Quantifier les risques chez les jeunes pratiquant le rugby

Quantifier les risques chez les jeunes pratiquant le rugby

08.01.2015
  • 1420735700576359_IMG_144822_HR.jpg

Assurer la sécurité des jeunes joueurs de rugby devrait être une priorité dans les écoles anglaises, selon le neurochirurgien pédiatrique Michael Carter de l’hôpital Royal Bristol, dans son éditorial, publié dans le « British Medical Journal ».

« Avec trois de mes collègues, nous avons comptabilisé 20 blessures graves liées au rugby au cours de la décennie qui nécessitait une consultation ou une intervention chirurgicale. Nous avons diagnostiqué cinq fractures vertébrales graves (deux avec des séquelles neurologiques graves), et plusieurs fractures du crâne déprimé, avec divers degrés de lésion cérébrale associée. Il y avait plusieurs blessures et hématomes intracrâniens, dont plusieurs ont nécessité d’une dissection artérielle. Malheureusement, deux enfants sont décédés des suites de leur blessure », indique le Dr Carter.

En Angleterre, le rugby démarre dès l’âge de huit ans à l’école. « Les écoles, les entraîneurs et les parents contribuent tous à une culture tribale de gladiateur qui encourage l’agressivité. Les jeunes ne s’inquiètent pas toujours de leur blessure, ils ne consultent pas et poursuivent le jeu », souligne le Dr Carter.

Perturbation des activités éducatives et scolaires

La plupart des blessures ne sont pas graves, comme celles atteignant les tissus mous qui ne requièrent pas forcément de soins médicaux. Mais un nombre important de blessures correspond à des fractures, luxations, problèmes ligamentaires ou blessures dentaires et maxillo-faciaux.

Leur traitement nécessite une hospitalisation prolongée, perturbant les activités éducatives et scolaires des élèves. Ajoutons à ça, les blessures de type commotion, qui sont « mal comprises, souvent mal diagnostiquées », et peuvent engendrer des séquelles sur le plan psychologique. « Une évaluation des risques liés au rugby chez les jeunes doit impérativement être effectuée », a expliqué l’un des médecins du « British Medical Journal ».

Construire une base de données solide

L’obstacle fondamental à la prévention des blessures causées par le rugby est l’absence de données exhaustives. Il faudrait établir et coordonner à l’échelle nationaleune base de données concernant le rugby chez les jeunes. Des initiatives telles que le projet de surveillance communautaire de l’union du rugby et du football (CRISP) ont des mesures louables qui vont dans la bonne direction mais le projet n’est pas encore largement mis en œuvre.

« L’organisme de réglementation des sports devra jouer un rôle clé dans ce domaine, bien que les enjeux justifient une coordination nationale comme une initiative de santé publique. J’appelle les écoles, les clubs, les installations médicales et les organismes de réglementation à coopérer afin de quantifier les risques liés au rugby chez les juniors. Il faut y remédier d’urgence avant que d’autres enfants et leurs familles subissent les conséquences de la négligence collective », a conclu le Dr Carter.

Sophie Martos

Source : Lequotidiendumedecin.fr
Commenter 5 Commentaires
 
09.01.2015 à 22h53

« Article à mon sens peu honnête et très "tendancieux" »

Répondre
 
24.01.2015 à 15h57

« Comment osez vous dire que c est malhonnête ?
Mon fils de 18 ans vient de se blesser au rugby à l'entrainement
Résultat rupture du ligament antérieur du genou avec 4 jours d'hospitalisation ( 3 nui Lire la suite

Répondre
 
09.01.2015 à 00h02

« Bon allez comme en Amérique le casque et les protections et c'est qui qui va payer tout cela ? »

Répondre
 
09.01.2015 à 10h09

« La majorité des sports à risque en France exigent chez les juniors le port de protection (bombe en équitation, casque dans les cours de ski...) ! Pourquoi il n'y a aucune exigence sur le port de pro Lire la suite

Répondre
 
09.01.2015 à 18h36

« Normalement le rugby est un sport "collectif"; alors la note sera-t-elle collective ? »

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

A la une

add

Manque de temps, frustration, relations avec les patients : ces facteurs de stress qui mènent les généralistes au burn-out

La sensation de « travail empêché » chez les médecins joue fortement sur l'épuisement émotionnel et la dépersonnalisation, deux causes de... 5

Rénovation du dépistage néonatal : vers la création d'un centre national de coordination

dépistage néonatal

Le ministère de la Santé lance un appel à candidatures national pour désigner le centre hospitalier universitaire qui accueillera le futur... 1

AP-HP : contre un « plan social imposé », les personnels bravent la pluie et Martin Hirsch

aphp

Une trentaine de personnels de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) se sont rassemblés ce lundi devant le siège parisien du... 2

A découvrir
l'annuaire du-diu
GUIDE PHARMA SANTE

Le Guide Pharma Santé regroupe l’ensemble des informations et points de contacts des entreprises du monde de la Santé.

Consulter
imageagenda

Retrouvez tous les évènements
et congrès à venir

Consulter