Un an après son lancement, MONALISA mobilise toujours contre l’isolement des personnes âgées

Un an après son lancement, MONALISA mobilise toujours contre l’isolement des personnes âgées

28.01.2015
  • 1422452257581689_IMG_146305_HR.jpg

La France compte 1,5 million de personnes âgées en situation d’isolement relationnel. Un enjeu de société auquel la Mobilisation nationale contre l’isolement des âgés (MONALISA) souhaite répondre sans attendre.

Créée en janvier 2014, la mobilisation rassemble des bénévoles, des associations, des institutions ainsi que les pouvoirs publics autour d’une même cause : lutter contre l’isolement des personnes âgées en France. Cette initiative qui a pris vie sept mois après le rapport MONALISA (remis le 12 juillet 2013, à Michèle Delaunay, alors ministre déléguée au personnes âgées et à l’autonomie) rend compte de la volonté des différentes parties prenantes à collaborer ensemble - de façon transversale - pour créer du lien social autour des seniors. Cette mobilisation s’organise autour d’une association loi 1901 et d’un comité national regroupant les signataires de la Charte MONALISA.

En signant cette dernière, les parties prenantes* s’engagent à respecter des valeurs communes et des finalités telles que le déploiement du bénévolat de type associatif et la mise en cohérence et en convergence des actions menées sur le terrain. « Les équipes bénévoles des associations adhérant à MONALISA peuvent également signer la Charte de l’équipe citoyenne qui définit les repères communs et leur permet d’accéder à des partenariats, des formations, un "coaching" de la part de référents MONALISA... », explique Bertrand Ousset, président de Monalisa, également président de la Société de Saint-Vincent-de-Paul.

Un premier bilan positif

En s’impliquant dans MONALISA, l’État soutient moralement et financièrement cette initiative. « Le dispositif de soutien associatif "La France s’engage" finance MONALISA à hauteur de 450 000 euros sur 3 ans ; la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA)  : 550 000 euros par an jusqu’en 2016. Et la Caisse des dépôts et consignations : 300 000 euros par an sur deux ans. Ces crédits ont dores et déjà permis à MONALISA de se constituer une petite équipe de chargés de mission et de mettre en place la communication, le site Internet, les référents MONALISA, les formations des bénévoles... », précise Jean-François Serres, référent national MONALISA, également délégué général de l’association les petits frères des Pauvres.

Un an après sa création, le premier bilan des actions de MONALISA est positif. En janvier 2015, 113 organismes et associations se sont engagés et ont signé la charte MONALISA. 56 équipes citoyennes sont reconnues MONALISA en France. Au total, ce sont 33 départements sur lesquels la mobilisation est lancée. « Pour 2015, nous avons établi 3 grands objectifs. Tout d’abord, couvrir les "zones blanches" du territoire : ces zones particulièrement peuplées en personnes âgées, dans lesquelles la densité de population est devenue extrêmement faible. Mais aussi, mobiliser les lancements d’initiatives des différentes associations. Et, établir une évaluation qualitative des actions de MONALISA pour pouvoir les corriger et les réorienter si besoin », conclut Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie.

*Equipes citoyennes, associations, collectivités territoriales, CCAS, caisses de retraites, établissements publics ou privés, personnes morales sans but lucratif, mécènes.

Hélia Hakimi-Prévot
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
29.01.2015 à 17h47

« Cela pose, avant tout, le problème de la mentalité dans laquelle évolue notre société actuelle : les clivages, l'isolement, l'égoïsme, l'ignorance des plus profondes valeurs humaines... »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 4

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 5

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter