre mot à dire. Quand nous arrivons en CHU, nous ne signons pas un chèque en blanc. Nous pouvons dire "oui" pour que deux internes interviennent mais "non" s’ils sont trois ou plus. Le patient a le droit de dire non mais la plupart du temps, quand on le lui demande, il dit oui.

Les médecins se plaignent de surcharge administrative et d’une judiciarisation croissante. Une décharge de plus est-elle nécessaire ?

Je ne demande pas un papier supplémentaire ! Je partage depuis longtemps la position de la HAS qui souligne que le consentement ne peut pas se résumer à la signature d’une décharge. C’est bien la relation médecin-malade dont nous discutons.

Je pense que les médecins sont prêts à ce débat, car c’est la nature de la médecine de se remettre régulièrement en question. J’aimerais que demain, un interne ou un externe à qui l’on demande un acte, notamment un toucher vaginal ou rectal, sur un patient qui n’a manifestement pas été informé loyalement, ou pour lequel cet acte n’est pas indispensable, sache quoi faire et ne soit pas isolé. Il doit être en mesure de refuser et d’interpeller. Or, il n’y a pas à l’hôpital de système de recours urgent en cas de problème éthique.

[1] La pétition est disponible sur le site change.org 

[2] « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. »

Propos recueillis par Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 70 Commentaires
 
jacqueline G Médecin ou Interne 21.11.2016 à 15h31

Cette directrice d'hôpital est hors sujet. Elle n'a ni l'expertise, ni la compétence pour en parler . C'est une sorte de vulgarisation qui laisse planer un doute malsain sur l'enseignement de la Lire la suite

Répondre
 
pat c Autre Professionnel Santé 15.06.2017 à 17h42

Ben voyons... comme c'est facile de se croire supérieur à vos patients, détenir le savoir et la vérité. quasi aucun médecin demande le consentement... aucun papier n'est utile... seulement le respect Lire la suite

Répondre
 
Claudine Médecin ou Interne 07.11.2015 à 11h44

« Cette dame me paraît fort éloignée de la pratique médicale et ferait bien de diriger son courroux sur des sujets autrement plus préoccupants. »

Répondre
 
pat c Autre Professionnel Santé 15.06.2017 à 17h42

Félicitation - vous êtes la meilleure !!

Répondre
 
18.02.2015 à 14h59

« Il est effrayant autant que triste qu'en 2015 certains étudiants et médecins écrivent que le U de universitaire ferait que les patientes soignés dans un hôpital universitaire devraient accepter des Lire la suite

Répondre
 
19.02.2015 à 10h15

« "Malades objets de recherche" "cobayes" ???? !!!!
N'écrivez pas ce que les médecins vous inspirent, on s' en fout ! »

Répondre
 
pat c Autre Professionnel Santé 15.06.2017 à 17h44

Merci

Répondre
 
17.02.2015 à 07h08

« Pourquoi ne pas vouloir s'embarrasser d'un relationnel respectueux et de demande de consentement ? Le médecin a tout à y gagner : la confiance. Parce qu'il ne faut pas se leurrer le patient se rebel Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 12h41

« Il y a l'art et la manière. Et dans votre histoire, de toute évidence, la manière n'y est pas. Mais vous changez de sujet. Il ne s'agit plus de discuter de ce qui se passe au bloc opératoire quand l Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 21h36

« Je ne pense pas que les "fervents admirateurs de l'apologie du viol" ( allons y pour les raccourcis puisque cela semble vous plaire! ) soient majoritaires, toutes spécialités confondues. Arrêtons le Lire la suite

Répondre
 
15.02.2015 à 11h12

« Je suis tout à fait d'accord avec le fond et la forme de cette mise au point. Mais ne soyons pas hypocrites: Nous avons tous pratiqués des touchers pelviens au bloc opératoire, à l'exception de ceux Lire la suite

Répondre
 
17.02.2015 à 21h32

« Non, non, et je ne suis ni psychiatre ni oph. »

Répondre
 
T Médecin ou Interne 26.02.2015 à 07h55

« Pendant ma formation d'externe les examens cliniques étaient systématiquement complets et j'ai pratiqué TV et TR systématiques au même titre que l'auscultation Cardio vasculaire complète systématiqu Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter