Hommage inédit à Paris à ceux qui font don de leur corps à la science

Hommage inédit à Paris à ceux qui font don de leur corps à la science

16.01.2015
  • 1421427722578506_IMG_145395_HR.jpg

Les Services funéraires de la Ville de Paris rendront hommage, samedi matin au crématorium du Père-Lachaise, à ceux qui ont fait don de leur corps à la science. Cette cérémonie laïque et collective, à la mémoire des « morts sans corps », est une réponse à l’absence de cérémonie et à l’absence de lieu de recueillement pour ces familles.

« Quand il y a don du corps, les familles sont dépossédées de leur défunt et souvent ne peuvent pas organiser d’obsèques », explique à l’AFP François Michaud Nérard, directeur des services funéraires de Paris. « Or, c’est un besoin très profond pour les humains d’organiser des rites funéraires », poursuit ce responsable.

Chaque année en France, 2 600 personnes font don de leur corps à la science (dont 800 en région parisienne). Ces dons permettent aux facultés de médecine et aux hôpitaux de réaliser des travaux de recherche et d’enseignement.

Des corps utilisés jusqu’à deux ans après la mort

A Paris, les corps légués à la science sont transportés à l’Ecole de chirurgie ou à la Faculté de médecine puis conservés pour être utilisés ultérieurement, quelquefois six mois, un an, voire deux ans après la mort.

Après utilisation, les corps sont l’objet d’une crémation anonyme au Père-Lachaise (sauf lorsque le donateur a mentionné la possibilité de remettre les cendres à des proches). Ensuite, les cendres sont dispersées au cimetière de Thiais en région parisienne où une stèle a d’ailleurs été érigée en mémoire de ces donateurs.

Dans ce contexte, les familles ont souvent « du mal à faire leur deuil » car elles ne peuvent organiser d’obsèques et se retrouvent dans la même situation que des familles de disparus dans des accidents d’avion où les corps ne sont jamais retrouvés, explique M. Michaud Nérard. C’est ce vide que tentera de combler la cérémonie au Père-Lachaise qui sera désormais organisée deux fois par an, les 3e samedis de janvier et de septembre, avec en particulier une lecture des noms des donateurs.

(Avec AFP)
Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 1 Commentaire
 
17.01.2015 à 19h35

« Bon alors quand est ce que l'on fera un hommage aux indigents qui eux aussi , je pense mérite le même hommage et surtout leur trouver un endroit ou peu de personne (a part les associations carita Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

À La Baule, l'exécutif s'emploie à rassurer les managers d'hôpital « saturés » par les GHT

Cécile Courrèges

Six heures de train pour quinze minutes de discours. En faisant dans la même journée un aller-retour Paris/La Baule (Loire-Atlantique) pour... Commenter

Les ophtalmos veulent former au moins 200 internes par an pour réduire les délais de rendez-vous

ophtalmologistes

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) a annoncé ce vendredi vouloir poursuivre le travail engagé pour réduire les... Commenter

Solidays, Marche des fiertés... Paris se mobilise contre le SIDA

Solidays

Ce week-end se tiendra la 19e édition du festival Solidays à l'Hippodrome de Longchamp, à Paris. En plus des 80 concerts proposés, le... Commenter

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter