Médicament : le patron du LEEM veut renforcer le dialogue entre l’État et les industriels

Médicament : le patron du LEEM veut renforcer le dialogue entre l’État et les industriels

22.01.2015
  • 1421941985580027_IMG_145849_HR.jpg

En mai dernier, le conseil d’administration du LEEM (Les entreprises du médicament, syndicat patronal de l’industrie pharmaceutique) avait décidé à l’unanimité de suspendre sa participation aux travaux du conseil stratégique des industries de santé (CSIS) et du comité stratégique de filière des industries de santé (CSF).

L’institution réagissait alors au plan gouvernemental de réduction des dépenses publiques qui programmait 3,5 milliards d’euros d’économies en trois ans sur le poste du médicament.

Nouveau dialogue

Mais les ponts avec l’Etat n’ont jamais été rompus. À l’occasion de ses vœux, ce jeudi, Patrick Errard, président du LEEM, a proposé de jeter les bases d’un nouveau dialogue avec l’État. « Les vieux schémas de concertation, trop nombreux, trop cloisonnés, privilégiant le particulier au détriment du général, ont vécu », insiste Patrick Errard.

Dans un courrier au Premier ministre, il détaille son projet fondé sur la mise en place d’un CSIS rénové, « qui soit réellement la clé de voûte du dialogue entre l’État et les industriels ». Avec une ambition : que ce nouveau CSIS ne soit plus, comme auparavant, « un catalogue de mesures détricotées au fil des lois de financement de la Sécurité sociale ». Le LEEM souhaite que le CSIS mais aussi le Comité stratégique de filière (CSF) rénovés soient des gages de « cohérence et de la prévisibilité » des politiques publiques, tant en matière de stratégie industrielle que de régulation économique.

Lisibilité pluriannuelle

À rebours des économies de court terme, Patrick Errard souhaite que ce CSIS revisité soit un instrument de « lisibilité budgétaire pluriannuelle ». Cela fait des années que le LEEM souligne que l’agenda politique ne coïncide pas avec le temps industriel, et qu’il plaide même pour des lois quinquennales de financement.

Le LEEM demande à Manuel Valls que la politique conventionnelle ne soit pas défaite par les lois de financement de la Sécu. La dernière fournit « des exemples flagrants de ce court-circuitage de la voie contractuelle », estime le LEEM.

H.S.R.
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
22.01.2015 à 23h00

« Et pour se faire bien voir, comme d'habitude,on tape sur le médecin ! »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Agnès Buzyn attaque ses rendez-vous avec les médecins… en commençant par les signataires de la convention

buzyn

Faut-il y voir un premier signe politique ? La nouvelle ministre de la Santé entame ce mardi une série d'entretiens bilatéraux avec les... Commenter

Tatouages : une consultation pour prendre en charge les complications ouvre à l’AP-HP

tatouage

Une consultation consacrée à la prise en charge des complications associées aux tatouages a ouvert à l’hôpital Bichat-Claude Bernard... Commenter

Mutuelles, réseaux de soins : le Dr Accoyer accuse Richard Ferrand de conflit d'intérêts et essuie les critiques d'En Marche !

Benjamin Griveaux, porte-parole d'En marche ! et candidat aux législatives, a dénoncé dimanche « des mensonges » après les accusations de... 1

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter