Les parents d’un prématuré décédé portent plainte contre le CHU de Poitiers pour acharnement thérapeutique

Les parents d’un prématuré décédé portent plainte contre le CHU de Poitiers pour acharnement thérapeutique

05.02.2015
  • 1423147688584244_IMG_147098_HR.jpg

Les parents du petit Titouan, né le 31 août 2014 avec un poids de 900 grammes à 25 semaines et demie de grossesse qui avaient réclamé l’arrêt des soins contre l’avis des médecins qui, après une réanimation d’attente ont finalement décidé d’un accompagnement de fin de vie, ont décidé de porter plainte contre le CHU de Poitiers. Dénonçant un « acharnement thérapeutique », ils réclament un euro de dommages et intérêts. L’enfant est décédé 18 jours après sa naissance.

Un euro de dommages et intérêts

« Les parents sont déterminés à obtenir la reconnaissance du caractère fautif du comportement de l’équipe médicale qui a pris en charge leur enfant : ils considèrent que leur fils a été victime d’un acharnement thérapeutique et que les droits fondamentaux et naturels n’ont pas été respectés », a expliqué à l’AFP l’avocat des parents, Me Alain Behr.

« Leur action s’inscrit uniquement dans une démarche de réparation morale, puisqu’ils limiteront leur demande indemnitaire à un euro de dommages et intérêts », a poursuivi l’avocat installé à Nancy. La mère de l’enfant, 36 ans, a pour sa part confié à l’AFP avoir « besoin d’aller jusqu’au bout pour que ça ne se reproduise pas », déplorant un manque d’écoute.

« L’équipe soignante n’a jamais été à l’écoute. On n’a jamais œuvré ensemble pour notre fils. Je ne comprends pas qu’on puisse en arriver à ce que ce soit nous qui disions : "On est prêt à ce que vous arrêtiez la respiration artificielle" », a-t-elle souligné. Estimant avoir « été pris de haut, pour des idiots », les parents se sont sentis « jugés de ne pas être d’accord » de laisser leur fils en vie, alors que les soins prodigués relevaient selon eux « à l’évidence d’un acharnement thérapeutique ».

Les étapes de la réflexion médicale

Au moment des faits, le CHU avait affirmé que « la réflexion avait été conduite dans la sérénité » et que « les parents avaient toujours été informés des différentes étapes qui avaient jalonné la réflexion de l’équipe médicale ». Comme le veulent les recommandations, le cas de l’enfant avait d’abord été soumis à une autre équipe de réanimation néonatale, celle du centre hospitalier Antoine-Béclère à Clamart (Hauts-de-Seine). Un avis avait ensuite été sollicité auprès de « l’espace de réflexion éthique régional de Poitou-Charentes ». La dégradation de l’état de santé du nourrisson avait finalement conduit le CHU à engager « l’accompagnement de fin de vie » le 18 septembre.

Interrogé par « le Quotidien du médecin », le Pr Alexandre Lapillonne du service de néonatalogie de l’Hôpital universitaire Necker-Enfants malades, expliquait la difficulté d’évaluer le risque de handicap à long terme, évaluation qui conditionne la décision d’arrêt.

Dr Lydia Archimède (avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 3 Commentaires
 
06.02.2015 à 11h00

« Je cite « la réflexion avait été conduite dans la sérénité » et que « les parents avaient toujours été informés des différentes étapes qui avaient jalonné la réflexion de l’équipe médicale >> infor Lire la suite

Répondre
 
06.02.2015 à 09h32

« Attendons avec intérêt les attendus des différents jugements qui vont avoir lieu ( jugement , appel cassation cour européenne ...
se reposent toujours les mêmes questions
1/ critères initiaux de Lire la suite

Répondre
 
06.02.2015 à 09h17

« A transmettre à la fraction de famille Lambert qui est pour la poursuite des "soins" »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 4

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter