En Basse-Normandie, journée « santé morte », manifestation médicale à Caen

En Basse-Normandie, journée « santé morte », manifestation médicale à Caen

29.01.2015
  • 1422525554581886_IMG_146376_HR.jpg

Très en pointe dans l’opposition médicale au projet de loi de santé, la région Basse-Normandie organise ce jeudi une journée « santé morte ». Au programme, fermeture des cabinets libéraux et déprogrammation de l’activité des spécialistes libéraux exerçant en établissements.

Une grande manifestation de professionnels libéraux se réunit à partir de 14 heures, place de la Résistance, à Caen. Le cortège se rendra jusqu’à la Préfecture.

Union sacrée

Le Dr Antoine Leveneur, président (FMF) de l’URPS médecins libéraux de Basse-Normandie, qui coordonne le mouvement de contestation, insiste sur le fait que « chez nous, c’est l’union sacrée ». De fait, tous les syndicats médicaux bas-normands forment un front uni qui rassemble la FMF, la CSMF, le SML, Le BLOC, MG France et l’UFML. Tous s’accordent au niveau régional pour continuer également la grève des gardes, entamée en décembre, ainsi que la grève administrative.

L’enjeu de cette journée est de taille. Le Dr Leveneur assure que « la grève et la manifestation d’aujourd’hui sont un ballon d’essai pour tous les syndicats dans la perspective de la grande manifestation nationale du 15 mars ». Ce sera aussi un bon test de mobilisation pour le ministère de la Santé qui analysera le nombre de manifestants. La Basse-Normandie compte environ 2 000 praticiens libéraux mais le Dr Leveneur espère le renfort de troupes venant de Bretagne et de Haute-Normandie.

Toujours des réquisitions

Sur le front de la grève des gardes et de celle de la télétransmission, le président de l’URPS assure que la mobilisation ne faiblit pas, au contraire. La quasi-totalité des libéraux habituellement volontaires, généralistes effecteurs ou régulateurs, mais aussi les spécialistes concernés, participent à la grève de la permanence des soins. « Le préfet en est réduit à réquisitionner à tour de bras », souligne le Dr Leveneur.

De source syndicale, le nombre de feuilles de soins papier adressées aux caisses primaires aurait bondi de 85 % en Basse-Normandie.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 2 Commentaires
 
30.01.2015 à 00h16

« Bravo ! Vous nous encouragez à ne pas renoncer et à resister à l'emoliement et à la sournoise rouerie en présence ! »

Répondre
 
29.01.2015 à 23h04

« Je suis médecin, je suis Caen ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

« C'est possible de greffer une 2e fois le visage », explique le Pr Lantieri

greffe lantieri

Un patient, en rejet chronique après une première greffe totale de visage réalisée en 2010, a été transplanté une deuxième fois les 15 et... Commenter

Cannabis : un rapport parlementaire préconise de sanctionner les usagers par une simple amende

cannabis

Le rapport devait être présenté en commission des lois de l'Assemblée nationale mercredi mais, selon des éléments publiés dans la presse,... Commenter

Parisienne de 84 ans sans médecin traitant cherche désespérément un généraliste sur Twitter

Coup de gueule. Une patiente âgée de 84 ans, sans médecin traitant, dénonce la qualité de l'offre de soins en région parisienne dans une... 6

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter