Bisphénol A : l’avis de l’EFSA ne change rien à la position de l’Académie de médecine

Bisphénol A : l’avis de l’EFSA ne change rien à la position de l’Académie de médecine

29.01.2015
  • 1422551325581876_IMG_146356_HR.jpg

    Bisphénol A : l’avis de l’EFSA ne change rien à la position de l’Académie de médecine

À la sortie d’une réunion qui s’est tenue mardi matin, trois des principaux auteurs du rapport de 2011 de l’Académie de médecine sur les perturbateurs endocriniens, les Pr Henri Rochefort, Pierre Jouannet, et Alfred Spira, ont réaffirmé au « Quotidien du Médecin » la position de l’Académie sur le bisphénol A. « Si l’ensemble des études convergent pour suspecter fortement le bisphénol A de partager la responsabilité de divers effets délétères sur la santé humaine, avec notamment un effet carcinogène possible, les mesures de substitution du bisphénol A sont prématurées, faute de produits de substitution sûrs », estime le Pr Jean Rochefort, ancien directeur de l’unité de l’INSERM « Endocrinologie moléculaire et cellulaire des cancers » de l’université de Montpellier.

Les académiciens sont par ailleurs renforcés dans leur conviction par les résultats récents qui attribuent aux bisphénols F et S, deux substituts du bisphénol A, la capacité de réduire la production de testostérone par le testicule fœtal humain, selon le même mécanisme que le bisphénol A.

L’EFSA et l’ANSES pas nécessairement opposés

Cette mise au point fait suite à la remise des conclusions de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). L’agence de régulation avait estimé la semaine dernière qu’aux niveaux actuels, « le bisphénol A ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs de tous les groupes d’âge », ce qui avait provoqué de vives réactions.

Pour le Pr Henri Rochefort, cet avis de l’EFSA n’entre pas nécessairement en conflit avec leur propre position, ni même avec l’expertise collective de l’ANSES de 2013 qui avait incité à un bannissement du bisphénol A des emballages alimentaires appliqué en France depuis le premier janvier 2015. « Les opinions exprimées ne sont pas très différentes, tout le monde s’accorde sur le risque potentiel, mais les experts ne tombent pas d’accord sur l’impact des faibles doses : c’est le vieux débat entre endocrinologues et toxicologues », estime-t-il.

La question de la substitution

Les membres de l’Académie de médecine notent également que l’on sait encore trop peu de chose sur le mécanisme des effets toxiques du bisphénol : « On ignore sur quels récepteurs il se fixe », rappelle Henri Rochefort. De même, des controverses existent sur le degré d’exposition de la population humaine au bisphénol A et sur la difficulté à faire la distinction entre son impact et celui d’autres polluants. Pour l’épidémiologiste en santé publique, et ancien directeur de l’Institut de recherche en santé publique (IReSP), « en dehors des situations expérimentales ou des cas exceptionnels comme les accidents industriels de Seveso et de Bhopal, on n’est jamais exposé à un seul produit. D’un point de vue épidémiologique, l’ubiquité des perturbateurs endocriniens est un vrai problème », rappelle-t-il.

Damien Coulomb
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.01.2015 à 23h09

« Il y a quand même un avantage au Bisphénol A !
Réduire les taux de testostérone !...Pour affaiblir et soumettre a grande échelle les sujets de sexe mâle, c'est plutôt intéressant non ? Et en effet Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter