Maladies non transmissibles : investir dans la prévention pourrait sauver 16 millions de vies par an

Maladies non transmissibles : investir dans la prévention pourrait sauver 16 millions de vies par an

19.01.2015
  • 1421688548579031_IMG_145531_HR.jpg

    Maladies non transmissibles : investir dans la prévention pourrait sauver 16 millions de vies par an

Les maladies non transmissibles – pathologies cardiovasculaires et respiratoires, accidents vasculaires cérébraux, cancers ou diabète – provoquent chaque année 38 millions de décès, dont plus de 40 % sont prématurés et pourraient être évités, selon un rapport publié lundi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette mortalité prématurée est à la hausse. En l’an 2000, 14,6 millions de personnes sont décédées précocement de maladies non transmissibles, contre 16 millions (42 %) en 2012, rapporte l’OMS.

Le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS, a donc appelé chaque pays à fixer, dès cette année, des mesures de prévention visant à réduire la consommation de tabac et d’alcool, la sédentarité et la malbouffe. « En investissant entre un et trois dollars par an et par personne, les pays pourraient fortement diminuer le nombre de patients et de décès dus à ces maladies. » Faute de quoi « des millions de vies continueront à être perdues prématurément », a-t-elle déploré.

L’OMS exhorte surtout les pays à revenu faible ou moyen à engager de telles politiques. Près des trois quarts de tous les décès dus à des maladies non transmissibles surviennent dans ces pays, où leur proportion dépasse désormais celle de la mortalité attribuée aux maladies infectieuses.

Objectif de l’OMS : une réduction de 25 % pour 2025

En 2013, l’OMS a lancé un plan d’action visant à réduire de 25 % d’ici à 2025 la mortalité due à ces maladies chroniques. Certains pays sont sur la bonne voie. L’OMS cite la Turquie, où le nombre de fumeurs a baissé de 13,4 % entre 2008 et 2012, suite à la hausse du prix du tabac et à la mise en place d’avertissements sur les paquets de cigarettes. En Hongrie, la consommation de boissons sucrées a baissé de 30 % en moyenne. L’Argentine, le Brésil, le Chili, le Canada, le Mexique et les États-Unis ont lancé des campagnes visant à réduire la teneur en sel des aliments.

Côté français, rappelons que la ministre de la Santé Marisol Touraine a présenté en septembre son plan antitabac, dont une des mesures prévoit d’uniformiser, dès 2016, les paquets de cigarettes.

Le tabac tue six millions de personnes par an, l’alcool 3,3 millions, la sédentarité 3,2 millions et l’excès de sel dans l’alimentation 1,7 million. L’OMS souligne également les ravages dus à l’obésité infantile. Aujourd’hui, 42 millions d’enfants âgés de moins de cinq ans sont obèses dans le monde avec des conséquences pathologiques particulièrement précoces.

Clémentine Wallace
Source : Lequotidiendumedecin.fr

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

HTA : les 10 axes et les 60 propositions de la SFHTA

hta

L'HTA est banalisée en France et trop souvent perçue comme un simple facteur de risque cardio-vasculaire, s'inquiète la Société française... Commenter

Migrants : le Défenseur des droits s'alarme d'une défaillance des droits fondamentaux

ddd

Le monde associatif saisit le défenseur des droits (DDD), Jacques Toubon, ce 18 décembre, journée internationale des migrants, avec... Commenter

Un quart des ophtalmologistes refusent les nouveaux patients, selon un sondage

Les Français attendent en moyenne 87 jours pour obtenir un rendez-vous chez l'ophtalmologiste, constate une étude nationale* réalisée par... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter