Des spécialistes contestent une étude selon laquelle la E-cigarette serait plus cancérigène que le tabac

Des spécialistes contestent une étude selon laquelle la E-cigarette serait plus cancérigène que le tabac

22.01.2015
  • vape

    Des spécialistes contestent une étude selon laquelle la E-cigarette serait plus cancérigène que le tabac

L’e-cigarette fait encore parler d’elle, cette fois-ci, une lettre publiée dans le « New England Journal Of Medicine (NEJM» accable l’usage de la cigarette électronique. « Nous avons constaté que du formaldéhyde peut se former durant le processus de vaporisation », écrivent les auteurs, David H. Peyton et James F. Pankow de l’université de Portland aux États-Unis.

Sur le long terme, l’inhalation de 14 mg chaque jour à l’aide d’une cigarette à fort voltage (5 volts) de cette substance nocive pourrait multiplié par 5 à 15 fois le risque de cancer, estiment les chercheurs. Mais ces résultats ont été mal accueillis par la communauté scientifique. On parle de méthodologie limitée et de problèmes d’unité de mesure.

Limites méthodologiques

Pour obtenir ces résultats les chercheurs américains ont utilisé une machine « à inhaler la vapeur » de seconde génération. Ils ont effectué des tests pour comparer le taux de formaldéhyde aérosol formé à faible voltage, 3,3V et haut voltage, 5V, avec des « bouffées » d’une durée de 4 secondes. Ils ont constaté que le formaldéhyde ne se formait pas lorsque la tension était de 3,3 V. A contrario, lorsque la tension était de 5 V, le taux de formaldéhyde était plus important atteignant un taux plus élevé que dans les cigarettes classiques.

« L’étude est limite car les conditions d’expérience ne sont pas correctes et ne reflètent pas le comportement du vapoteur », argumente le Pr Jean-François Etter, professeur de santé publique à l’Université de Genève. « La machine ne convient pas, ils ont comparé les manières de prendre des bouffées. Si elle est trop longue, la mèche à l’intérieur de l’atomiseur n’approvisionne pas la résistance, le liquide ne chauffe pas et conduit au phénomène de dry-puff*, c’est-à-dire un goût de brûlé très désagréable. Le vapoteur le sait et il s’arrête », souligne le Pr Etter.

Tension excessive

« L’intensité de l’atomiseur est définie par le voltage et la résistance, or les auteurs ne précisent pas la valeur de cette résistance », explique le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue, tabacologue à la Salpêtrière. Si on applique un voltage élevé, la résistance doit être faible. « À 5V, la résistance idéale doit être autour de 2,5 ohms, si elle est inférieure à 2 ohms, l’intensité de l’atomiseur est égale à 25 Watts, c’est trop et ça brûle. En comparaison l’intensité d’une cigarette électronique est égale à 10 Watts », poursuit le Pr Dautzenberg. Le goût de brûlé provient de la formation d’acroléine, appartenant à la famille des aldéhydes, 3e classe de cancérigène retrouver dans le tabac.

Mais le formaldéhyde est classé entre les 30 et 40e substances cancérigènes dans le tabac. « Il faudrait avoir accès à l’étude, je n’arrive pas à comprendre, les conditions sont des mésuages et les conclusions des auteurs extrapolées », conclut le Pr Dautzenberg. Il n’existe pas encore de réglementations sur la cigarette électronique mais des normes suffisantes mises en place par la commission de l’association française de normalisation (Afnor) afin d’éviter des accidents comme l’explosion d’une e-cigarette.

*dry-puff : goût de brûlé causé par une arrivée insuffisante de liquide au niveau de la résistance, de sorte que le taux d’évaporation est plus élevé que l’arrivée de liquide

Sophie Martos
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 9 Commentaires
 
23.01.2015 à 17h05

« Le meilleur remède pour s'arrêter :
• La volonté.
Les motivations pour y arriver :
• Le goût, il revient progressivement et il a l'avantage de vous faire apprécier les bonnes choses de la table.
• L Lire la suite

Répondre
 
23.01.2015 à 15h43

« Bref, vérité ou pas, dans tous les sens du terme, il n'y a pas de fumée sans feu. »

Répondre
 
23.01.2015 à 10h01

« Eh oui, cherche à qui le crime profite ... »

Répondre
 
22.01.2015 à 22h35

« Explication d'Electricité (niveau 1ère S et/ou terminale).
C'est l'intensité électrique ne s'exprime pas en Watt mais en Ampère (4ème unité fondamentale de la physique).
La formule est PR=U² où P=pu Lire la suite

Répondre
 
22.01.2015 à 23h33

« Et oui !...Même sans vérification des formules que vous énoncez qui me semblent pourtant pertinentes pour moi la conclusion en est: X = " Revenons Donc Aux Bons Basiques De Nos Compétences"... :) .. Lire la suite

Répondre
 
22.01.2015 à 21h48

« Reste le potentiel délétère ou non de la nicotine elle même sur l'endothelium vasculaire .... »

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Climat et santé : le CNOM appelle les médecins à sensibiliser leurs patients

pollution

« Les médecins sont les premiers à prendre en charge les conséquences du changement climatique sur la santé de leurs patients. Ils doivent p... 3

Activité libérale à l'AP-HP : 350 praticiens hospitaliers ont perçu 38,6 millions d'euros en 2016

aphp activite

Les praticiens hospitaliers qui ont exercé une activité libérale à l'Assistance publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) en 2016 se sont... 4

Les libéraux de l'UNPS cherchent des alternatives au tiers payant généralisé

tiers payant

Discuter avec le gouvernement d'une alternative au tiers payant généralisé ? L'Union nationale des professionnels de santé (UNPS) n'est pas... 4

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter