Renoncement aux soins, délais de consultation : pour 65 % des Français, le système se dégrade

Renoncement aux soins, délais de consultation : pour 65 % des Français, le système se dégrade

02.02.2015
  • 1422892845583124_IMG_146780_HR.jpg

    Renoncement aux soins, délais de consultation : pour 65 % des Français, le système se dégrade

Près de deux tiers des Français (65 %) ont le sentiment que le système de santé se détériore, selon les résultats d’un observatoire mis en place par le cabinet Jalma*. « La perception d’une dégradation est ancrée dans l’opinion et s’avère très homogène sur le territoire », analyse le cabinet de conseil.

Ce jugement négatif est plus marqué à l’hôpital (60 %), principalement en raison de l’attente croissante et de la disponibilité des personnels. Plus d’un patient sondé sur deux estime que la situation s’altère aussi en médecine de ville. Seules les cliniques privées recueillent un avis positif majoritaire.

« Il n’y a pas de remise en cause de la qualité des soins ou de la compétence du corps médical, nuance Jalma. Les Français se déclarent très majoritairement satisfaits de leur généraliste (92 %) et de leur spécialiste libéral (86 %). »

La plupart des clignotants de l’accès aux soins sont au rouge, diagnostique toutefois le cabinet de conseil. Selon les résultats de l’enquête, 7 Français sur 10 ont déjà renoncé à des soins médicaux (lire infographie). Le délai d’obtention d’un rendez-vous chez un spécialiste reste la première cause de renoncement aux soins des Français (67 %), devant leur coût (46 %) et l’éloignement géographique (32 %).

51 jours en moyenne pour voir un spécialiste libéral

Le temps moyen de rendez-vous chez un spécialiste libéral est ainsi passé de 44 à 51 jours depuis la première édition de l’enquête, réalisée il y a quatre ans. L’attente pour obtenir une consultation est deux fois plus longue en province qu’en région parisienne. L’enquête pointe d’importantes disparités régionales avec des délais d’accès à un médecin spécialiste libéral variant du simple au triple !

En ville, la situation est particulièrement difficile pour les ophtalmologues (111 jours en moyenne) avec une attente de deux mois environ en Ile-de-France mais qui atteint cinq mois dans le Nord-Pas-de-Calais.

Pour obtenir une consultation chez un cardiologue, il faut attendre 42 jours en moyenne (21 jours en Languedoc-Roussillon, PACA ou en Corse mais 72 jours en Picardie, Champagne-Ardenne ou Bourgogne).

La durée moyenne pour obtenir un rendez-vous chez un dermatologue libéral est de 50 jours, elle est de 36 jours pour un ORL, 57 jours pour un gynécologue. Si la démographie médicale déclinante a une répercussion directe sur l’accès aux cardiologues et aux gynécologues, elle n’a pas le même impact pour l’accès aux trois autres spécialités concernées, ce qui amène Jalma à s’interroger sur l’organisation des soins.

Les délais empirent à l’hôpital,

La situation s’est surtout fortement dégradée à l’hôpital ces dernières années. Hors urgences, il faut désormais en moyenne un mois et demi pour y obtenir un rendez-vous (49 jours chez un médecin spécialiste à l’hôpital). En deux ans, l’attente s’est ainsi allongée de neuf jours ! « L’hôpital ne joue plus le rôle de facilitateur d’accès aux soins et cette tendance s’accentue depuis trois ans », décrypte le cabinet de conseil.

* Enquête sur l’accès aux soins et leur qualité réalisée en 2014 par l’IFOP pour Jalma auprès d’un échantillon de 1 021 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

Christophe Gattuso
Source : Lequotidiendumedecin.fr

A la une

add
chir bariatrique

La qualité de la vie sexuelle durablement améliorée par la chirurgie bariatrique

C'est une conséquence de la chirurgie de l'obésité à laquelle on ne pense pas toujours, et pourtant, la qualité de la vie sexuelle semble durablement améliorée après une chirurgie bariatrique, selon les données d'une cohorte... Commenter

Grippe : le pic est probablement atteint, selon Santé publique France

GRIPPE

Dans son bulletin hebdomadaire de la semaine du 11 au 17 février (semaine 7), Santé publique France (SpF) estime que « le pic de la grippe... Commenter

Vaccination antigrippale : les pharmaciens à l'offensive pour alléger les contraintes et élargir la cible

Vaccin grippe pharmacie

Après deux ans d'expérimentation, la généralisation de la vaccination antigrippale à l'officine a été actée par la loi de financement de la... 1

Jour de carence, télétravail, fiches repères… des pistes fortes pour réguler les arrêts maladie sans taper sur les prescripteurs

arret travail

Missionnés en septembre par Matignon, le Pr Stéphane Oustric (médecin généraliste, Université de Toulouse), Jean-Luc Bérard (DRH du groupe... Commenter

Cancer du rein métastatique : les combinaisons d'immunothérapie jouent des coudes pour la 1ère ligne

Tout va très vite. À peine, l'association de deux immunothérapies, le nivolumab et l'ipilimumab, est devenue il y a 1 mois le nouveau... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter