Réseaux de soins et médecins : la Mutualité revient à la charge

Réseaux de soins et médecins : la Mutualité revient à la charge

30.01.2015
  • 1422636405582665_IMG_146618_HR.jpg

Etienne Caniard a plaidé ce vendredi pour un élargissement à tous les professionnels de santé des réseaux mutualistes, actuellement limités aux soins optiques, dentaires et d’audioprothèses. « Les réseaux de soins ont démontré leur efficacité en termes de qualité de l’offre et de diminution du reste à charge des patients », a estimé le président de la Mutualité française lors d’une rencontre organisée ce vendredi par l’AJIS (Association des journalistes d’information sociale).

« Il faut aller plus loin si l’on veut lutter efficacement contre le reste à charge » que doivent acquitter les patients, et permettre aux mutuelles de « contractualiser avec l’ensemble des professionnels de santé, notamment dans les domaines où les prix effectivement pratiqués ne correspondent pas aux tarifs de remboursement de l’Assurance-maladie », a poursuivi Etienne Caniard. « Il y a beaucoup moins de crispation » sur ce sujet, assure-t-il, prenant l’exemple des discussions en cours avec des syndicats de chirurgiens.

Des conventions signées avec les médecins

La question d’« un reste à charge zéro » est au cœur de ces échanges. Il s’agit d’étudier la prise en charge des dépassements d’honoraires pour certains « actes indispensables à la population » afin qu’ils soient « accessibles ». Cela passerait par « un engagement bilatéral », résume le président de la Mutualité.

La loi sur les réseaux de soins, en vigueur depuis janvier 2014, limite les conventions entre professionnels de santé et mutuelles ou groupes de mutuelles aux seuls soins dentaires, d’optiques et d’audioprothèses.

Les opticiens, chirurgiens dentistes et audioprothésistes engagés dans ces réseaux proposent aux patients, selon les cas, des lunettes, verres, prothèses dentaires et auditives respectant un cahier des charges prévoyant des critères de qualité et des prix inférieurs à ceux généralement pratiqués. Les patients disposant d’une mutuelle, qui vont voir ces professionnels de santé conventionnés, sont censés bénéficier de prix plus bas et d’un meilleur remboursement par leur mutuelle, parfois du tiers payant.

Les syndicats sont contre

Selon des projections de la Mutualité, le recours systématique à ces réseaux représenterait 1,9 milliard d’économies au bénéfice des assurés. À condition de convaincre les professionnels de santé.

Car les syndicats de médecins ne sont pas favorables à l’élargissement de ces réseaux de soins. Ils s’y étaient farouchement opposés lors du vote de la précédente loi de 2014, obtenant in extremis que les médecins soient exclus du dispositif.

À l’époque, ils avaient manifesté leurs craintes de voir les médecins soumis à la loi des mutuelles, qui leur imposeraient leurs pratiques médicales et leurs tarifs, et les patients privés de la liberté de choisir leur soignant. La CSMF mettait également en garde contre le risque d’une distorsion de concurrence entre les praticiens signataires des conventions de mutuelles et ceux qui resteraient en dehors des réseaux.

S. L. (Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 34 Commentaires
 
01.02.2015 à 11h17

« Quelle farce ! Tous ces médecins malgré eux me rappellent Molière. Ils ont du sécher quelques cours de com et autres à les voir, sans vergogne, exposer leurs fantasmes alors même que la situation es Lire la suite

Répondre
 
01.02.2015 à 16h30

« C'est beau de rêver !! »

Répondre
 
01.02.2015 à 09h36

« Lors d'une réunion au ministère en fin de semaine , il a été proposé de faire un minimum de TPG pour certaines catégories de patients ...Je vous le donne en mille : quels patients ?
1- ceux en ALD Lire la suite

Répondre
 
01.02.2015 à 08h51

« Voila un minus qui vient nous faire des leçons de gestion !!!
Une question ou en est la faillite du grand réseau des mutuelles ?
Pouvons nous consulter vos comptes messieurs les sonnettes de leçon Lire la suite

Répondre
 
02.02.2015 à 10h59

« Le minus a un mérite, entre guillemets bien sûr,
il confirme que la cotation des actes de la CCAM est totalement dépassée, insuffisante, obsolète !!
Il a pas dû le faire exprès... »

Répondre
 
31.01.2015 à 21h38

« Les réseaux de soins sont absolument complémentaires du TPG obligatoire. Ils ont pour but comme cela s'est fait déjà dans d'autres domaines de l'assurance, par exemple celui des experts immobiliers Lire la suite

Répondre
 
31.01.2015 à 18h36

« Ceux qui ont bêtement signé le CAS, acceptés le ROSP ... accepteront sûrement d'entrer dans un réseau de soins ..... jamais 2 (conneries) sans 3 ..... Quand comprendront ils qu'ils perdent leur libe Lire la suite

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« L'humanité ne peut s'arrêter aux frontières de la France ! » : le Pr Pitti explique pourquoi il renonce à ses insignes d'officier de la légion d'honneur

Pr Raphaël Pitti

Le Pr Raphaël Pitti, chef du service de réanimation à la polyclinique de Gentilly (Nancy) et médecin humanitaire, a été promu au rang... 11

L'athérosclérose présente chez la moitié des 40-54 ans sans facteur de risque cardiovasculaire… Faut-il s'en soucier ?

athérosclérose

Une tension basse, une glycémie faible et un taux de cholestérol dans la norme suffisent-ils à garantir des artères saines ? Une étude... Commenter

La consommation d’antibiotiques en France reste à la hausse en ville

ANTIBIOTIQUES

La tendance à la hausse de la consommation d’antibiotiques en ville se poursuit depuis 2010, après une période de baisse (2000-2005) puis... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter