SpermCheck : premier autotest pour sensibiliser les hommes à l’infertilité masculine

SpermCheck : premier autotest pour sensibiliser les hommes à l’infertilité masculine

10.02.2015
  • 1423585413585609_IMG_147442_HR.jpg

    SpermCheck : premier autotest pour sensibiliser les hommes à l’infertilité masculine

Commercialisé par le laboratoire AAZ et disponible en pharmacie, SpermCheck permet aux hommes d’obtenir, chez eux, une estimation rapide de la concentration en spermatozoïdes.

Sujet tabou et source de souffrances psychologiques, l’infertilité masculine peut se présenter sous des formes multiples : altération ou chute du nombre de spermatozoïdes dans l’éjaculat, diminution du nombre de spermatozoïdes vivants, problème de mobilité, de morphologie... La faible concentration en spermatozoïdes (oligozoospermie) est, toutefois, la principale cause de l’infertilité chez l’homme : « elle est à l’origine du problème dans 70 % des cas », précise le Dr Noémie Celton, biologiste de la reproduction, centre d’AMP CHU Amiens, Cecos Picardie.

Présence de la protéine SP10

C’est justement sur ce créneau que se positionne FERTILITE SpermCheck. Le premier autotest immunologique de fertilité masculine autorisé en France permet aux hommes d’obtenir, chez eux, en une dizaine de minutes une estimation de la concentration en spermatozoïdes. Conçu par le Pr Herr et le Pr Howards (Université de Virginie, États-Unis), il détecte, à partir d’un échantillon de sperme, la présence de la protéine SP10 localisée dans l’acrosome des spermatozoïdes. Lorsque la concentration en spermatozoïdes est inférieure à 15 millions de spermatozoïdes par millilitre (spz/ml)*, le test est négatif, signe d’un problème de fertilité de l’utilisateur. « Cet autotest a été évalué dans un laboratoire parisien d’AMP pour vérifier la concordance de ses résultats avec le test de numération réalisé en laboratoire. Sa fiabilité a été évaluée à 98 %. Pour notre part, nous l’avons évaluée à 100 % au sein de notre laboratoire en Picardie. La deuxième étape sera d’évaluer, cette concordance en condition réelle, c’est-à-dire lorsque le test est effectué par les hommes, à leur domicile », explique le Dr Celton.

Un premier pas avant la consultation

SpermCheck détecte, ainsi, de façon fiable la concentration de spermatozoïdes, mais ce critère ne suffit pas à juger de la fertilité masculine. De fait, dans 30 % des cas, l’infertilité de l’homme est liée à d’autres facteurs mobilité, morphologie, vitalité des spermatozoïdes... Un résultat normal à l’autotest ne signifie donc pas que l’utilisateur ne souffre pas d’infertilité. Qu’il soit positif ou négatif, le résultat de l’autotest impose une consultation médicale. En première intention, le spermogramme – examen réalisé en laboratoire visant à quantifier les spermatozoïdes, à étudier leur mouvement, leur morphologie, et à doser les différentes substances que doit contenir le sperme – est indispensable. Dans ces conditions, l’utilité de SpermCheck est en question. « Le but de cet autotest n’est pas de remplacer le spermogramme. Nous le percevons plutôt comme un outil de sensibilisation permettant aux hommes de faire une première démarche pour briser le tabou autour de leur éventuelle infertilité. Ce test étant réalisé en toute confidentialité, au domicile de l’utilisateur. Nous espérons que par le biais de cet autotest, les hommes s’orienteront plus rapidement vers les équipes médicales pour un bilan de leur fertilité », note le Dr Celton.

La notice de SpermCheck indique également que « si un couple essaie d’avoir un enfant sans succès depuis un an ou plus, il devra consulter un médecin pour une analyse du sperme et discuter des traitements possibles, même si le résultat du test SpermCheck est positif ». L’utilisateur est donc prévenu. Mais dans la mesure où il effectue ce test chez lui – en étant, le plus souvent, livré à lui-même – la question de l’éthique liée à l’autotest et celle de l’accompagnement – du pharmacien, par exemple – mériteraient d’être clarifiées et renforcées.

* Le seuil de 15 millions spz/ml correspond à la nouvelle norme de l’OMS et traduit la concentration à partir de laquelle 95 % des hommes réussissent à procréer naturellement avec leur partenaire dans un délai d’un an.

Hélia Hakimi-Prévot
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
13.02.2015 à 12h52

« Biologiste : à quel stade le patient va-t-il devoir faire ses 10 ans d'études de biologie pour s'y retrouver dans ces autotests ???
On laisse le patient tout seul chez lui parfois dans la détresse e Lire la suite

Répondre
 
11.02.2015 à 08h43

« Sachant que la procréation se fait à 2 et que plus de la moitié des couples pris en charge en aide médicale à la procréation ont des infertilités mixtes, ce test va sensibiliser certains hommes à le Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Dans la Manche, un maire fait face au désarroi des habitants privés de généralistes

manche

« Nous sommes dans une situation plus que tendue ». Jean-Pierre Lhonneur, maire de Carentan-les-Marais (Manche) depuis 2008, est quelque peu... 10

Poses de prothèses en chirurgie ambulatoire : l'AP-HP marque des points

hanche prothese

L'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) annonce la réalisation de deux poses de prothèse (totale de hanche et unicompartimentale... 8

Éléments en faveur d'une maladie de Lyme chronique, d'après des travaux chez le singe

lyme

Alors qu'en France un protocole de diagnostic et de soins est en cours de rédaction à la Haute Autorité de santé (HAS), les controverses... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter